Intelligence artificielle « Nous sommes (toutes) Marianne » : créer la femme française grâce...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Meta dévoile comment elle entend construire le métavers grâce à l’Intelligence Artificielle

Le 20 janvier dernier, Meta présentait "data2vec", le premier algorithme auto-supervisé hautes performances pour la parole, la vision et le texte. Quatre jours plus...

Le Ministère de la Justice abandonne le développement de DataJust, l’algorithme devant aider au calcul de l’indemnisation des préjudices corporels

Selon Acteurs Publics, le Ministère de la Justice aurait décidé l'abandon du développement de DataJust jeudi 13 janvier. L'objectif de ce projet était la...

Selon une étude de chercheurs du MIT, les CNN souffrent de surinterprétation

Au sein du CSAIL, le laboratoire d'informatique et d'intelligence artificielle du célèbre Massachussets Institute of Technology, Brandon Carter et ses collègues ont mené une...

INRIA, l’Ecole Polytechnique et Radio France se lancent dans le fact-checking

Le fact-checking (vérification des faits), consiste à vérifier de manière systématique des affirmations de responsables politiques ou des éléments du débat public, d'autant plus...

« Nous sommes (toutes) Marianne » : créer la femme française grâce à l’intelligence artificielle

C’est une tradition en France : chaque président choisit sa « Marianne », symbolique de la République française qui figurera ensuite sur les timbres postaux. Pour le prochain quinquennat, le collectif Obvious, qui utilise l’IA pour créer des œuvres d’art, envisage une nouvelle Marianne plus représentative de la Française : il demande à toutes les femmes qui veulent faire partie de ce projet d’envoyer leur photo et créera un nouveau portrait de Marianne grâce à un GAN (Generative Adversarial Network ou réseau antagoniste génératif), algorithme d’IA.

Pierre Fautrel, Hugo Caselles-Dupré et Gauthier Vernier, les membres du Collectif Obvious, sont amis d’enfance et avaient pour dessein de travailler ensemble. Hugo Caselles-Dupré, chercheur en intelligence artificielle, découvre les GANs, algorithmes inventés par Ian Goodfellow en 2014 qui ont produit un énorme engouement dans le domaine de l’apprentissage automatique et l’ont rendu célèbre, le collectif décide de les utiliser comme outils de création.

 Les GANs outils de création artistique

Un GAN se compose de deux systèmes neuronaux qui s’affrontent, le générateur génère un échantillon d’images qu’il propose au discriminateur, charge à ce dernier de faire la différence entre les images de la base de données et celles produites par le générateur. Les trois amis, amateurs d’art, ont alors décidé de créer des portraits classiques grâce à ces algorithmes capables de répliquer le processus de création. Un de leurs premiers tableaux est acheté par le directeur de l’Institut des Carrières Artistiques (ICART) et collectionneur, Nicolas Laugero Lasserre, ce qui les fait connaître. En 2018, l’une de leurs œuvres, le « Portrait d’Edmond de Belamy » estimée au plus à 10 000 euros, est vendue 432 500$ par la célèbre maison d’enchères américaine Christie’s. Pour ce tableau, le collectif a entraîné son algorithme avec environ 15 000 portraits peints entre le XVème et le XIXème siècle. La signature, comme pour les autres tableaux produits par Obvious, est une formule mathématique.

« Nous sommes Marianne »

Le collectif Obvious, devenu célèbre à l’étranger, a réfléchi à un projet qui pourrait symboliser la France et décidé de créer une Marianne représentative de la femme française actuelle dans sa diversité. Lors d’une interview à RTL, Pierre Fautrel a expliqué :

« Nos travaux sont plutôt connus des collectionneurs à l’étranger mais on voulait travailler avec la France alors on a commencé à réfléchir à différents symboles du pays. Marianne s’est imposée comme un choix pertinent car sa représentation actuelle est un peu passée, selon nous. Beaucoup de Marianne ont été choisies pour leur carrière ou leur plastique. On pense qu’il est possible de faire des choses plus représentatives avec les outils numériques. »

Le projet Marianne propose à toutes les femmes françaises majeures qui veulent participer d’envoyer leur photo sur le site noussommesmarianne.fr pour permettre à l’algorithme de dessiner les traits du prochain symbole de la République, « une Marianne qui soit représentative de toutes les Françaises dans leur diversité autant que dans leur concordance », avant le 10 avril prochain. Plus de 5 200 d’entre elles ont déjà envoyé une photo buste, sur fond blanc et sans lunettes comme requis, mais ce n’est pas suffisant. Les internautes voteront, parmi plusieurs Marianne que le collectif proposera, pour leur préférée du 17 au 30 avril. La nouvelle Marianne, qui ne sera pas un visage photoréaliste mais une représentation artistique stylisée, sera dévoilée le 1er mai. Le collectif souhaite la proposer à La Poste pour qu’elle soit imprimée sur les prochains timbres, puis l’enverra sous forme physique au futur président.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Thierry Maubant

Partager l'article

Découvrez ActuIA n°8, le nouveau numéro du magazine de l’intelligence artificielle

L’été est bien là et c’est déjà l’heure du nouveau numéro d’ActuIA, votre magazine de l’intelligence artificielle ! Pour ce n°8 d’ActuIA, disponible dès...

Victor Schmidt, doctorant sous la direction de Yoshua Bengio, est le lauréat de la 6ème bourse Antidote en TAL

Druide informatique a annoncé fin mai la nomination du lauréat de la 6e Bourse Antidote en traitement automatique de la langue (TAL). Victor Schmidt,...

Retour sur le lauréat du Prix CNIL-INRIA pour la protection de la vie privée

Fin mai, François Pelligrini et Mathieu Cunche, co-présidents du Jury du Prix CNIL-Inria, ont remis le prix pour la protection de la vie privée...

La Lufthansa s’appuie sur le logiciel « Virtual Aviation Training » de NMY pour former ses équipes de cabine

La pandémie a fortement impacté les compagnies aériennes. Depuis la levée des restrictions sanitaires, elles doivent affronter un autre problème : malgré une forte...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci