IA : 66 % des CEO feraient confiance aux organismes publiant un code de déontologie selon une étude de Fujitsu

IA : 66 % des CEO feraient confiance aux organismes publiant un code de déontologie selon une étude de Fujit
Actu IA
Fujitsu

Dans une étude conduite dans 9 pays et publiée récemment, Fujitsu souligne la corrélation évidente entre la pérennité du succès et les mesures visant à instaurer la confiance. Ces dernières doivent notamment être en place pour garantir l’efficacité de toute décision fondée sur l’intelligence artificielle.

L’étudeFujitsu Future Insights Global Digital Transformation Survey Report 2019 souligne l’importance de la confiance dans le succès à long terme de l’entreprise, et plus particulièrement comme fondement d’une prise de décision fondée sur l’IA.

Fujitsu pays
© Fujitsu

Selon les résultats de cette dernière, les organisations ont plus de chances de réussir leur transformation numérique si leur approche comprend des mesures visant à faciliter la confiance, comme la présentation de perspectives à long terme, un leadership empathique et des mesures visant à responsabiliser les employés.

Selon le rapport de l’entreprise japonaise, 3 chefs d’entreprise sur 5 (63%) affirment qu’ils feraient confiance aux décisions prises par l’IA s’ils disposaient d’un raisonnement substantiel pour prendre ces décisions. Les deux tiers (66 %) sont même enclins à faire confiance aux organismes qui publient un code de déontologie régissant leur utilisation de l’IA.

Fujitsu étude
© Fujitsu

Bien que la transformation numérique soit achevée ou en cours dans 87 % des entreprises interrogées, le défi de la confiance demeure un enjeu, notamment en ce qui concerne la façon dont ces dernières traitent les données personnelles. Une majorité de CxO (Chief eXperience Officer) et de décideurs (72 %) craignent que leurs données personnelles soient exploitées par des organisations tierces sans autorisation. Néanmoins, 69 % des personnes interrogées trouvent acceptable de fournir ces-dites données à des entreprises qu’elles jugent dignes de confiance. 67 % y sont d’autant plus favorables si ces données peuvent contribuer à améliorer leurs produits et services.