L’impact de l’informatique dans le domaine des soins de santé reste modeste, selon une étude du MIT

L'impact de l'informatique dans le domaine des soins de santé reste modeste, selon une étude du MIT

Selon l’article d’un économiste du MIT (Massachusetts Institute of Technology), l’impact de la technologie de l’information (TI) sur les soins de santé a jusqu’à présent été évolutif mais non révolutionnaire. L’étude révèle que l’informatique a permis de réduire les coûts et d’améliorer les soins aux patients mais de manière modeste et que, contrairement aux nombreuses craintes, elle n’a pas entraîné de suppression d’emploi dans le domaine de la santé. L’article « L’impact des technologies de l’information et de la communication sur la santé sur la qualité clinique, la productivité et les travailleurs », sera publié en ligne par l’Annual Review of Economics dans son numéro d’août prochain.

Les Technologies de l’Information (TI) jouent un rôle de plus en plus important dans le secteur de la santé. Les établissements de santé, les prestataires de soins peuvent utiliser de nombreuses solutions informatiques par exemple pour la gestion des dossiers patients informatisés, des résultats de laboratoire et d’imagerie médicale. On observe aussi un plus grand recours à la télémédecine qui rend les soins plus flexibles, des logiciels peuvent aider les médecins à poser un diagnostic…

Ari Bronsoler PhD ’22, récemment diplômé d’un doctorat en économie au MIT, Joseph Doyle, professeur titulaire de la chaire Erwin H. Schell de gestion et d’économie appliquée à la MIT Sloan School of Management et John Van Reenen, membre de l’Initiative pour l’économie numérique du MIT et professeur de la Ronald Coase School à la London School of Economics ont mené une étude sur les impacts que ces technologies ont pu avoir jusqu’à présent.

La sécurité des patients prime

Joseph Doyle étudie l’économie publique dans les domaines de la santé et de la protection de l’enfance. Ses recherches sur les soins de santé étudient les sources de valeur et de gaspillage pour éclairer les politiques visant à améliorer la qualité et la rentabilité du système de santé américain.

L’étude porte sur un examen approfondi de 975 articles de recherche universitaire sur la technologie et les services de soins de santé et a été élaborée dans le cadre du projet Work of the Future du MIT, qui vise à mieux comprendre les effets de l’innovation sur les emplois. Les dépenses de santé représentaient 18 % du PIB américain en 2020, appréhender l’impact des outils de haute technologie sur le secteur est un élément important.

Le changement majeur dans les soins de santé concerne l’utilisation des dossiers de santé électroniques. Alors qu’en 2009, moins de 10 % des hôpitaux utilisaient de tels dossiers, 97 % des hôpitaux le faisaient en 2014. Ces dossiers facilitent la circulation de l’information au sein des prestataires et l’utilisation d’outils d’aide à la décision clinique qui aident à éclairer les décisions des médecins.

Cependant, ces outils d’aide à la décision, comme d’autres applications, n’ont pas connu le même succès, sans doute pour des problèmes de sécurité pour les patients.

Joseph Doyle explique :

« Il y a une aversion pour le risque lorsqu’il s’agit de la santé des gens. Vous [les prestataires médicaux] ne voulez pas vous tromper. Lorsque vous passez à un nouveau système, vous devez vous assurer que vous le faites très, très bien, afin de ne rien laisser passer entre les mailles du filet pendant que vous effectuez cette transition. Je comprends donc pourquoi l’adoption de l’informatique prendra plus de temps dans les soins de santé, à mesure que les organisations effectuent cette transition. »

Plusieurs études montrent une augmentation très minime de la productivité globale résultant des applications informatiques dans les soins de santé, de l’ordre de 1 à 3 %.

Des compléments au travail, pas des substituts, jusqu’à présent

L’utilisation de l’informatique permettrait d’améliorer les résultats pour les patients mais de façon inégale. En examinant d’autres revues de littérature d’études spécifiques, les auteurs ont noté qu’une enquête de 2011 avait révélé que 60 % des résultats étaient meilleurs pour les patients associés à une plus grande utilisation de l’informatique, aucun effet dans 30 % des cas et une association négative dans les 10 % restants. Un article de 2018 contenant 37 études de cas a révélé des effets positifs de l’informatique dans 30 d’entre eux, 7 études sans effet clair et donc aucune avec des effets négatifs.

