10 choses que j’ai apprises en lançant le Meetup WiMLDS Paris

    10 choses que j’ai apprises en lançant le Meetup WiMLDS Paris
    Actu IA
    wimlds

    Avant que vous ne commenciez à lire cet article, précisons ce que sont Meetup et WiMLDS. Meetup est un réseau social permettant à ses utilisateurs d’organiser des événements sur des thèmes spécifiques. Des Meetups existent dans le monde entier, en voici quelques exemples sur la scène parisienne : Paris Tag Rugby, Paris Machine Learning Group, Paris Spark Meetup…etc. WiMLDS est l’acronyme de “Women In Machine Learning & Data Science”.

    Depuis que j’ai créé le meetup WiMLDS en août 2017, j’ai entendu de nombreux commentaires sur sa dimension “sexiste” et souhaite clarifier un point important:  le meetup WiMLDS Paris donne la parole à des femmes mais il est ouvert à tout le monde, sans discrimination de genre ou de formation.

    Cela ne dérange personne que la conférence R Finance ou qu’un atelier KDD ne donne la parole qu’à des hommes. N’inviter que des experts masculins n’est-il pas problématique ? Je pense que oui car cela renforce l’association inconsciente entre compétence et le genre masculin. En créant un meetup ouvert à tous qui met en avant des femmes nous souhaitions tordre le cou à  cette association.

     

    Voici ce que j’ai appris en créant un meetup de A à Z avec une équipe fantastique.

    La genèse du meetup

    En avril 2017, j’ai rencontré Chloé-Agathe Azencott lors de la conférence ICLR. Je suivais son parcours et l’admirais depuis longtemps sans lui avoir jamais dit.

    Au cours de cette conférence dédiée au machine learning, mon entreprise de l’époque (Criteo Labs) a organisé un cocktail. J’ai invité Chloé en pensant qu’elle ne viendrait pas. J’avais tort et n’en ai pas cru mes yeux quand je l’ai vue à l’entrée du hall ! Nous avons rapidement discuté de la représentation des femmes dans le monde universitaire.

    Nous partagions toutes deux le même point de vue : les femmes sont présentes mais elles ne sont pas suffisamment visibles. En tant que recruteuse, j’assiste à des conférences techniques et scientifiques partout dans le monde et j’ai constaté que les femmes étaient moins nombreuses que les hommes lors des conférences et encore plus rarement sur scène ! Néanmoins, j’ai remarqué plus de femmes dans les domaines du machine learning et de la Data Science que dans les communautés de l’ingénierie pure (du moins en France).

    Après avoir échangé pendant une heure, Chloé et moi avons décidé de nous revoir pour poursuivre cette conversation.

    La création du Meetup WiMLDS Paris

    Quelques semaines plus tard, Chloé et moi avons découvert la communauté Women in Machine Learning and Data Science. Cette communauté était à la fois mondiale et locale. Cependant, il n’y avait pas encore de chapitre à Paris. Nous nous sommes immédiatement portées volontaires pour le créer !

    L’équipe fondatrice du WiMLDS a été particulièrement utile et enthousiaste à cette idée. Elle nous a fourni tous les outils nécessaires à l’organisation de nos événements : logos, code de conduite…. L’une des raisons qui nous a amenées à choisir WiMLDS est la volonté affichée de mettre en avant des femmes conférencières et de proposer des événements ouverts à tous. C’était un élément clé de la conception de nos événements ! Le but ? Constituer un groupe plus diversifié d’experts en machine learning et en Data Science rassemblant des femmes, des hommes et des individus non binaires! 🚻

    Une fois tous ces éléments réunis, 2 autres ingénieures ont rejoint l’équipe de WiMLDS Paris: Chiara Biscaro, une ancienne astrophysicienne qui est devenue Data Scientist et Fanny Riols, ingénieure en machine learning. Depuis peu, Fanny a déménagé au Canada et Marina Vinyes a complété l’équipe.

    🔥 Plutôt que de réfléchir aux raisons du manque de représentation des femmes dans ce milieu, nous avons préféré agir.

    Dès le début, le format de notre Meetup était évident. Nos meetups se déroulent en deux temps. La première partie contient deux présentations : une académique + une industrielle. Comme nous souhaitions que nos meetups soient interactifs, il était clair que la deuxième partie proposerait des tables rondes, des discussions, des tutoriels et des présentations sur des domaines divers : ingénierie, ressources humaines, économie… etc. pour que les participants puissent participer .

    Le Meetup WiMLDS Paris est né !

    Ce que j’ai appris en créant le meetup WiMLDS Paris 👇

    ✖️ Faire face aux critiques

    Sans surprise, lorsque nous avons créé le meetup, nous avons fait face à des commentaires :

    « Votre meetup est sexiste », « Je ne viendrai pas parce que c’est uniquement pour les femmes », « les hommes sont meilleurs en mathématiques que les femmes ».

    Cette dernière citation est ma préférée ! 😉 Un homme me l’a dit après que James Damore ait publié son fameux document de 10 pages : Google’s Ideological Echo Chamber. Lorsque l’on met en place des actions de promotion de la diversité, il sera toujours indispensable d’être pédagogue et d’expliquer le sens de votre démarche.

    Ces commentaires ont-ils remis en question la volonté de l’équipe WiMLDS Paris ? Au contraire ! Cela a renforcé notre volonté d’organiser des tables rondes ou des panels en invitant des interlocuteurs masculins au cours de nos événements. Nous n’avons jamais voulu exclure les ingénieurs masculins. Nous savons en effet que nous avons également besoin d’eux pour rendre le Machine Learning, la Data Science et la technologie en général plus inclusives et mixtes!

    L’équipe WiMLDS Paris et moi-même rappelons très souvent que notre rencontre met en lumière des femmes conférencières et est ouverte à tous, sans distinction de sexe ou d’origine.

    Il y a un an, 80% des participants à notre meetup étaient des femmes et pour 20% d’hommes. Lors de notre dernier meetup en juin 2018, le ratio était de 60% de femmes et de 40% d’hommes. C’est la preuve que les hommes se sentent bienvenus et viennent par intérêt pour les sujets techniques présentés.

     

    🤝 L’organisation d’un meetup: un vrai travail d’équipe

    Organiser des meetups attractifs et stimulants demande du temps et de l’organisation. Tout cela en vaut la peine ! En plus de trouver les conférencières, il y a beaucoup de tâches à réaliser : trouver un lieu, communiquer en ligne, gérer les prises de contacts… etc. Afin d’optimiser ce que nous faisons, nous avons créé des modèles, des tableaux de bord pour répartir la charge de travail entre les membres. Chiara est notre responsable communication, Marina est le contact privilégié avec les entreprises qui nous accueillent et Chloé et moi-même avons la charge de trouver des oratrices atypiques. Sans organisation, nous ne pourrions pas allier nos vies professionnelles et l’organisation des meetings.

    🙅‍ Les femmes ne sont pas habituées à parler en public

    Pour trouver des conférencières, nous avons commencé par contacter des ingénieures et chercheuses dans notre réseau personnel. Beaucoup d’entre elles étaient enthousiastes à l’idée de faire une présentation et nous ont permis de proposer des interventions exceptionnelles. Nous avons également trouvé des volontaires grâce à la speaker’s spreadsheet (NDLR : liste des personnes volontaires pour intervenir en tant que speakers).

    L’un des défis auxquels nous avons été confrontées a été de convaincre les ingénieures de prendre la parole en public. Nous sommes fières d’avoir convaincu Nathalie Lamy, CTO de Netatmo, Tatiana Starikovskaya, Professeur à l’ENS et Betty Moreschini, ingénieure en logiciel chez vpTech, de faire une présentation pour la première fois !

    Par exemple, Nathalie s’est préparée à l’avance, est venue avec plusieurs collègues lors de la rencontre. Puis, après son intervention à WiMLDS Paris, elle a été invitée à faire une présentation lors du 10ème anniversaire de Duchess.fr.

    En ce qui concerne Betty, elle a tellement aimé présenter qu’elle a soumis des propositions d’interventions à plusieurs conférences et meetups auxquels elle pourrait espérer participer à l’avenir.

    Ce genre d’histoire est la raison pour laquelle toute l’équipe WiMLDS Paris organise des meetups. Nous donnons aux femmes une plateforme bienveillante pour qu’elles puissent échanger sur des sujets techniques.

    🔴 La création de modèles est essentielle

    Malheureusement, trop souvent, lorsque nous contactions des intervenantes potentielles, ces dernières pensaient que leurs projets n’étaient pas intéressants.

    Cette impression est notre principal obstacle. C’est l’illustration du syndrome de l’imposteur que les femmes ressentent à propos d’elles-mêmes. Elles manquent de confiance en elles et pensent qu’elles ne sont pas légitimes dans leur domaine d’expertise.

    Notre rencontre crée des exemples de femmes ingénieures pour les ingénieures et chercheuses actuelles et futures. Le besoin de figures dont on peut s’inspirer est absolument crucial, comme cela a déjà été démontré en 2008 par Ingrid Bauer dans son article intitulé The Need for Female Role Models in Engineering Education. Cela aide à « démontrer que devenir ingénieure est réalisable pour elles».

    🦄 Beaucoup de femmes assistent à leur premier meetup

    A chaque meetup WiMLDS Paris, nous sommes surprises du nombre de participantes qui viennent à un meetup pour la première fois.

    Gaayathry Pajaniappa, Data Scientist et Data Architect chez Accenture, en est un très bon exemple. Elle a écrit un magnifique récit sur son expérience à WiMLDS Paris. Elle y a expliqué pourquoi il est important de travailler en réseau avec des pairs.

     

    Ce type de témoignage est déterminant pour l’équipe WiMLDS Paris. Nous permettons aux femmes de développer un nouveau réflexe professionnel : assister à des meetups!

    🎤 Les femmes sont des oratrices inspirantes

    Ce qui m’a le plus frappée, c’est le sérieux avec lequel nos conférencières se préparent.

    A chaque fois que nous organisons une rencontre, nous demandons à nos intervenantes plusieurs informations : compte Twitter, photo, titre de présentation…etc.. Systématiquement, nous demandons l’envoi des slides deux jours avant le meetup pour les fusionner et éviter tout problème technique le jour J. Nos intervenantes ont toutes respecté ce délai et tous nos meetups se sont bien déroulés!

    Très souvent, nos conférencières préparent leur intervention en veillant à ce que les membres de leur équipe passent en revue leurs slides ou, mieux encore, répètent au préalable!

    Par exemple, Tatiana Starikovskaya, professeure adjointe à l’ENS, a présenté un sujet très théorique : Ultra-efficient Algorithms for Testing Well-Parenthesised Expressions. Elle craignait initialement que les gens ne soient pas intéressés. Elle a attiré l’attention de tous les participants avec des explications claires, pédagogiques et provoqué des réactions enthousiastes (1, 2, 3)!

    🌠 Initier des partenariats avec des conférences et d’autres meetups est essentiel

    En mars 2018, nous étions les ambassadrices parisiennes de la conférence Women in Data Science. Nous avons organisé un événement avec le Paris Data Ladies meetup. Nous avons accueilli le Best Data Scientist 2017, organisé des tables rondes sur divers sujets techniques et des ateliers de code pour les enfants (voir ci-dessous). Ce type de manifestation, nous permet d’aller au-delà de notre mission initiale.

    Plus récemment, nous nous sommes associées à la conférence DotAI au cours de laquelle Chloé est intervenue sur le thème “Using Structure to Select Features in High Dimension”.

     

    Un partenariat plus récent avec les organisateurs de React Conference nous a permis d’obtenir une réduction de 15% avec le code promotionnel « ReactiveWiMLDS18 ». Ces partenariats attirent un public plus mixte aux conférences.

    À l’avenir, nous souhaiterions engager un partenariat (comme la rencontre du New-York WiMLDS) avec la communauté scikit-learn. Cette dernière regrettait récemment « d’avoir seulement [compté] une femme dans [la] liste de [ses] contributeurs » lors de son dernier sprint en France.

    En 2019, l’équipe WiMLDS Paris organisera un événement avec d’autres meetups parisiens. Le but est de montrer que notre meetup ne consiste pas seulement à mettre les femmes au premier plan, mais aussi à être un événement scientifique et technique reconnu. Si cette première tentative est un succès, nous pérenniserons la démarche.

    📖 Le partage de connaissances est déterminant

    Dès l’origine de notre meetup, nous avons fait le choix de communiquer en anglais.

    Premièrement, les français sont bons en anglais (oui, je vous le jure ! Au moins dans la communauté Data Science et tech 😉). Deuxièmement, le fait d’utiliser le français n’est pas logique lorsque l’on travaille dans le machine learning et la Data Science.

    Plus important encore : notre meetup ne se limite pas à un public parisien. Tout le monde, peut accéder au contenu de nos meetup en ligne. Un autre résultat positif est que nous aidons les ingénieurs et chercheurs étrangers travaillant à Paris à trouver un lieu où ils interagissent facilement avec leurs pairs ! La langue ne doit pas être une barrière. Avec une espagnole, une italienne et deux françaises dans l’équipe de WiMLDS Paris, nous devions être exemplaires !

     

    🔫 Les Meetups ne sont qu’un début

    Les meetups WiMLDS permettent aux ingénieurs, aux data scientists et aux chercheurs existants de se créer un réseau et de partager des connaissances.

    Cependant, si nous voulons que le monde des STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) soit plus équilibré et mixte, nous devrions encourager les enfants à expérimenter, à jouer avec les nombres et les ordinateurs.

    À cet égard, nous serions ravies d’aider davantage. Nous pensons que notre contribution pourra s’additionner à celle des entreprises ou des organisations telles que Magic Makers.

    🎁 Être organisatrice de meetups entraîne des responsabilités

    Outre le temps passé à organiser les réunions, toute l’équipe de WiMLDS Paris mène fréquemment des actions complémentaires. Cela apporte une autre dimension à la portée de notre activité. Voici quelques exemples :

    Conclusion

    Le meetup de WiMLDS Paris a récemment lancé sa « Saison 2 » le 19 septembre 2018 avec une conférence exceptionnelle d’Erin LeDell de H2O.ai et la semaine suivante le 26 septembre 2018 chez BlaBlaCar. Toute l’équipe se consacre à continuer d’encourager les femmes à partager des connaissances avec leurs pairs, à être sur scène et sous les projecteurs.

    A titre personnel , j’ai dernièrement participé le 25 septembre 2018 au Parlement européen à un panel sur le thème « Gender in Tech » aux côtés de Maria Rosa Gibellini, directrice générale du FEI, pour être sûre que notre expérience au WiMLDS Paris encourage le secteur de la technologie à se diversifier davantage, en particulier dans le machine learning et la Data Science !

    💎 Plus de lectures sur ce thème :

    [📜] If you think women in tech is just a pipeline problem, you haven’t been paying attention Par Rachel Thomas

    [📜] AI is The Future — But Were Are The Women? Par Tom Simonite

    [ 📽] Gender Equality as an Innovation Challenge Par Sarah Kaplan

    [📜] Diversity in Tech Conferences and Meetups — How and Why Par Matthew Skelton

    [📜] What Can Conferences Do To Attract More Women Speakers? Par Trisha Gee

    [📜] Four Reasons Not To Go To A Technical Meetup Par Mary Loubele

    [📜] Estimating the Gender Ratio of AI Researchers Around the World Par Sam Hudson

    [ 🎧] Les machines ont-elles un sexe? Avec Justine Cassell

     

    PARTAGER