Intelligence artificielle Chine : l'intelligence artificielle pour remplacer les procureurs ?

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

La CNIL lance une consultation publique sur l’usage des caméras intelligentes dans les espaces publics

Devant la recrudescence des caméras intelligentes ou augmentées dans les espaces publics et les problèmes éthiques ou juridiques que ces dispositifs posent, la CNIL,...

Le Ministère de la Justice abandonne le développement de DataJust, l’algorithme devant aider au calcul de l’indemnisation des préjudices corporels

Selon Acteurs Publics, le Ministère de la Justice aurait décidé l'abandon du développement de DataJust jeudi 13 janvier. L'objectif de ce projet était la...

Belgique : Les chercheurs de la KU Leuven (Université de Louvain) utilisent des scans rétiniens pour prédire les infarctus du myocarde

L'université de Louvain, en Belgique, la KU Leuven, a fait savoir dans un communiqué qu'une de ses équipes de chercheurs avait réussi à prédire...

Synapse Développement, lauréat de la thématique Numérique Deeptech du concours i-Nov

Synapse Développement, spécialiste de l’Intelligence Artificielle appliquée aux textes et de l’ingénierie linguistique, remporte le concours i-Nov dans la thématique Numérique DeepTech financé par...

Chine : l’intelligence artificielle pour remplacer les procureurs ?

Une intelligence artificielle, actuellement testée par le parquet populaire de Shanghai, district de Pudong, pourrait remplacer les procureurs en Chine. Sur la base de descriptions orales, l’algorithme a été entraîné sur les huit crimes les plus perpétrés dans la ville et donnerait un verdict avéré de 97%.

L’intelligence artificielle entre peu à peu dans le domaine de la justice prédictive. En France, elle permet d’établir des probabilités de succès et d’estimer le montant des dommages-intérêts auquel peut prétendre un justiciable, en s’appuyant sur l’ensemble des décisions de justice accessibles. Les juges peuvent également s’y référer en cas de jurisprudence. les chercheurs en IA chinois vont beaucoup plus loin puisqu’ils disent avoir développé une IA capable de rendre des décisions à la place d’un procureur.

La justice chinoise et l’IA

Les procureurs chinois ont recours à l’intelligence artificielle depuis 2016 et utilisent actuellement l’outil IA Système 206 qui permet d’évaluer les preuves, les conditions de l’arrestation et le dangerosité d’un suspect pour la société. Le professeur Shi Yong, scientifique en chef du projet et directeur du Laboratoire de gestion des mégadonnées et des connaissances de l’Académie chinoise des sciences, déclare :

« tous les outils d’IA existants sont d’une utilité limitée car ils ne participent pas au processus décisionnel consistant à intenter des poursuites et à recommander des peines. »

Pour entraîner l’algorithme, il faut identifier et supprimer tout élément du dossier qui n’est pas lié au crime tout en gardant les informations utiles. En outre, le langage juridique, très complexe et en constante évolution, doit être traduit dans des formats mathématiques ou géométriques standard que les ordinateurs peuvent comprendre. Bien que les sociétés Internet chinoises aient développé de puissants outils de traitement du langage naturel, leurs opérations nécessitent souvent de gros ordinateurs, que les procureurs ne peuvent pas utiliser.

Le procureur IA

Le procureur IA développé par Shi Yong et son équipe a le net avantage de ne nécessiter qu’un ordinateur de bureau. Il a été entraîné sur 17 000 cas de 2015 à 2020 et peut actuellement discerner et porter des accusations sur huit des délits les plus courants perpétrés à Shangai : les fraudes à la carte de paiement, les jeux d’argent illégaux, la conduite dangereuse, les blessures intentionnelles, le vol, les entraves à la fonction officielle et «les querelles et le fait de semer le trouble», avec un taux de précision de 97%. Le professeur Shi Yong est très confiant dans l’évolution du procureur IA et déclare :

« Les procureurs de l’IA deviendront bientôt plus puissants grâce aux mises à niveau. Il sera en mesure d’identifier des crimes moins courants et de porter plusieurs accusations contre un suspect. »

Cependant, un procureur de la ville de Canton pose la question de la responsabilité en cas d’erreur du procureur IA et déclare:

« Une précision de 97 % est un chiffre élevé, mais il y aura toujours un risque d’erreur. Qui assumera la responsabilité lorsque cela arrivera ? »

Si l’intelligence est largement utilisée en Chine pour la surveillance dans les lieux publics via les caméras de surveillance, le gouvernement l’utiliserait aussi pour surveiller ses employés afin de repérer la corruption et au sein des prisons pour réduire la violence.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Thomas Calvi

Partager l'article

Découvrez ActuIA n°8, le nouveau numéro du magazine de l’intelligence artificielle

L’été est bien là et c’est déjà l’heure du nouveau numéro d’ActuIA, votre magazine de l’intelligence artificielle ! Pour ce n°8 d’ActuIA, disponible dès...

Victor Schmidt, doctorant sous la direction de Yoshua Bengio, est le lauréat de la 6ème bourse Antidote en TAL

Druide informatique a annoncé fin mai la nomination du lauréat de la 6e Bourse Antidote en traitement automatique de la langue (TAL). Victor Schmidt,...

Retour sur le lauréat du Prix CNIL-INRIA pour la protection de la vie privée

Fin mai, François Pelligrini et Mathieu Cunche, co-présidents du Jury du Prix CNIL-Inria, ont remis le prix pour la protection de la vie privée...

La Lufthansa s’appuie sur le logiciel « Virtual Aviation Training » de NMY pour former ses équipes de cabine

La pandémie a fortement impacté les compagnies aériennes. Depuis la levée des restrictions sanitaires, elles doivent affronter un autre problème : malgré une forte...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci