Intelligence artificielle Dans le cadre d'une expérimentation, Montpellier accueillera prochainement des véhicules autonomes dédiés...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

La RATP lance ses expérimentations de bus 100 % autonome sur une ligne classique du réseau de transports en commun

C'est une grande première dans le secteur des transports en commun en France : la Régie autonome des transports parisiens (RATP) lance l'expérimentation d'un...

L’Etat français soutiendra 16 nouvelles expérimentations de véhicules autonomes dans les territoires

Le 24 avril, le gouvernement a annoncé les lauréats de l’appel à projet Expérimentation du Véhicule routier Autonome (EVRA). Les aides de l'État s'élèveront...

France : Quelle stratégie pour le développement du véhicule autonome ?

Ce lundi 14 mai, Anne-Marie Idrac a présenté à Gérard Collomb, Bruno Le Maire, Elisabeth Borne et Mounir Mahjoubi les orientations stratégiques pour l’action...

Véhicule autonome : EasyMile lève 55 millions d’euros auprès de Searchlight

EasyMile, spécialisée dans la conception de navettes et véhicules utilitaires autonomes, a annoncé une levée de fonds de 55 millions d'euros auprès de Searchlight. L'objectif...

Dans le cadre d’une expérimentation, Montpellier accueillera prochainement des véhicules autonomes dédiés à la logistique

Tandis que la RATP lance ses premières expérimentations de ligne de bus autonome, la métropole de Montpellier lance à son tour une expérimentation d’un véhicule automatisé dédié à la logistique urbaine. Le projet Carreta sera coordonné par Montpellier Méditerranée Métropole avec l’aide de nombreux partenaires complémentaires comme TwinswHeel, une start-up de la région Occitanie qui conçoit et fabrique des véhicules de logistique à Cahors. Cette initiative figure parmi les 16 expérimentations retenues par l’état en matière de véhicule autonome.

Le projet Carreta, une des seize expérimentations liées aux véhicules autonomes

Le projet Carreta est le seul projet de véhicule autonome sélectionné au niveau national parmi les 16 expérimentations retenues par l’état sur la thématique de la logistique urbaine. C’est le 17 septembre qu’il a été lancé avec la présence de :

  • Michaël DELAFOSSE, Maire de la Ville de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole
  • Anne-Marie IDRAC, haute représentante du gouvernement pour le développement du véhicule automatisé
  • Camille FABRE, Directeur régional délégué de l’ADEME
  • Philippe DORGE, Directeur général adjoint du Groupe La Poste
  • Vincent TALON, Co-fondateur de TwinswHeel
  • Philippe GACHE, Directeur du programme système de transport et intelligence CARA
  • Armelle PERRIER, Directrice développement durable du Groupe STEF

L’objectif de l’initiative : tester une solution innovante et durable pour la livraison de marchandises en ville afin d’évaluer sa maturité et sa pertinence d’un point de vue technologique, environnemental, usuel, économique, social et sociétal. Cette solution se matérialise sous la forme d’un véhicule automatisé dédié à la logistique. Le maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole s’est exprimé sur ce projet :

“Montpellier est un territoire d’innovation et de recherche, boosté par sa stratégie de la “Ville intelligente” et ses investissements dans les mobilités décarbonées. Nous sommes honorés d’accueillir Carreta, l’une des 16 expérimentations nationales de véhicule autonome en France et seul projet sur la thématique de la logistique urbaine. Le véhicule autonome ne remplacera jamais le contact humain, mais il peut apporter un nouvel outil précieux pour réduire l’impact des activités logistiques en cœur de ville et structurer de nouvelles filières.”

Pour ce qui est du financement, 500 000 euros de subvention proviennent de l’État pour TwinswHeel et 100 000 euros ont été apportés par Montpellier Méditerranée Métropole. Les partenaires du projet, en plus de TwinswHeel sont CARA, pôle de compétitivité expert dans le transport collectif de personnes et dans le transport de fret, STEF, spécialiste des services de transport et de logistique sous température contrôlée, le Groupe La Poste, Mobis, Mines-Télécom d’Alès, l’Université de Montpellier et la Chaire internationale Cit.Us.

Un projet en trois phases pour permettre au droïde autonome de s’acclimater à son environnement et aux cas d’usages

Le véhicule en lui-même est appelé “droïde”. Il s’agit d’un robot terrestre qui évolue au milieu des humains et dont la fonction première est le port de charge lourde. L’outil vient seconder les Hommes afin de leur permettre d’être plus libres dans leurs mouvements et dans leurs déplacements. Pour les plus gros modèles, les droïdes TwinswHeel peuvent porter des charges allant de 40 jusqu’à 500 kilogrammes. Ils sont toujours accompagnés à quelques mètres de distance par un conducteur sécurité et circulent à une vitesse de 6 km/h soit à une allure au pas.

Durant 36 mois, ces véhicules seront testés sur des missions de livraisons de colis et de courir pour La Poste, et de produits alimentaires frais pour STEF. Ils auront pour terrain d’utilisation le quartier d’Antigone puis évolueront par la suite dans le cœur historique de Montpellier. Le projet Carreta se déroule en trois phases :

  • Dès le 17 septembre, la première phase du programme vise à valider l’ensemble des briques technologiques du véhicule logistique autonome pour valider sa sureté de fonctionnement ainsi que sa fonctionnalité, notamment sa capacité à cartographier, reconnaître les parcours définis et détecter les possibles obstacles.
  • En 2022, la seconde phase a pour objectif de valider le comportement du véhicule autonome vis-à-vis de son environnement de circulation et sa capacité à répondre aux contraintes opérationnelles relatives aux horaires, routes et autres spécificités des cas d’usages de La Poste et de la STEF.

Durant ces deux premières phrases, le véhicule roulera à vide dans les rues de Montpellier afin de collecter un maximum de données et d’adapter le comportement du véhicule en fonction du retour d’expérience.

  • La troisième phase consistera à réaliser un test grandeur nature, en conditions réelles d’utilisation. Le véhicule autonome de logistique transportera des marchandises pour valider sa pertinence pour les cas d’utilisations de la STEF et de La Poste.

Cette expérimentation permettra, selon l’ensemble des participants au projet, d’évaluer l’intérêt et les impacts d’une logistique urbaine automatisée et donc de mesurer l’intérêt sociétal et économique ainsi que l’acceptabilité par les populations de l’utilisation de droïdes autonomes.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Laurent Félix devient Directeur Général France d’Ekimetrics

Ekimetrics, spécialiste européen en data science et intelligence artificielle au service des entreprises, a annoncé cette semaine la nomination de Laurent Félix au poste...

Forum de l’évaluation de l’intelligence artificielle : Créer la confiance et valider les performances, ou comment définir un environnement favorable au développement de...

Le Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE) organise le premier forum d'évaluation de l'intelligence artificielle (IA). Cet événement sera l'occasion d'échanger autour du développement de...

Zoom sur l’automatisation des rapports COVID-19 de Santé Publique France par Dynacentrix

L'agence Santé publique France, en charge de la surveillance épidémiologique du covid-19, pilote le système national de veille et d’alerte et de surveillance sanitaire...

Retour sur le lancement de MAESTRIA, plateforme numérique de diagnostic intégratif de la cardiomyopathie auriculaire

Le projet de recherche MAESTRIA (Machine Learning and Artificial Intelligence for Early Detection of Stroke and Atrial Fibrillation) a été officiellement lancé fin septembre....