Intelligence artificielle Cinquantième anniversaire de Prolog, premier langage informatique de «programmation en logique»

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

AG2R LA MONDIALE réduit le temps de réponse à ses clients grâce à Classify, solution de reciTAL

Spécialiste de la protection sociale et patrimoniale en France, AG2R LA MONDIALE protège 15 millions d’assurés et accompagne 1 entreprise sur 4. Elle reçoit...

Microsoft Build 2021 : annonce de la fonctionnalité NLP “Power Apps Idea” pour coder plus facilement

L'édition 2021 de la conférence Microsoft Build s'est déroulée du 25 au 27 mai 2021 en ligne. L'occasion pour la multinationale de présenter certaines...

« L’IA au service des territoires et des villes durables en Afrique » était au programme du second forum Afria

"L'IA au service des territoires et des villes durables en Afrique : état des lieux, défis et perspectives" était le thème du second Forum...

Selon une étude de chercheurs du MIT, les CNN souffrent de surinterprétation

Au sein du CSAIL, le laboratoire d'informatique et d'intelligence artificielle du célèbre Massachussets Institute of Technology, Brandon Carter et ses collègues ont mené une...

Cinquantième anniversaire de Prolog, premier langage informatique de «programmation en logique»

Il y a 50 ans, Alain Colmerauer jetait les bases de Prolog, premier langage informatique de « programmation en logique ». A l’instar de LISP, il allait devenir l’un des outils phares de l’Intelligence Artificielle (IA). Après avoir connu la gloire dans les années 80 avec le retentissement mondial du programme japonais d’ordinateurs de cinquième génération, Prolog est entré peu à peu avec les systèmes experts et plus généralement l’IA dans un long hiver où beaucoup virent le présage d’une mort définitive.

Aujourd’hui, la révolution de l’apprentissage profond pour les réseaux de neurones artificiels (Deep learning) a montré de manière éclatante que l’IA pouvait renaître et devenir incontournable dans des applications majeures allant de la reconnaissance faciale à l’interrogation en langage naturel.

Cette percée spectaculaire de l’IA « probabiliste » dans notre quotidien ne doit cependant pas faire oublier sa contrepartie « symbolique ». Les méthodes déclaratives à base de règles du type de celles employées en Prolog sont plus que jamais nécessaires pour expliquer les décisions prises par les systèmes d’IA, que celles-ci aient été produites par apprentissage machine ou à partir d’une représentation explicite des connaissances.

En dehors de l’IA, les approches symboliques restent cruciales pour la plupart des applications, notamment pour la résolution de problèmes combinatoires complexes en optimisation mathématique —un domaine dans lequel la programmation logique par contraintes a permis des avancées significatives. Les approches symboliques sont également utiles dans les applications plus classiques de traitement de l’information, les bases de données relationnelles partageant avec la programmation en logique les mêmes fondements.

Dans tous ces cas de figure, la programmation dans le style de Prolog offre un niveau d’abstraction et un pouvoir d’expression élevés qui peuvent servir à la fois à des spécifications de programmes rigoureuses et à des mises en œuvres efficaces. Sans exagération, on peut dire qu’à travers son approche déclarative de la programmation, Prolog aura posé les bases des langages généralistes de demain qui seront plus adaptés à l’homme.

5 ans après la disparition de son créateur, l’année du 50e anniversaire de Prolog a pour ambition d’illustrer le potentiel et la vitalité de l’IA symbolique.

Annoncée en octobre dernier lors de la journée scientifique d’hommage organisée par l’Université d’Aix-Marseille, l’« Année Prolog 2022 » se construira autour de deux initiatives fédératrices :

  • Un Prix Alain COLMERAUER décerné par un jury international qui clôturera un concours ouvert à tous pour la réalisation la plus significative en technologie Prolog.
  • Un « Bus scolaire Prolog » qui sillonnera les académies afin de réintroduire auprès des jeunes générations les concepts de programmation déclarative. Il s’agit là d’une initiative de longue haleine qui sera lancée en cours d’année. La vocation de ce « Tour de France » (et d’ailleurs) sera de familiariser les écoliers et les collégiens à Prolog, comme ils le sont déjà au langage Scratch1. A l’issue de cette caravane scolaire, un prix récompensera le plus « joli » programme Prolog écrit par un élève. La logistique pour cet événement demandera la collaboration du plus grand nombre.

L’organisation sera assurée à travers le mécanisme suivant :

  • Un Comité fondateur dont les membres sont à l’initiative de Bob Kowalski, Jean Rohmer, et Célestin Sedogbo les signataires de cet appel.
  • Un Comité de patronage, le plus large possible, rassemblant des personnes physiques ou morales issues de différents pays du monde.

 
Pierre-yves Gerlat

Partager l'article

META AI dévoile BlenderBot 3, un projet de recherche sur l’IA conversationnelle

Après avoir présenté BlenderBot en 2020, la mouture BlenderBot 2.0 en 2021, META a dévoilé BlenderBot 3 le 5 août dernier. Comme pour ses...

Reconnaissance faciale : la plateforme « From Numbers to Name » aide à identifier les victimes de l’Holocauste

Le deep learning est aujourd'hui utilisé dans de nombreux domaines, il l'est de plus en plus dans celui de l'histoire. Daniel Patt, un ingénieur...

Lancement de l’appel à candidatures de la phase V des pôles de compétitivité

Alors que la phase IV (2019-2022) des pôles de compétitivité prendra fin en décembre 2022, Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie, des Finances et...

Focus sur SMART, programme de l’IARPA visant à identifier et surveiller les constructions à grande échelle grâce au machine learning

L'IARPA (Intelligence Advanced Research Projects Activity), la branche de recherche de la communauté du renseignement aux Etats-Unis, a lancé le programme SMART (Space-based Machine...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci