Le CSAIL et l’Institut Wyss de Harvard créent un muscle artificiel révolutionnaire pour la robotique

Le CSAIL et l’Institut Wyss de Harvard créent un muscle artificiel révolutionnaire pour la robotique
Actu IA

Le domaine de la robotique molle connait d’importants développements depuis quelques années. Ses applications intéressent de nombreux secteurs dont bien évidemment l’industrie. Le CSAIL, le laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle du MIT, et l’Institut Wyss de Harvard ont annoncé avoir créé un muscle artificiel qui pourrait révolutionner le secteur.

Un muscle puissant et économique inspiré des origamis

C’est dans un article publié cette semaine par la Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) que l’équipe de chercheurs a dévoilé sa fascinante création. Ils sont parvenus à développer un muscle artificiel très intéressant pour la robotique molle.

Capable de soulever jusqu’à 1000 fois son poids, le puissant muscle reste en effet souple. Les chercheurs ont travaillé à partir d’une poche hermétique, renfermant une structure pliée tel un origami, reliée à une pompe électrique. La poche, remplie d’air ou de liquide, fait office de muscle tandis que la structure interne agit comme des os, permettant à l’ensemble de se contracter et de se plier comme un muscle. Ce sont les pliures effectuées au préalable qui vont déterminer les mouvements qu’il pourra effectuer.

Les chercheurs mettent en avant la facilité de construction. En 10 minutes, il est en effet tout à fait possible de créer son propre muscle artificiel. Les matériaux nécessaires peuvent être particulièrement économiques et le tout revenir à seulement quelques euros. En fonction de l’usage de ce muscle, il convient toutefois de choisir des matériaux spécifiques résistantes et de déterminer le pliage à effectuer.

De multiples applications

Simple à fabriquer, ce muscle artificiel représente une véritable révolution en ce qui concerne la robotique molle. Grâce à ce nouvel outil alliant puissance et souplesse, il est désormais possible de faire lever aux robots des charges lourdes et de répondre aux limites que supposaient ce défi.

Alors que de nombreux secteurs s’intéressent aux robots intelligents, savoir qu’ils pourront désormais être équipés de muscles artificiels permet d’envisager de multiples applications. On pense notamment aux robots industriels et d’exploration spatiale mais également aux exosquelettes et aux robots d’assistance, en particulier médicale. Cette découverte pourrait également être utile en matière de sécurité, de logistique et de maintenance.