Intelligence artificielle Démocratiser l'accès aux données

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

I-Stem, Généthon et Kantify découvrent une thérapie prometteuse contre les maladies génétiques

Les équipes d’I-Stem et de Généthon, laboratoires de l’Association Française contre les Myopathies (AFM-Téléthon), ont collaboré avec la start-up belge Kantify, spécialisée dans le...

La finale de « Ma thèse en 180 secondes » aura lieu à Lyon le 31 mai prochain

« Ma thèse en 180 secondes » concours qui s'inspire de « Three minute Thesis », conçu à l'Université du Queensland, en Australie, est...

CentraleSupélec et SystemX lancent l’Alliance CircularIT pour mettre le numérique au service de l’économie circulaire

Le 10 mai dernier, CentraleSupélec et l’IRT SystemX ont annoncé la création d'« Alliance CircularIT » afin de « mettre la puissance du numérique...

Le Val de Marne mise sur l’intelligence artificielle pour améliorer son réseau d’assainissement

En novembre 2020, l’agence de l’eau Seine-Normandie lançait l'appel à projets innovation pour la gestion de l’eau, « Transition numérique et économie circulaire »...

Démocratiser l’accès aux données

Face à la multiplication du volume des données, celles-ci restent encore insuffisamment exploitées. Pourtant, s’engager dans une démarche de partage démocratique de la donnée permettrait aux entreprises d’accroître leur compétitivité.

Les données : une ressource peu exploitée

Afin de tirer une réelle valeur ajoutée de la donnée, il est primordial de la mettre à disposition de tous les acteurs de façon compréhensible. Un format technique et indigeste rendra impossible un usage démocratique de la donnée. Mais avant d’être accessibles, les données doivent être facilement trouvables, sans quoi elles risquent de rester des ressources inexploitées, représentant un coût de stockage et un véritable manque à gagner pour l’entreprise.

Les organisations privées ou publiques n’ont pas toujours conscience des opportunités d’une démarche de partage de la donnée. L’ouverture des données est pourtant une source d’innovation et de développement économique indéniable. Prenons l’exemple d’une donnée créée par un compteur d’eau. Cette donnée va dans un premier temps indiquer la consommation d’eau. En agrégeant cette donnée, il sera possible d’analyser son évolution en temps réel, de détecter les fuites ou de permettre aux parcs immobiliers de recenser les appartements vacants. En croisant les données entre elles, leur usage est ainsi démultiplié. Dans une économie de services de plus en plus interconnectée, proposer une expérience continue aux utilisateurs nécessite d’échanger et partager les données.

Des entreprises plus performantes grâce au partage des données

Grâce à une meilleure utilisation des données, des problématiques très concrètes peuvent trouver une solution rapidement. En soumettant les données à une expertise plus large – des entreprises, des partenaires industriels ou plus largement, la société civile -, leur valeur est démultipliée. Plus besoin de se contenter d’une connaissance empirique pour prendre une décision, le partage de données offre la possibilité de bénéficier d’informations en temps réel et contextualisées.

De la même manière, ouvrir l’accès à ses données permet d’accroître la confiance des consommateurs. Jusqu’à présent, les entreprises produisaient chaque année des rapports indigestes pour prouver leur compétence. Désormais, la donnée est devenue un véritable outil de communication avec l’extérieur. Les entreprises les plus performantes sont celles qui seront les plus rapides à adopter une démarche de circulation et de partage des données. Ceci est également vrai pour le secteur public, qui a devancé le secteur privé en mettant à disposition du grand public les données de certains de ses départements, à l’instar des collectivités territoriales ou des ministères avec les portails open data.

Une nécessaire mutation au plus haut niveau de l’entreprise

À l’heure actuelle, l’économie collaborative dans la data n’est encore qu’à ses prémisses. Les entreprises ont une forte résistance, non nécessairement consciente, au changement, mais qui témoigne d’une appréhension face aux pure players du digital qui semblent hors d’atteinte. En effet, elles pensent — à tort — qu’il s’agit d’un sujet technique qui n’est pas à leur portée. Face à cet enjeu d’acculturation, les entreprises doivent être accompagnées pour une transition réussie. Nombreuses sont celles qui se lancent dans des concours d’innovation permanents et des expérimentations sans objectif stratégique clair. Or, afin de ne pas se disperser, une mutation profonde est nécessaire au plus haut niveau de l’entreprise.

L’appropriation de la donnée n’est plus le nerf de la guerre. Ce qui fera la différence est la vitesse à laquelle elles sont exploitées et partagées. Ceci est également vrai pour les petites et moyennes entreprises. Plus agiles, certaines d’entre elles ont amorcé des changements radicaux dans leur structuration, prenant conscience de leur avantage compétitif grâce à une donnée démocratisée qui vient compléter leurs produits, augmenter leurs offres de services et renforce leur valeur ajoutée.

À l’heure actuelle, le partage de la donnée est une stratégie impulsée sous la pression de la société civile qui exige légitimement davantage de transparence. Ce parti pris conduit les organisations, leurs dirigeants et leurs équipes à s’engager progressivement dans une collaboration innovante en ouvrant de manière contrôlée la donnée et en posant ainsi les fondations d’une entreprise digitale.

 

Contributeur expert

Jean-Marc Lazard

Jean-Marc a co-fondé Opendatasoft en 2011. Fort de 16 ans d’expertise en stratégie d̵

Partager l'article

I-Stem, Généthon et Kantify découvrent une thérapie prometteuse contre les maladies génétiques

Les équipes d’I-Stem et de Généthon, laboratoires de l’Association Française contre les Myopathies (AFM-Téléthon), ont collaboré avec la start-up belge Kantify, spécialisée dans le...

La finale de « Ma thèse en 180 secondes » aura lieu à Lyon le 31 mai prochain

« Ma thèse en 180 secondes » concours qui s'inspire de « Three minute Thesis », conçu à l'Université du Queensland, en Australie, est...

CentraleSupélec et SystemX lancent l’Alliance CircularIT pour mettre le numérique au service de l’économie circulaire

Le 10 mai dernier, CentraleSupélec et l’IRT SystemX ont annoncé la création d'« Alliance CircularIT » afin de « mettre la puissance du numérique...

Le Val de Marne mise sur l’intelligence artificielle pour améliorer son réseau d’assainissement

En novembre 2020, l’agence de l’eau Seine-Normandie lançait l'appel à projets innovation pour la gestion de l’eau, « Transition numérique et économie circulaire »...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci