L’intelligence artificielle et le facteur humain

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Hôtellerie & Plannings : La start-up de la French Tech Skello lève 40 millions d’euros pour améliorer sa solution d’automatisation des plannings

Skello, une des start-up de la French Tech, annonce avoir levé 40 millions d'euros auprès du fonds d'investissement Partech. Avec ce financement, la jeune...

“Ne vendons pas notre âme à l’intelligence artificielle”, le mathématicien Alain Connes s’exprime sur France Info

Alain Connes était l'invité d'Olivier de Lagarde ce mardi 8 mai dans son émission Sous les pavés 2018 sur France Info. Il a souhaité...

Les fintechs, un secteur à fort potentiel en pleine expansion

Depuis quelques années, les investissements dans les fintechs connaissent une très forte progression. Différents domaines sont concernés tels que l'assurance, les prêts, les paiements,...

Les Trophées MediaRH, un concours ouvert aux start-up visant à optimiser les RH

AtoS France et MediaRh.com ont lancé les Trophées MediaRH 2017 qui récompenseront les start-up proposant des solutions RH novatrices. Il s'agit de la première édition...

L’intelligence artificielle et le facteur humain

L’arrivée des solutions d’intelligence artificielle dans les entreprises représente une opportunité unique de mobilisation des équipes.

Les Directions des Ressources Humaines commencent à voir la transformation des organisations et des métiers induits par l’IA comme le moyen de répondre à certaines préoccupations des salariés en terme d’évolution professionnelle et de formation.

L’implémentation de l’IA dans l’entreprise provoque une remise à plat des processus internes dans un souci d’amélioration de la productivité. Les tâches répétitives seront confiées à l’algorithme qui, grâce à l’exploitation massive de données et à la puissance de calcul aujourd’hui disponibles, effectuera les tâches plus vite et de manière plus efficace que les collaborateurs humains en charge de ces tâches.

Evidemment, tout ceci ne se fait pas du jour au lendemain.

La préparation des données représente un enjeu crucial car elle permet d’éviter les biais et d’obtenir « assez » rapidement une performance de(s) l’algorithme(s) supérieure à celle de l’humain. Seulement, l’algorithme n’est pas intelligent, si les données d’entrées sont biaisées, alors les résultats sont décevants.

C’est bien le collaborateur(trice) qui va pouvoir travailler sur les données et superviser l’apprentissage de la machine.

L’humain connaît son métier, la machine exécute.

On voit donc apparaître de nouveaux métiers autour de la data et une offre de formations commence à se structurer. En France, l’école 42, Microsoft/Simplon.co, les cours en ligne de Google ou, par exemple, de Coursera proposent des formations à ces « nouveaux métiers ».

Il est évident qu’aux cotés des Data Analysts et des Data Scientists qui vont, en simplifiant, travailler sur les algorithmes, il va falloir constituer des équipes de techniciens qui auront pour charge d’identifier et d’étiqueter les données nécessaires à l’apprentissage machine… et ainsi éviter les biais.

Les intitulés de poste ne sont pas encore figés, on parle de « Développeur de data IA », de « Dat(A)rtisan », de compétences « Getting and cleaning data ». Les DRH vont trouver dans ces nouveaux métiers l’opportunité de proposer de nouvelles formations aux salariés.

Les équipes vont ainsi pouvoir s’approprier ces technologies et en comprendre le fonctionnement. Ceci contribuera fortement à « rassurer » les plus inquiets. Les collaborateurs vont apprendre de nouveaux métiers pour lesquels leur expertise est indispensable.

Ces formations permettront aux salariés de constater qu’ils ont leur place dans l’entreprise de demain. Ils seront mobilisés, impliqués et acteurs de la transformation. Or, tout dirigeant le sait, une équipe motivée c’est une entreprise qui fonctionne mieux.

C’est bien l’IA qui « augmente » l’humain et non l’inverse.

Les Directions des Ressources Humaines vont être au cœur du dispositif de transformation et vont considérer l’intégration des solutions d’intelligence artificielle comme une opportunité pour re-mobiliser les équipes et leur donner de nouvelles perspectives.

Contributeur expert

Olivier Mégean

Olivier Mégean a dirigé et développé, dans les années 2000, la start-up Companynews d

Partager l'article

PERSEPHONE : Prophesée développe une IA neuromorphique pour les smartphones avec le soutien de Bpifrance

Prophesee, start-up parisienne spécialisée dans les systèmes de vision artificielle basés sur l’ingénierie neuromorphique, annonce un investissement de 15 millions d’euros pour développer la...

H-optimus-0 de Bioptimus : quand l’IA générative redéfinit le diagnostic médical

Lancée le 20 février dernier, la start-up Bioptimus a annoncé hier la sortie de H-optimus-0, le plus grand modèle de fondation d’IA open source...

Microsoft abandonne son poste d’observateur au conseil d’administration d’OpenAI, Apple renonce au sien

C’est par courrier qu’OpenAI a appris ce mardi 10 juillet que Microsoft avait décidé de ne plus occuper le poste d’observateur au sein de...

IA et optimisation des processus : Celonis et Emporix lancent une nouvelle solution d’orchestration

Celonis, leader du Process Mining et du Process Intelligence, annonce le lancement d’une nouvelle solution d’orchestration des processus pilotée par l’IA, développée en collaboration...