Intelligence artificielle IMT Mines Alès se dote d'un département d'enseignement sur l'intelligence artificielle adossé...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Google souhaite vaincre les problèmes dermatologiques à l’aide de l’intelligence artificielle

Il y a quelques années, L’Université de Waterloo exploitait l'intelligence artificielle pour faciliter la détection des cancers de la peau. Dans le même esprit,...

DELPHI : un framework du MIT utilisant le machine learning pour estimer l’impact d’un article scientifique

Deux chercheurs du Massachussets Institue of Technology (MIT) ont développé un framework grâce à l'intelligence artificielle. Basée sur le machine learning, cette infrastructure logicielle...

ABBYY enrichit sa bibliothèque de développement open source dédiée au machine learning

ABBYY, une multinationale spécialisée dans la conception de logiciels et dans "l'intelligence digitale", étend les capacités de sa bibliothèque de développement open source NeoML....

Copilot, TabNine : le défi des outils d’autocomplétion basés sur l’IA pour aider les développeurs à écrire leurs codes

La plateforme de développement logiciel GitHub a annoncé, à la fin du mois de juin, le lancement de son dernier outil : GitHub Copilot....

IMT Mines Alès se dote d’un département d’enseignement sur l’intelligence artificielle adossé au laboratoire LGI2P

IMT Mines Alès a annoncé avoir pris la décision de faire évoluer son offre pédagogique pour la maintenir en adéquation avec les besoins de la société et les attentes des étudiants. C’est dans ce cadre, que l’établissement a créé un nouveau département d’enseignement dédié à l’intelligence artificielle qui ouvrira ses portes à la rentrée prochaine. (CP)

Les activités liées à l’intelligence artificielle (IA) progressent de manière significative dans les entreprises. Ainsi, l’organisme d’études IDC (International Data Corporation) estime que le marché de l’IA qui pesait près de 8 milliards d’euros en 2016 devrait passer à plus de 47 milliards d’euros d’ici 2020. De son côté, le rapport Villani fixe l’objectif de multiplier par trois le nombre de personnes formées en IA d’ici à 3 ans.

« Il s’agit d’une chance que nous nous devions d’apporter à nos élèves, explique Thierry de Mazancourt, directeur d’IMT Mines Alès. D’une part parce que notre école s’attache à développer ses domaines d’excellence autour des grands défis scientifiques, technologiques et sociétaux du XXIe siècle. Ensuite parce qu’elle dispose déjà de fortes compétences en matière d’intelligence artificielle avec son laboratoire de Génie Informatique et Ingénierie de Production (LGI2P) ».

En effet, des équipes de chercheurs spécialisés s’intéressent en particulier à l’Extraction des Connaissances, à l’Aide à la Décision, à la Résolution de Problèmes et à l’Apprentissage Automatique – sujets incontournables au cœur de toutes les ambitions scientifiques et technologiques de la transition numérique. Ces données, souvent massives, analysées et exploitées par des algorithmes et des techniques qui relèvent de la Science des Données, constituent le socle qui permet à l’IA de comprendre et d’apprendre en simulant un comportement humain.

Adossé à ce laboratoire, c’est un département d’enseignement dédié à l’intelligence artificielle et à l’informatique qui s’est structuré, visant à proposer une formation de pointe aux élèves, déclinée en deux options « Intelligence artificielle & sciences des données » et « Ingénierie logicielle ».

« L’intelligence artificielle s’intéresse à la résolution de problèmes complexes via l’utilisation detechniques informatiques capables de simuler certains traits de l’intelligence humaine comme le raisonnement ou l’apprentissage », explique Sylvie Ranwez, responsable du nouveau département. « Elle entretient des liens étroits avec les Sciences des Données. Avec l’avènement du Big Data, le Machine Learning et l’Intelligence Artificielle sont devenus d’incontournables sujets scientifiques et technologiques ».

L’option « Intelligence artificielle & sciences des données » formera des Data Scientists et des informaticiens intégrateurs des technologies de l’IA dotés d’une forte spécialité dans différents domaines applicatifs (Image, Traitement automatique de la langue, Santé) pour imaginer le monde numérique de demain.

« D’un autre côté, complète Sylvie Ranwez, des objets connectés domestiques aux réseaux de capteurs àlarge échelle des villes intelligentes, des smartphones aux clouds gérant des services en ligne, l’émergence des nouveaux usages du numérique nécessite l’ingénierie d’architectures logicielles de qualité maîtrisée malgré une complexité croissante ».

C’est l’objet de la seconde option « Ingénierie logicielle » qui formera des ingénieurs maîtrisant des méthodes, des paradigmes et des technologies nécessaires à la conception et au développement de solutions logicielles pertinentes. Pour compléter cette expertise en Ingénierie Logicielle, des fondamentaux d’Intelligence Artificielle permettront d’intégrer des approches automatiques de résolution de problèmes ou d’interprétation sémantique à des services logiciels innovants.

À ces deux options viendront prochainement s’ajouter des parcours accessibles par la voie de l’apprentissage. Ce nouveau département sur l’IA complète l’offre généraliste d’IMT Mines Alès, qui dispose par ailleurs de départements d’enseignements dans les domaines suivants ; génie civil et construction durable, matériaux innovants, industrie du futur, environnement-énergie-risques, ressources minérales.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Johanna Diaz

Partager l'article

Covid-19 : Focus sur Early Warning System (EWS) développé par BioNTech et InstaDeep pour détecter les variants à haut risque du SARS-CoV-2

En ce moment, nous entendons beaucoup parler de Delta et Omicron, les deux variants circulant le plus en France, mais on est loin d'imaginer...

La CNIL lance une consultation publique sur l’usage des caméras intelligentes dans les espaces publics

Devant la recrudescence des caméras intelligentes ou augmentées dans les espaces publics et les problèmes éthiques ou juridiques que ces dispositifs posent, la CNIL,...

Est-ce que Python est sécurisé ? Etude réalisée par Snyk

Selon une étude réalisée par Snyk, aujourd'hui, 43 % de toutes les fuites de données sont directement liées à des vulnérabilités découvertes au sein...

Bouches-du-Rhône et Var : 12 000 piscines non déclarées détectées grâce à l’Intelligence Artificielle

Il y a et il y aura toujours des fraudeurs... L'intelligence artificielle va permettre de repérer ceux qui ont «omis» de déclarer certains bâtis...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci