Scientifiques et innovateurs publient 10 recommandations pour un partenariat européen public-privé sur l’intelligence artificielle

Scientifiques et innovateurs publient 10 recommandations pour un partenariat européen public-privé sur lR
Actu IA
European Partnership in AI

La Commission européenne a annoncé sa volonté de créer un partenariat public-privé dans le domaine de l’intelligence artificielle. Dans ce contexte, et forts de leur expertise scientifique, CLAIRE, EurAI, HumanE AI, et AI4EU ont présenté cette semaine 10 recommandations sur le sujet.

Le document dans son intégralité est consultable ici.

L’Europe peut être présentée comme un leader mondial en matière de recherche de haute qualité sur l’IA. Cependant, la capacité de l’Europe à en tirer parti est faible selon CLAIRE, EurAI, HumanE AI, et AI4EU. L’expertise de l’IA en Europe reste en effet fragmentée. Jusqu’à présent, de solides réseaux de recherche sont créés, mais ils manquent de financement public suffisant, d’intégration et d’un pôle central pour servir de point focal, de phare de l’ambition européenne en matière d’intelligence artificielle et d’attracteur mondial de talents et de compétences.

Des entreprises technologiques axées sur le consommateur, telles qu’Amazon, Google, Facebook et Apple, jouent un rôle de premier plan dans l’innovation de l’IA. Sur ce sujet, les États-Unis et la Chine dominent de façon absolue, et on constate que parmi les 30 premiers en valeur du marché, l’Europe ne représente que 0,2%.

Bien qu’il soit difficile d’apporter une réponse de taille à l’investissement massif dans l’IA d’autres régions, cela permet également de comprendre plus facilement ce qu’une stratégie européenne en matière d’IA devrait ou ne devrait pas faire. Pour CLAIRE, EurAI, HumanE AI, et AI4EU, l’Europe doit se renforcer en matière de recherche fondamentale et appliquée sur l’IA, notamment en établissant un réseau soudé de centres d’excellence en IA et un pôle central pour la recherche en IA.

Cependant, selon les quatre organismes, l’Europe doit également mobiliser de manière substantielle l’innovation axée sur l’IA dans son secteur commercial. Et c’est pour cette raison que la Commission européenne envisage de créer un partenariat public-privé doté d’un financement public substantiel.

CLAIRE, EurAI, HumanE AI et AI4EU, les principaux réseaux européens de scientifiques de l’IA, se sont félicités de cette initiative et participent d’ailleurs activement aux travaux en cours de la Commission visant à élaborer une réponse européenne forte. Pour aller de l’avant, ces organisations ont publié cette semaine dix recommandations pour un partenariat public-privé dans le domaine de l’IA.

« L’Europe doit améliorer la collaboration profonde entre les universités et le secteur commercial. C’est pourquoi il est important que le secteur de la recherche européen participe activement au partenariat public-privé », déclare Barry O’Sullivan, président de l’Association européenne pour l’intelligence artificielle (EurAI) et professeur à l’University College Cork.

Morten Irgens, cofondateur de CLAIRE, a expliqué à ce propos :

« Un partenariat public-privé peut devenir un élément important d’une stratégie visant à transformer la recherche en intelligence artificielle en atout pour la société […] Cependant, cela nécessite que le partenariat public-privé soit fortement axé sur l’IA. Nous mettons en garde contre l’élargissement du mandat du partenariat. Cela réduirait les effets du partenariat et affaiblirait ses chances de renforcer le marché. Bien que nous comprenions la relation entre l’intelligence artificielle et des domaines tels que le Big Data, la robotique, le droit et l’éthique, il s’agit également de domaines à part entière et ils ne devraient pas être pleinement pris en compte par le mandat du partenariat. »

De son côté, Holger Hoos, cofondateur de CLAIRE et professeur de machine learning à l’Université de Leiden (Pays-Bas), a indiqué :

« Les partenaires privés naturels des partenariats public-privé sont les entreprises en place […] Cependant, l’Europe compte peu d’opérateurs historiques dotés d’une force reconnue dans le monde en matière d’innovation en intelligence artificielle. Nous mettons en garde contre le fait que le partenariat soit uniquement un instrument de financement pour l’adoption de technologies d’IA dans les entreprises existantes; cela devrait vraiment soutenir notre capacité à concevoir et à construire des technologies d’intelligence artificielle, en plus de les utiliser. »

