Actualité Utilisation de l’IA dans les médias : La commission de la culture...

Pour approfondir le sujet

Kyndryl, la nouvelle société distincte d’IBM qui proposera des services managés d’infrastructure

IBM a annoncé cette semaine le nom de la nouvelle entité en charge des services gérés d'infrastructure qui fonctionnera en tant que société indépendante....

Focus sur Car Thing, le dispositif doté d’une commande vocale pour les véhicules lancé par Spotify

La technologie Bluetooth est une des options non présentes dans certaines voitures, ce qui n'est pas pratique pour écouter la musique que l'on souhaite...

Généthon et WhiteLab Genomics vont collaborer afin d’utiliser l’IA dans le cadre de la thérapie génique

Généthon, le centre de recherche et de développement de l'AFM-Téléthon a annoncé le mois dernier sa collaboration avec WhiteLab Genomics. Ce partenariat a pour...

Systancia créé Neomia, filiale spécialisée dans la conception de produits dédiés à l’IA

Neomia est la toute nouvelle filiale de l'éditeur français spécialisé dans la cybersécurité, Systancia. Elle œuvrera à la conception de produits dédiés à l'IA...

Utilisation de l’IA dans les médias : La commission de la culture demande à la Commission européenne un cadre éthique clair

Suite à la publication de son livre blanc sur l’IA, la Commission européenne travaille sur un cadre législatif pour une IA fiable qui devrait être proposé en avril 2021. Afin de réduire les préjugés de genre, sociaux ou culturels dans les technologies de l’IA, la commission de la culture a adopté ce mardi 16 mars une résolution, qui devrait être mise aux voix du Parlement en avril, sur un cadre éthique clair, prévenant les discriminations et protégeant la diversité.

Sabine Verheyen (PPE, DE) a déclaré à l’issue du vote de la commission de la culture :

“Nous nous sommes battus durant des décennies pour affirmer nos valeurs d’inclusion, de non-discrimination, de multilinguisme et de diversité culturelle, que nos citoyens estiment essentielles à notre identité européenne.

Ces valeurs doivent aussi être reflétées en ligne, où l’utilisation d’algorithmes et d’applications d’IA se développe de plus en plus. Le développement de systèmes de données de qualité et inclusifs pour l’apprentissage profond est essentiel, tout comme la mise en place d’un cadre éthique clair pour garantir l’accès à des contenus culturellement et linguistiquement divers.”

L’utilisation des technologies de l’intelligence artificielle dans les secteurs de l’audiovisuel, de la culture et de l’éducation pourrait avoir un impact sur “la colonne vertébrale des valeurs et des droits fondamentaux de notre société”, affirme la commission de la culture et de l’éducation dans une résolution adoptée par 25 voix pour, 0 contre et 4 abstentions. Le texte appelle à ce que les technologies de l’IA soient réglementées et entrainées afin de promouvoir la non-discrimination, l’égalité des genres, le pluralisme ainsi que la diversité culturelle et linguistique.

Réguler les algorithmes des médias pour protéger la diversité

Afin d’éviter que les recommandations de contenu fondées sur des algorithmes, notamment dans les services de vidéos et de musique en streaming, n’aient un impact négatif sur la diversité culturelle et linguistique de l’UE, les députés demandent à ce que soient développés des indicateurs pour mesurer la diversité et garantir la promotion des œuvres européennes.

La Commission devra établir un cadre éthique clair pour l’utilisation des technologies de l’IA dans les médias européens, afin de garantir que le public ait accès à des contenus culturels et linguistiques divers. Un tel cadre devrait également traiter la question de l’utilisation à mauvais escient de l’IA pour propager des fausses nouvelles et de la désinformation, ajoutent les députés.

Enseigner les valeurs de l’UE à l’intelligence artificielle

Les députés appellent à prévenir l’utilisation de données biaisées reflétant les inégalités de genre ou les discriminations sociétales préexistantes lors de l’entrainement de l’IA. Ils demandent donc le développement, avec l’aide des parties prenantes et de la société civile, d’ensembles de données inclusifs et éthiques à utiliser dans le processus d’apprentissage profond.

Les députés soulignent enfin que les enseignants devront toujours être en mesure de corriger les décisions prises par l’IA, notamment concernant les évaluations finales des étudiants. En même temps, ils soulignent la nécessité de former les enseignants et mettent en garde sur le fait qu’ils ne devront jamais être remplacés par les technologies de l’IA, notamment dans l’éducation de la petite enfance.

Pierre-yves Gerlat

Partager l'article

Kyndryl, la nouvelle société distincte d’IBM qui proposera des services managés d’infrastructure

IBM a annoncé cette semaine le nom de la nouvelle entité en charge des services gérés d'infrastructure qui fonctionnera en tant que société indépendante....

Focus sur Car Thing, le dispositif doté d’une commande vocale pour les véhicules lancé par Spotify

La technologie Bluetooth est une des options non présentes dans certaines voitures, ce qui n'est pas pratique pour écouter la musique que l'on souhaite...

Généthon et WhiteLab Genomics vont collaborer afin d’utiliser l’IA dans le cadre de la thérapie génique

Généthon, le centre de recherche et de développement de l'AFM-Téléthon a annoncé le mois dernier sa collaboration avec WhiteLab Genomics. Ce partenariat a pour...

Systancia créé Neomia, filiale spécialisée dans la conception de produits dédiés à l’IA

Neomia est la toute nouvelle filiale de l'éditeur français spécialisé dans la cybersécurité, Systancia. Elle œuvrera à la conception de produits dédiés à l'IA...