L’Office québécois de la langue française dévoile 85 fiches du vocabulaire de l’intelligence artificielle

L’Office québécois de la langue française dévoile 85 fiches du vocabulaire de l’intelligence artif
Actu IA
DcWwk-ZUQAA2WFR

L’Office québécois de la langue française (OFQF) a présenté un vocabulaire spécialisé très utile pour mieux comprendre et utiliser plusieurs concepts en lien avec l’intelligence artificielle. En tout, ce sont 85 termes tels que vision par ordinateurrétropropagation d’erreurs ou approche multiagent qui sont ainsi définis en français.

Reconnu comme un précurseur en matière de terminologie et d’aménagement linguistique, l’Office québécois de la langue française propose, avec la collaboration de l’Institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal, du Département d’informatique de l’Université de Sherbrooke et du Département de génie électrique et de génie informatique de l’Université Laval, un vocabulaire de 85 concepts liés à l’intelligence artificielle.

Ce vocabulaire permettra tant aux travailleurs et travailleuses des domaines de la recherche et de l’enseignement qu’à la population étudiante et au grand public d’avoir accès à une terminologie de pointe en français. Comme l’indique M. Robert Vézina, président-directeur général de l’Office québécois de la langue française :

« Le Québec constitue l’un des pôles d’expertise de la recherche en intelligence artificielle. Il est donc tout naturel que l’Office québécois de la langue française, dont les outils de référence, comme Le grand dictionnaire terminologique et la Banque de dépannage linguistique, sont prisés au-delà même de nos frontières, propose des termes français pour décrire les concepts associés à un domaine en pleine effervescence qui est au cœur de notre quotidien. »

Le site du vocabulaire précise à juste titre que, « que ce soit à l’aide des réseaux de neurones artificiels, grâce à l’apprentissage ou au moyen de la représentation des connaissances, les spécialistes du domaine tentent de trouver des solutions aux enjeux de la société moderne.

Plusieurs secteurs, dont la médecine, le transport et l’éducation, sont touchés directement par les percées et les innovations en intelligence artificielle. Les avancées technologiques qu’elle laisse entrevoir sont phénoménales.

Cependant, pour la plupart des gens, les concepts associés à ce domaine sont plutôt nébuleux. Test de Turing, perceptron ou système à base de connaissances : il s’avère difficile de lier ces termes aux activités de la vie quotidienne. Pourtant, l’intelligence artificielle est au cœur de nos vies… »

Aussi, si vous cherchez la définition d’un terme comme agent, qu’il s’agisse d’un agent autonome, cognitif, intelligent, physique ou réactif, vous en trouverez la définition dans l’une des 85 fiches du vocabulaire de l’intelligence artificielle.

« L’intelligence artificielle regorge de termes accrocheurs souvent galvaudés et pouvant porter à confusion, comme réseau de neurones, apprentissage automatique, reconnaissance des formes ou vision par ordinateur. Le nouveau vocabulaire français de l’intelligence artificielle présenté par l’Office québécois de la langue française est un outil essentiel pour mieux comprendre les termes propres à ce domaine en pleine croissance. » – M. Pierre-Marc Jodoin, professeur titulaire du Département d’informatique de l’Université de Sherbrooke.

Ce vocabulaire comprend des équivalents dans d’autres langues romanes dans plus du quart des fiches, termes recueillis grâce à un partenariat avec le Réseau panlatin de terminologie. Vous avez donc accès à une partie de la terminologie de ce domaine en portugais, en espagnol et en catalan, en plus du français et de l’anglais.

« Les percées récentes en intelligence artificielle entraînent l’apparition de nouveaux termes techniques qui se retrouveront de plus en plus dans notre vocabulaire. L’introduction de ces termes en français dans ce domaine permet une meilleure compréhension par le public, facilite l’apprentissage de nos étudiants et contribue ainsi à moderniser la langue française. » – M. Jean-François Lalonde, professeur adjoint au Département de génie électrique et de génie informatique de l’Université Laval.

« Comme société, il est important de décider quelle place nous voulons donner, dans nos vies, à l’intelligence artificielle. L’existence d’un vocabulaire de pointe sur le sujet est une condition nécessaire pour permettre à tous et toutes de participer à cette discussion. » – M. Yoshua Bengio, directeur de l’Institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal, lauréat du prix Marie-Victorin 2017 et Scientifique de l’année 2017 de Radio-Canada.

Liens connexes