Sur ce point, Morten Irgens a également ajouté :

« C’est là que nous devons également nous tourner vers des start-up et des scalups disruptives fondées sur l’intelligence artificielle, largement soutenus par du capital-risque […] Elles jouent un rôle essentiel dans le développement d’une industrie de l’IA en Europe. Bien que cette activité bénéficie d’un soutien ciblé, nous recommandons d’intégrer ce secteur à la structure de gouvernance du partenariat public-privé. Nous pensons que cela profiterait aux partenaires privés du partenariat. »

Les 10 recommandations

1. Le AI partnership devrait s’inscrire dans un mandat mondial ambitieux. La technologie façonne le monde dans lequel nous vivons. Le AI cPP devrait, en coordination avec d’autres instruments destinés à stimuler l’innovation et la recherche, aider à placer l’Europe au premier plan en matière d’innovation axée sur l’IA.

2. Le partenariat d’IA devrait s’appuyer sur les atouts de l’Europe et en développer de nouveaux, axés sur une IA digne de confiance et centrée sur l’humain. La force industrielle de l’Europe et sa forte position dans la recherche de haute qualité en matière d’intelligence artificielle constituent une puissante plate-forme pour une industrie basée sur l’IA. Il en va de même des droits des citoyens bien développés et légalement fondés en Europe, de la compétence solide en matière de systèmes centrés sur l’humain, fiables et transparents, ainsi que des points forts en matière d’intelligence artificielle interentreprises, de gouvernement à citoyen.

3. Le AI partnership devrait refléter la complexité de l’innovation moderne, axée sur l’IA. En particulier, le AI partnership ne devrait pas simplement considérer les universités comme un producteur de progrès scientifiques, ni les autres acteurs de l’écosystème de l’innovation comme de simples consommateurs de ces résultats.

4. Le AI partnership devrait porter sur l’IA. Le AI partnership ne devrait pas concerner un sous-ensemble de l’IA. Il devrait être centré sur l’IA, avec des mécanismes clairement définis pour l’interface avec des domaines étroitement liés à l’IA, tels que le Big Data, la robotique, l’éthique et le droit.

5. Le AI partnership devrait adopter une approche « All of Europe ». Il existe d’excellentes possibilités de recherche et d’innovation dans toute l’Europe, mais les opportunités ne sont pas réparties de manière égale. Nous encourageons le AI partnership à concevoir des programmes spécifiquement axés sur la mobilisation de ressources et de talents à travers l’Europe.

6. Les entreprises européennes en phase de démarrage et les PME devraient être des partenaires dans l’AI partnership. Les entreprises européennes en place, les grandes entreprises et les PME doivent accorder une attention particulière à la représentation claire du secteur des entreprises axé sur l’innovation.

7. Les universités et les organismes de recherche devraient être des partenaires égaux. Les partenariats co-programmés sont traditionnellement des collaborations entre l’industrie et les universités où le gouvernement finance la participation des universités. Un véritable partenariat est nécessaire pour que cela fonctionne.

8. Le AI partnership doit tirer parti des organisations et des structures existantes. Nous recommandons que la Commission européenne établisse des partenariats avec des partenaires reconnus et pertinents, des groupes d’acteurs et des réseaux, qui sont importants pour l’IA et pour lesquels l’IA est importante.

9. Le AI partnership devrait être établi par le biais d’un processus participatif transparent. Nous demandons à la Commission européenne, lors de la conception du AI partnership, d’engager un dialogue structuré avec les organisations, réseaux et partenariats performants existants, issus du monde universitaire, du secteur privé, du secteur des start-up en Europe et de la société civile.

10. Le AI partnership ne devrait être qu’un des nombreux instruments visant l’excellence et le leadership européens en matière d’IA : l’instrument cPP est conçu pour traiter des objectifs particuliers dans l’écosystème complexe de l’innovation en IA. Cependant, l’Europe a besoin de différents instruments pour traiter différents aspects de ses écosystèmes d’innovation de l’IA et, en particulier, des instruments pour mobiliser les chercheurs universitaires européens.