Intelligence artificielle Davos et l'UE face à la double révolution de l'IA

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

IA et assurance : Stelliant Expertise opte pour l’IA de confiance de Golem.ai

Golem.ai a développé InboxCare, une IA analytique du langage qui garantit le respect du RGPD tout en offrant des performances élevées. C'est cette...

L’AI Day revient à Station F le 4 avril prochain

Depuis 2016, l'association France Digitale organise l'AI Day, l’un des événements phares de l’IA en France qui se tient habituellement au mois de novembre....

Universcience présente la 3ème édition de son « Baromètre de l’esprit critique »

Universcience, l’établissement public national du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l’industrie, a pour ambition de rendre les...

L’ONU adopte une résolution historique sur l’intelligence artificielle

C'est sans vote que le projet de résolution présenté par les États-Unis visant à promouvoir des systèmes d’intelligence artificielle "sûrs, sécurisés et dignes de...

Davos et l’UE face à la double révolution de l’IA

La réussite du mariage entre le progrès technologique et les impératifs réglementaires

L’intelligence artificielle s’est imposée comme un thème central dans les discussions internationales, notamment à Davos et au sein de l’Union Européenne. Lors de sa 54ème édition, Davos a récemment mis en lumière l’importance cruciale de l’IA dans le futur technologique, particulièrement l’IA générative avec des avancées majeures comme ChatGPT d’OpenAI. Le président d’OpenAI, Sam Altman, a marqué les débats en présentant la perspective d’une IA générale, imaginant des machines ayant une intelligence similaire à celle des humains.

Malgré ces perspectives enthousiasmantes, de nombreuses préoccupations sont soulignées. Le progrès rapide de l’IA alimente les inquiétudes quant à l’avenir du travail et les implications pour l’économie mondiale. Selon Goldman Sachs, près de 300 millions d’emplois pourraient disparaître dans le monde en raison de l’intégration généralisée de l’IA. Les PDG à travers le monde sont conscients de cette réalité, un sondage de PwC indiquant que près d’un quart des dirigeants d’entreprise s’attendent à réduire leurs effectifs en raison des gains de productivité apportés par l’IA.

Le rôle majeur de l’Union Européenne pour l’équilibre entre innovation et protection des droits fondamentaux

Les progrès de l’intelligence artificielle mettent en évidence l’importance croissante d’une régulation appropriée de cette technologie. L’Union Européenne s’est affirmée comme un acteur central dans cette démarche. En effet, en avril 2021, la Commission européenne a présenté un cadre réglementaire inédit, connu sous le nom de « loi sur l’IA », l’IA Act. Et plus récemment, le 9 décembre 2023, le Conseil et le Parlement européens ont conclu un accord provisoire sur cette proposition de loi. Ce texte est une avancée importante vers une régulation harmonisée de l’IA à l’échelle européenne, et au-delà.

Cette loi novatrice ambitionne de trouver un équilibre entre la protection des droits fondamentaux et le soutien à l’innovation. Elle a été conçue pour cultiver une IA digne de confiance, soutenant la sécurité et les droits des individus et entreprises tout en favorisant l’adoption et l’innovation dans une variété de domaines. En parallèle, un défi majeur apparaît : il est nécessaire d’établir des cadres réglementaires fiables qui permettent un développement harmonieux de l’IA à l’échelle mondiale. Alors que l’Europe a fait un pas décisif avec l’IA Act, d’autres régions expriment leurs préoccupations et leurs demandes de régulation, illustrant le caractère incontournable de ces considérations éthiques et pratiques pour l’avenir de l’IA.

La montée en puissance de l’intelligence artificielle, soulignée au Forum de Davos et matérialisée par des avancées comme ChatGPT d’OpenAI, crée donc à la fois des opportunités et des défis. Malgré les promesses d’innovation, le rapide développement de l’IA engendre des préoccupations légitimes sur l’emploi à l’échelle mondiale. Face à ces enjeux, l’Union Européenne s’établit comme un leader réglementaire avec son IA Act, une loi novatrice cherchant un équilibre entre l’innovation et la protection des droits fondamentaux.

Néanmoins, pour un avenir harmonieux de l’IA à l’échelle internationale, l’implication et la collaboration d’autres régions et des grands acteurs de l’industrie informatique sont cruciales. La discussion entre tous les acteurs concernés doit continuer.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
VIZIAA Monitoring par GOODALGO

Viziaa est une application développée en interne par goodalgo, elle a pour vocation la vulgarisation graphique des résultats de data science et ainsi ...

 

Contributeur expert

Guillaume De Landtsheer

Diplômé de l’ISTEC, Gui

Partager l'article

IA et assurance : Stelliant Expertise opte pour l’IA de confiance de Golem.ai

Golem.ai a développé InboxCare, une IA analytique du langage qui garantit le respect du RGPD tout en offrant des performances élevées. C'est cette...

L’AI Day revient à Station F le 4 avril prochain

Depuis 2016, l'association France Digitale organise l'AI Day, l’un des événements phares de l’IA en France qui se tient habituellement au mois de novembre....

Universcience présente la 3ème édition de son « Baromètre de l’esprit critique »

Universcience, l’établissement public national du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l’industrie, a pour ambition de rendre les...

L’ONU adopte une résolution historique sur l’intelligence artificielle

C'est sans vote que le projet de résolution présenté par les États-Unis visant à promouvoir des systèmes d’intelligence artificielle "sûrs, sécurisés et dignes de...