Intelligence artificielle Le projet européen MAESTRIA utilisera l'IA afin de prévenir les risques d'AVC...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Conférence-débat “L’intelligence artificielle : menace ou opportunité pour le développement durable ?” le 19 juin 2018

L'Agence Française de Développement organise une conférence ouverte à tous et gratuite le mardi 19 juin 2018 à Paris. Animé par Gaël Giraud, cet...

Le programme Robotics4EU propose un sondage dans le but d’améliorer les usages de la robotique responsable

Depuis cette année, Horizon Europe est le nouveau programme Recherche et Développement (R&D) de l'Union Européenne, succédant à Horizon 2020 (2014-2020). Malgré la fin...

Les députés européens se prononcent pour une supervision des systèmes d’intelligence artificielle et contre la surveillance de masse

Dans une résolution votée ce jour au Parlement européen, les députés ont mis en avant l'importance du contrôle humain pour la supervision de systèmes d’intelligence artificielle...

iBorderCtrl : et si l’Europe n’avait pas encore compris ce qu’est l’intelligence artificielle ?

Une publication récente sur le site de la Commission Européenne présente le projet iBORDERCTRL. Il s'agit d'un détecteur de mensonges basé sur l'intelligence artificielle. L'outil...

Le projet européen MAESTRIA utilisera l’IA afin de prévenir les risques d’AVC et d’affections du rythme cardiaque

Lancé en mars dernier, le projet européen MAESTRIA auquel participe notamment Teralab s’inscrit dans une volonté de l’Union Européenne de prévenir les affections du rythme cardiaque et les risques d’AVC. Pendant cinq ans, différentes approches liées à l’intelligence artificielle seront utilisées afin de concevoir des outils numériques multi-métriques.

C’est fort d’un consortium de dix-huit partenaires provenant de l’UE mais aussi de Grande-Bretagne, du Canada et des États-Unis que ce projet piloté par Sorbonne Université a pu voir le jour. Financé à hauteur de 14 millions d’euros par l’Union Européenne, MAESTRIA aura pour objectif de prévenir les risques liés à la fibrillation atriale afin d’assurer à la population européenne un vieillissement en bonne santé. L’adaptation du traitement du patient en fonction de sa morphologie et de ses symptômes, couplée aux recherches pluridisciplinaires menées par MAESTRIA, sera primordiale afin de diagnostiquer les risques d’affection du rythme cardiaque et ceux d’AVC.

Pour mener à bien cet objectif, MAESTRIA créera des outils numériques multiparamétriques basés sur une nouvelle génération de biomarqueurs qui intègrent le traitement de l’intelligence artificielle. Des technologies de digital twin (“jumeau numérique”) seront mises à contribution afin de générer un cœur virtuel semblable à celui du patient et des outils de diagnostic seront développés. Les mégadonnées issues des technologiques médicales de pointe pourront ainsi être analysées afin de proposer des thérapies propres à chaque patient. MAESTRIA sera structuré de telle manière à ce que le patient soit au centre de la plateforme. Cela sera possible grâce aux différents modèles expérimentaux qui viendront valider la bonne utilisation de l’ensemble des outils précédemment explicités.

Teralab, la plateforme de Big Data et de l’IA de l’IMT, viendra apporter son expertise à ce projet européen, et ce à trois niveaux. Premièrement, en s’impliquant dans la mise en disposition de données de santé hétérogènes tout en assurant la protection de ces données. Ensuite, en construisant et en gérant le futur datahub permettant de mettre à disposition des chercheurs pour analyse ou consultation, l’ensemble des données du projet. Pour finir, en pilotant le data management plan (DMP), le plan de gestion des données générées dans le cadre du projet.

Anne-Sophie Taillandier, directrice de Teralab, la plateforme Big data et IA de l’IMT, membre de ce consortium nous parle de l’apport de certains partenaires dans le cadre de MAESTRIA :

C’est un projet international, centré sur les pays de l’UE mais certains partenaires viennent d’Angleterre, du Canada et des États Unis. L’université d’Oxford, par exemple, a développé des solutions intéressantes de traitement et d’agrégation de données cardiologiques. Elle fait partie du consortium et nous allons bien évidemment travailler avec ses chercheurs. Nous avons des partenaires français importants comme l’AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) impliquée dans l’acheminement et la gestion de données.

Parmi les étapes importantes du projet, la question de la sécurité et de la confidentialité des données sera primordiale. Mettre à disposition les données et définir le cadre juridique sera la première étape d’une longue série.

 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Qualcomm a dévoilé la plateforme Qualcomm Robotics RB6 et la conception de référence Qualcomm RB5 AMR lors du « 5G Summit » 2022

C'est lors de son évènement annuel « 5G Summit » qui s'est déroulé à San Diego, en Californie, que Qualcomm a dévoilé une feuille...

Des chercheurs prédisent le comportement des usagers de la route grâce à l’intelligence artificielle

Pour qu'une voiture autonome circule en toute sécurité, pouvoir prédire le comportement des autres usagers de la route est essentiel. Une équipe de recherche...

Le Département américain de l’Energie rejoint le programme Frontier Development Lab

Le 18 mai dernier, l'Institut SETI a annoncé que le Département américain de l’énergie (DOE) rejoignait le programme Frontier Development Lab (FDL), un partenariat...

Focus sur la Charte de Pôle Emploi pour une utilisation éthique de l’intelligence artificielle

Pôle emploi a été l'un des lauréats du programme « Action Publique 2022 » pour son projet « installer l’intelligence artificielle au sein de...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci