Projet Hyperlieux mobiles : les premiers résultats sur l’impact des véhicules autonomes et connectés ont été présentés

Projet Hyperlieux mobiles : les premiers résultats sur l’impact des véhicules autonomes et connectés
Actu IA
Ville en mouvement

Avec le lancement des premières navettes autonomes sur route ouverte, le véhicule autonome et connecté est devenu une réalité. Objet sophistiqué qu’il faut appréhender, c’est également une opportunité pour repenser et vivre différemment la mobilité. C’est l’objectif du projet de recherche action Hyperlieux mobiles mené par l’Institut pour la Ville en Mouvement-VEDECOM (IVM). Programme international et multidisciplinaire d’observation et d’échanges, il vise à observer, analyser, identifier et développer de nouvelles façons de se déplacer autour du véhicule autonome et connecté (VAC).

Pour présenter les premiers résultats de ce projet d’envergure, l’IVM organisait le 7 février une journée de rencontres qui a réuni plus de 150 participants. Au programme : séances de débats et d’échanges, projection de films, micro-ateliers, exposition…

Observer la société pour innover

En s’appuyant sur son réseau de partenaires en Amérique Latine, en Chine, en Afrique et en Europe, le hub de recherche international de l’IVM vient de recenser pas moins de 250 activités mobiles : du triporteur indien équipé d’un système Wifi à l’expérience d’un abattoir mobile en Suède, en passant par des nouveaux types de cinéma ou de médiathèques ambulants. Pour observer et analyser ces différentes mobilités, le projet dispose d’une équipe de chercheurs et d’experts aux horizons très divers : géographes, architectes, urbanistes, sociologues, etc.

À partir de l’observation des pratiques et des modes de vie et de consommation existants, l’enjeu du projet est de dévoiler les formes inattendues d’urbanité générées par de nouvelles interactions entre espaces, mobilités, connectivités et activités. Il s’agit également d’envisager les ruptures possibles liées à la généralisation du VAC, le véhicule porteur d’une activité mobile pouvant, dès aujourd’hui participer à une redéfinition des lieux du quotidien.

La mobilité de demain : activités, sociabilité et interactivité

Fort de toutes ces observations menées sur différents territoires, le hub de recherche international lance la deuxième phase de ce projet. L’objectif aujourd’hui est de concevoir de nouveaux services et d’élaborer des projets d’activités en mouvement enrichies, augmentées et multipliées par le véhicule autonome et connecté (VAC).

L’enjeu est aussi d’expérimenter, des dispositifs en partenariat avec des acteurs locaux et des territoires et de scénariser les situations urbaines, les micro-espaces urbains et hyperlieux mobiles de demain. Si les nouvelles fonctionnalités offertes par le smartphone n’ont pas seulement amélioré le téléphone mais ont aujourd’hui pris le pas sur la fonction téléphonie, il est probable qu’avec le véhicule autonome la fonction transport soit bientôt dépassée par une multitude d’activités : travail, sport, divertissement, etc.

En nous libérant de l’obligation de conduire, le véhicule autonome et connecté fait évoluer notre rapport au temps dans les déplacements (qui ne serait plus « perdu ») et notre rapport à l’espace dans ces nouveaux types de véhicules (dont l’aménagement intérieur devrait être repensé).

« Le véhicule autonome et connecté, tel qu’il est annoncé, peut être un détonateur de mutations très profondes dans la mobilité. Hyperlieux mobiles est un projet collectif qui permet d’aborder les questions de mobilité au-delà du simple transport de personnes et de biens » explique Mireille Apel-Muller, directrice de l’Institut pour la Ville en Mouvement.

« L’un des objectifs du projet est d’inventer les applications du véhicule autonome et connecté quand le motif n’est pas avant tout le déplacement mais l’activité à bord » ajoute-elle.

Selon Philippe Watteau, directeur général de VEDECOM, qui concluait les échanges de la journée :

« habiter le mouvement, tel est le nouvel enjeu, la nouvelle opportunité, la nouvelle liberté qu’offre la mobilité autonome et qu’adresse, bien au-delà de la technologie, le programme Hyperlieux mobiles de l’Institut pour la Ville en mouvement de VEDECOM en approfondissant, de manière radicale, la question des nouveaux usages de la mobilité autonome ».