Intelligence artificielle De l’IA partout et de la productivité nulle part ?

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Recevez le magazine de l’intelligence artificielle ActuIA N°3

Le magazine de l'intelligence artificielle, ActuIA N°3 du 15 février 2021, paraîtra très prochainement. En ce contexte de pandémie, nous vous recommandons fortement de...

L’ONU appelle à exploiter tout le potentiel de la science et de la technologie pour l’Agenda 2030

Dans le cadre de la réalisation des objectifs de l'Agenda 2030, le programme de développement durable de l'ONU à l'horizon 2030, la science, la...

Quatre nouveaux pays rejoignent le Partenariat mondial pour l’Intelligence artificielle

Les 3 et 4 décembre dernier se tenait à Montréal, le premier sommet du Partenariat mondial pour l’Intelligence artificielle (PMIA). À cette occasion, l’initiative...

L’Institut Polytechnique de Paris et Inria s’unissent pour renforcer leur leadership en l’IA et dans le numérique

Inria et l’Institut Polytechnique de Paris ont annoncé le mois dernier la signature d'un protocole d’accord visant à la création d'un partenariat renforcé, incarné...

De l’IA partout et de la productivité nulle part ?

Dans un billet de blog paru en février 2021, Florence Maraninchi, professeure à l’Institut Polytechnique de Grenoble, décrivait avec une grande acuité l’un des maux les plus sévères de nos bureaucraties modernes : la « numérasse ». Réagissant à une intervention de Gilles Babinet, qui affirmait sur LCI qu’il fallait accepter l’aide des plateformes digitales (sic) pour lutter contre la paperasse, l’universitaire nous décrit un quotidien administratif oscillant entre masses de courriels et fichiers Excel abscons, entre multiplication des applications dédiées et pensée magique où il suffirait d’inventer un nouveau truc sur lequel cliquer pour tout résoudre.

La question posée dans ce billet ne peut être écartée d’un revers de main : n’avons-nous pas simplement transférer la paperasse vers une forme « plus virulente » ? L’auteure conclut en espérant ne pas avoir inspiré une startup « pour développer un outil à base d’IA qui rassemblerait toutes les applications et les mails, pour finalement remplacer le parapheur. Le parapheur est une très belle invention d’interface humain/humain, tout à fait lowtech, qu’il serait désolant d’abandonner ».

Comment ne pas faire un parallèle entre ce constat et le fameux « paradoxe de Solow », mis en évidence par l’économiste Robert Solow, qui constatait déjà à la fin des années 80 : « Vous pouvez voir l’ère informatique partout, sauf dans les statistiques de la productivité ».

La croissance liée à la « révolution internet » laissera un temps penser le paradoxe dépassé, mais l’éclatement de la bulle le 14 avril 2000 amorcera une nouvelle chute de la productivité, aggravée par la crise financière de 2007-2008. Le retour en force du concept marketing d’IA avec l’apprentissage statistique ne semble pas être parvenu à dépasser ce paradoxe, et le constat pragmatique de Florence Maraninchi en éclaire l’une des raisons les plus frappantes : la panoplie d’applications informatiques déployées dans nos quotidiens professionnels ne font que déporter les charges sans les éradiquer, s’il n’y a pas de réforme concomitante des organisations.

Combien de projets informatiques, publics ou privés, ont sous-estimé la réingénierie des processus de travail et, en réponse aux difficultés inévitablement rencontrées, infantilisé les utilisateurs en les réduisant en « résistants du changement ». Lors d’une conférence au Conseil de l’Europe en 2016, Isaac Getz rappelait d’ailleurs combien il était important de traiter les individus en adultes en leur faisant confiance pour qu’ils se comportent en adultes et qu’ils s’engagent.

Mais le paradoxe de Solow nous interroge également sur un autre aspect, toujours aussi contemporain : est-ce que nous quantifions l’innovation et le progrès avec les bons indicateurs ? Les promesses sans cesse plus exaltantes de l’IA devraient être interprétées avec prudence et nuance : le meilleur usage de cette technologie, et du numérique en général, ne se révélera pas en généralisant les usages en quête d’une supposée croissance mais en trouvant leur juste place dans des processus métiers humanisés, soucieux du bien-être individuel et collectif.

Pour avoir un État qui fonctionne mieux, il faudrait donc accepter, avant toute chose, de revoir de manière profonde notre manière de concevoir les processus de travail, en plus de dépasser les enjeux de pouvoirs et les ego qui paralysent nombre d’administrations. Et, certainement plus fondamentalement, apprendre à faire confiance aux humains avant de faire confiance aux machines, aussi intelligentes soient-elles.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 

Contributeur expert

Yannick Meneceur

Yannick Meneceur est magistrat de l’ordre judiciaire, détaché au Conseil de l’Europe, affec

Partager l'article

Générer des structures de benzénoïdes grâce à l’intelligence artificielle

Les benzénoïdes sont une sous-famille d’hydrocarbures (molécules composées uniquement d’atomes d’hydrogène et de carbone) dont les atomes de carbone forment des hexagones. Les propriétés...

5 questions à Julien Chiaroni et Arno Pons sur le rapport sur l’IA de confiance de Digital New Deal

Comment mieux encadrer l'intelligence artificielle, lutter contre les biais et les dérives et œuvrer pour la mise en place d'une IA de confiance basée...

Ce modèle de machine learning détecte les contaminations microbiennes dans les cultures cellulaires

Les chercheurs de l’Alliance Singapour-MIT pour la Recherche et la Technologie (SMART) à Singapour, ont développé un modèle de détection d’anomalies qui utilise le...

Etude du Centre Hubertine Auclert sur « Les freins à l’accès des filles aux filières informatiques et numériques »

De nombreuses études sont menées tout au long de la scolarité des élèves, certaines se rapportent à la réussite scolaire des filles et leurs...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci