Le créateur de Siri veut connecter les IA à nos cerveaux

Le créateur de Siri veut connecter les IA à nos cerveaux
Actu IA
Siri

Tom Gruber, haut responsable d’Apple et créateur en 2007 de l’assistant virtuel Siri, a donné une conférence TED Talk ce mardi 25 avril à Vancouver au cours de laquelle il a expliqué sa vision de l’intelligence artificielle. « Plutôt que de diminuer les humains, la super intelligence devrait nous donner une intelligence surhumaine », a-t-il expliqué au public.

Sa vision de l’avenir a surpris de nombreuses personnes car selon lui, les assistants intelligents auront dans le futur pour objectif d’améliorer l’être humain.

« Imaginez si vous pouviez vous rappeler de toutes les personnes que vous avez rencontrées, de la prononciation de leur nom, de leurs histoires familiales, de leurs sports favoris, des historiques de vos conversations. »

Pour cela, Tom Gruber pense que ces assistants seront connectés directement à notre cerveau mêlant donc mémoire cérébrale et informatique. D’après lui, cette évolution est même « inévitable » et l’intelligence artificielle pourrait ainsi changer totalement notre société et nos vies grâce à de nouvelles applications.

Pour les personnes atteintes d’Alzheimer, un tel dispositif leur permettrait de se souvenir, de pouvoir utiliser leur mémoire et de conserver des données « très confidentielles ».

Ce n’est pas la première fois que ce type d’innovation est

Sérieuse concurrence

Si les propos de Tom Gruber à Vancouver n’engage officiellement que sa personne, nul doute qu’Apple s’intéresse à ces questions d’intelligences artificielles. D’autant que cette vision à longs termes n’est que le prolongement logique de ce que les géants de la Silicon Valley matraquent depuis des années : améliorer nos vies, nous rendre plus productifs, nous faire gagner du temps et éventuellement rendre le monde meilleur.
A l’heure où des géants comme Facebook, Google ou des personnalités comme Elon Musk ont clairement annoncé s’attaquer à ce terrain, Apple a grand intérêt à ne pas (trop) se laisser doubler. Car ces cerveaux déportés hors de nos corps, dans le cloud, sont l’expression ultime des services que nous vantent tous ces acteurs aujourd’hui.