Intelligence artificielle : dialogue de sourds

    Intelligence artificielle : dialogue de sourds
    Actu IA
    adult-analyzing-brainstorming-1080865 2

    Les directions technologiques et les directions métiers se parlent mais ne se comprennent pas toujours (souvent).

    En matière de transformation numérique, j’ai souvent constaté que la communication passait mal. En effet, dès que l’on aborde concrètement des projets technologiques, les problèmes de vocabulaire surgissent. J’ai souvent dû remplir le rôle d’interprète/traducteur entre la direction marketing (ou la direction financière) et la direction informatique de l’entreprise.

    Il paraît à priori évident que tout le monde est sincère et de bonne volonté mais il faut être conscient que les mots n’ont pas forcément la même signification si on parle marketing ou informatique par exemple.

    Difficile d’admettre qu’un processus n’est pas un processus (mais une routine), qu’un client n’est pas forcément un client (mais une entité distante), qu’un agent n’est pas un agent ou bien qu’une ancre, une balise ou la portabilité ne sont pas ce que l’on imagine…. La liste et longue.

    Quand on entre dans le monde l’intelligence artificielle, tout ceci prend une ampleur toute autre car les dirigeants des entreprises ne parlent pas le langage IA, voire ne le comprennent pas. Or, comme dans tout projet de transformation, il est indispensable de s’entendre préalablement sur les termes.

    Comment développer une vision IA et la partager si on ne se comprend pas ?

    Nous sommes en juin 2018 et force est de constater que le traducteur universel n’est pas encore au point. Il est frappant de voir à quel point les entreprises technologiques ne savent pas parler de leurs produits et ni de leur travaux aux dirigeants visionnaires. Très rapidement on jargonne … et on décroche. Le salon AI Paris auquel je me suis rendu la semaine dernière m’a permis de le constater à plusieurs reprises.

    Les dirigeants visionnaires ont pourtant un besoin de plus en plus prégnant de nourrir leur vision de l’avenir et de faire réaliser ce qu’ils ont en tête. Bien entendu, les entreprises technologiques ne demandent que cela mais peine à transmettre les informations de manière claire. Ceci vient du fait qu’elles veulent être précises et professionnelles. Volonté louable mais qui génère souvent de l’incompréhension.

    Le problème réside dans le fait qu’une vision est globale et parfois approximative alors que sa mise en œuvre requiert de la précision et une approche très structurée. Ce hiatus est à mon avis le principal responsable de l’incompréhension entre la technologie et les dirigeants. Les fausses routes, l’étalement dans le temps des projets technologiques et la frustration du dirigeant qui est impatient de déployer sa vision en sont les conséquences.

    Le traducteur universel existe pourtant !

    Et ce n’est pas C-3PO !  C’est …le cabinet conseil en stratégie.

    Il est aux côtés du chef d’entreprise pour établir le plan stratégique ou la roadmap IA qui reflètent tous les deux la vision du dirigeant et la dynamique de l’entreprise pour la déployer.  

    Il comprend les enjeux, les composantes technologiques et sait transmettre au dirigeant les éléments d’analyse lui permettant d’appréhender au mieux les technologies tout en évitant les fausses routes.