SophIA Summit 2019 : Le Sommet international de l’intelligence artificielle se tient les 20, 21 et 22 novembre 2019

SophIA Summit 2019 : Le Sommet international de l’intelligence artificielle se tient les 20, 21 et 22 novemb
Actu IA

La deuxième édition du « SophIA Summit » se tiendra la semaine prochaine à Sophia Antipolis. Sophia Antipolis a renouvelé cette année, dans le sillage de la labélisation 3IA Côte d’Azur, cet événement international qui met à l’honneur l’effervescence de l’innovation en IA, au croisement du monde de la recherche et de celui des entreprises. Les 11 sociétés membres du Conseil Industriel de Recherche pour l’IA (ICAIR) y seront présentes.

Du 20 au 22 novembre 2019, de prestigieux experts internationaux de l’Intelligence Artificielle, académiques, industriels et startupers, seront invités à échanger dans le cadre de conférences et de tables rondes autour des quatre thématiques majeures reliées au programme scientifique du « 3IA Côte d’Azur » :

  • IA et Fondamentaux
  • IA et Santé
  • IA et Biologie
  • IA et Smart Territoires / nouvelles mobilités

L’événement explorera également d’autres thématiques transversales qui animent et bousculent les réflexions autour de l’intelligence artificielle, tel que l’éthique et les enjeux du développement de l’IA au sein des entreprises.

Parmi les spécialistes internationaux attendus :

  • Lyse Langlois – Université Laval au Québec et Directrice scientifique de l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’intelligence artificielle et du numérique (OIISIAN), Directrice de l’Institut d’éthique appliquée, Chercheure au Centre interuniversitaire sur la mondialisation et le travail
  • Benoît Lamarche – Université de Laval à Québec, Faculté des Sciences de l’Agriculture et de l’Alimentation
  • Michael Tangermann – Université de Freiburg, Département d’Informatique
  • Claude Le Pape – VP Portfolio Technologies & Partenariats – Optimization & Analytics Domain Leader, Schneider Electric
  • Emmanuel Bacry – Directeur scientifique du projet “Health Data Hub” – Ministère de la Santé
  • Niloy Mitra – Professor of Geometry Processing in the Department of Computer Science, University College London
  • Marco Gori – Professeur d’informatique à l’Université de Sienne

Pour ouvrir le Sommet sous le signe des « métiers de l’IA », deux événements satellites seront organisés le mardi 19 novembre afin de proposer une immersion concrète aux professionnels et étudiants envisageant une carrière dans le numérique :

  • des master classes autour de l’IA organisées et animées par Telecom Valley
  • un forum « Emploi et formation en IA », portée par l’Université Côte d’Azur réunissant les structures académiques azuréennes et des entreprises spécialisées dans la filière pour présenter les principaux métiers et parcours de formations du territoire.

Du côté d’ICAIR, c’est le 20 Juin 2019 que l’organisation a été lancée, avec pour objectif que les nombreux chercheurs en intelligence artificielle de la région SUD, évoluant dans des domaines industriels variés, puissent se rencontrer, échanger et collaborer.

Aux 8 membres initiaux (ACRI-ST, Amadeus, Arm, IBM, NXP Semiconductors, Orange, SAP Labs France et Thales Alenia Space) sont depuis venus se rajouter Renault Software Labs, Accenture et Air France KLM. 2 sessions de rencontre ont déjà eu lieu, chez IBM Labs France à Sophia Antipolis et Thales Alenia Space à Cannes, avec plusieurs dizaines de participants chercheurs très motivés.

Au mois de septembre, les membres d’ICAIR ont en effet partagé leur expérience sur l’intelligence artificielle ‘explicable’. Beaucoup de systèmes à base de deep learning sont aujourd’hui capables d’apporter des recommandations pour faciliter nos décisions, dénicher un hôtel dans une grande ville, obtenir une autorisation pour faire un prêt bancaire, établir un diagnostic médical, etc. Au-delà de la curiosité du client qui souhaite comprendre les résultats, il devient important pour les entreprises d’être capable de justifier et de certifier la qualité de ces systèmes dès lors que leur domaine d’application est critique. C’est la raison pour laquelle un nouveau type d’IA se développe, cherchant ainsi à rendre ses résultats interprétables.

En octobre, de nombreux autres sujets furent abordés : Comment comprend-t-on le contenu des images en provenance de satellites en orbite ? Comment valider et industrialiser des systèmes faisant appel à l’intelligence artificielle à l’échelle des nouvelles plateformes numériques ? Faut-il une nouvelle génération de processeurs surpuissants ? Comment l’IA est-elle déployée dans notre écosystème local ? Qui sont les acteurs de cette transformation ? Car l’IA, au-delà des algorithmes qui lui permettent de fonctionner, est aussi à l’origine de nouveaux métiers ; elle nécessite des données en très grandes quantités et de la puissance de traitement ; elle génère des coûts d’infrastructure d’un nouveau genre ; et elle mobilise des populations de professionnels et d’utilisateurs de plus en plus diverses. Les 11 sociétés membres d’ICAIR seront présentes sur l’événement.