Actualité La police de la ville anglaise de Durham intègre HART, un programme...

Pour approfondir le sujet

Make research great again (du moins essayons)

Alors que la recherche ne cesse d'avancer, les pseudo-sciences et le complotisme se développent eux aussi à grande échelle. Raphaël-David Lasseri, docteur de l'Université...

Parlement européen : Audition sur l’intelligence artificielle dans le droit pénal

Alors que beaucoup attendent avec impatience le débat de ce mercredi sur l'intelligence artificielle et les initiatives numériques entre Thierry Breton, la commission de l’industrie...

Graphcore: Un processeur qui enthousiasme OpenAI, Demis Hassabis, Uber, Dell ou encore Bosch

Graphcore vient d'annoncer une levée de fonds de 30 millions de dollars. Ce nouveau financement va permettre à la société spécialisée en machine intelligence...

Zelros lève 4 millions d’euros pour accélérer le déploiement de sa technologie IA au service des assureurs

Après le succès de sa compétition Le Meilleur Data Scientist de France, Zelros poursuit ses activités et vient d'annoncer une levée de fonds de 4...

La police de la ville anglaise de Durham intègre HART, un programme d’intelligence artificielle

L’Université de Cambridge et la police de Durham, au Royaume-Uni, ont conçu une intelligence artificielle pour pour mieux évaluer les risques que représentent les suspects. Rapportée par la BBC, cette nouvelle intervient après que plusieurs États américains se soient également équipés de programme de ce type.

HART, un programme d’intelligence artificielle basé sur l’apprentissage automatique

Durham est une ville du nord-est de l’Angleterre comptant près de 50.000 habitants. Les forces de l’ordre locales pourront bientôt compter sur HART (Harm Assessment Risk Tool). Il a pour objectif de les aider à savoir si tel suspect doit être placer en détention, ou non.

Afin de pouvoir s’entraîner, le programme a eu accès à cinq ans d’archives de la police de la ville (2008 – 2012). Son apprentissage s’est basé sur les décisions que les policiers avait pris et sur le taux de récidive des suspects. HART peut donc analyser certaines données d’un suspect (âge, casier judiciaire, délit, code postal, etc.) et prévoir le risque de récidive: faible, moyen ou élevé.

Un système polémique

HART a fait l’objet d’un premier test en 2013. Il a ensuite fallu deux ans pour que l’équipe puisse évaluer le taux de récidive des suspects de l’époque. Les résultats ont satisfaits la police de Durham qui a donc adopté le programme.

Comme l’indique Sheena Urwin, l’une des représentantes de HART, les prévisions de risques faibles se sont révélées exactes 98% des fois. Dans le même temps, HART a vu juste 88% des fois pour les risques élevés. Le système a été développé pour sur-représenter les cas de risque élevé dans une optique sécuritaire.

La police de Durham a indiqué que HART serait pour l’instant utilisé sur des cas choisis aléatoirement. Les agents pourront suivre ses analyses, ou non, afin de déterminer s’ils doivent procéder à la détention du suspect. L’objectif n’est donc pas de laisser HART influencer toutes les décisions policières mais plutôt de continuer à évaluer le programme tout en formant les agents à son utilisation.

Aux Etats-Unis, Compas, un programme de ce type, est également utilisé dans certains États. Il a récemment fait la Une car on le soupçonne de racisme envers les Afro-Américains. Le problème viendrait du système d’apprentissage automatique. Le programme apprend à partir de décisions humaines qui peuvent être biaisées. Le risque qu’il reproduise le même type d’analyse est donc important.

Appel à propositions : La Commission européenne investit 1 milliard d’€ dans des projets axés sur les technologies propres

La Commission européenne a ouvert ce vendredi le premier appel à propositions au titre du Fonds pour l'innovation. Il s'agit de l'un des plus...

Transcription : comment Bertin IT accompagne Crédit Agricole CIB pour renforcer la conformité de ses salles de marché

Des solutions de traitement automatique du langage sont actuellement utilisées dans de nombreux secteurs dont le trading. C'est notamment le cas de MediaSpeech® de...

Appel à contributions pour la CAID (Conference on Artificial Intelligence for Defense) qui se tiendra à Rennes

Dans le cadre de la cinquième European Cyber Week et de la 26e conférence C&ESAR, se tiendra la deuxième conférence CAID (Conference on Artificial...

Recherche médicale : Owkin clôture sa série A avec un total de 70 millions de dollars levés

La start-up Owkin a annoncé clôturer sa série A avec un total de 70 millions de dollars levés. Cette levée de fond se conclut...