Les effets plus positifs dans des études plus récentes « peuvent refléter une courbe d’apprentissage par l’industrie », selon les auteurs de l’article.

D’autre part, leur analyse suggère que, en dépit des affirmations récurrentes selon lesquelles la technologie supprimera des emplois dans le domaine de la santé (imagerie,  robots…), les outils informatiques eux-mêmes n’ont pas réduit la main-d’œuvre médicale. Ainsi, alors qu’en 1990, on comptait 8 millions de travailleurs de la santé aux États-Unis, représentant 7 % des emplois, leur nombre est passé aujourd’hui à 16 millions, soit 11 % des emplois.

Dans ce même temps, il y a bien eu une légère réduction du personnel médical de bureau qui est passé de 16% à 13% du personnel de santé, probablement en raison de l’automatisation de certaines tâches de routine. Cependant, les emplois pratiques n’ont pas été impactés : le pourcentage d’infirmières a même légèrement augmenté depuis 1990, par exemple, passant de 15,5 % à 17,1 % du nombre d’emplois de santé.

Joseph Doyle déclare :

« Nous ne voyons pas encore de choc majeur sur les marchés du travail. Ces outils numériques sont pour la plupart de soutien [pour les travailleurs], par opposition aux remplacements. Nous disons en économie qu’ils sont des compléments et non des substituts, du moins jusqu’à présent. »

La technologie va-t-elle faire baisser les factures des soins de santé ?

Comme le notent les auteurs dans l’article, les tendances passées ne garantissent pas les résultats futurs. Que l’industrie américaine des soins de santé se dirige vers des changements plus importants basés sur les technologies de l’information à l’avenir est une éventualité.

Joseph Doyle déclare :

« Nous pouvons voir la pandémie accélérer la télémédecine, par exemple. Certes, cette tendance dépend en partie de ce que veulent les patients en dehors des phases aiguës d’une pandémie. Les gens ont commencé à s’habituer à interagir avec leurs médecins [en vidéo] pour des choses de routine. Pour d’autres choses, vous devez entrer et être vu… Mais cette courbe d’adoption-diffusion a eu une discontinuité [une augmentation soudaine] pendant la pandémie. »

Pourtant, l’adoption de la télémédecine dépend également de ses coûts, note Doyle :

« Chaque appel téléphonique devient maintenant une visite virtuelle.
Trouver comment payer pour cela d’une manière qui encourage encore l’adoption, mais qui ne casse pas la banque, est quelque chose que les payeurs [assureurs] et les fournisseurs négocient en ce moment même.»

Au sujet des changements informatiques en médecine, Doyle ajoute:

« Même si nous dépensons déjà un dollar sur cinq que nous avons pour les soins de santé, un meilleur accès aux soins de santé pourrait augmenter le montant que nous dépensons. Cela pourrait également améliorer la santé de manière à empêcher par la suite l’escalade des dépenses de santé majeures.»

Il ajoute :

« En ce sens,  l’informatique pourrait augmenter nos factures de soins de santé ou modérer nos factures de soins de santé. »

D’autre part, Bronsoler, Doyle et Van Reenen travaillent sur une étude portant sur les variations des lois américaines concernant la protection de la vie privée pour déterminer comment ces politiques affectent le partage d’informations et l’utilisation des dossiers de santé électroniques.

Joseph Doyle conclut :

« Dans tous les domaines des soins de santé, une étude continue de l’impact de la technologie est la bienvenue. Il reste encore beaucoup de recherches à faire. »

Le financement de la recherche a été assuré, en partie, par le groupe de travail Work of the Future du MIT et par le Conseil de la recherche économique et sociale du Royaume-Uni, par le biais de son programme sur l’innovation et la diffusion.

Sources de l’article :

« The Impact of Health Information and Communication Technology on Clinical Quality, Productivity, and Workers »

Ari Bronsoler, Joseph Doyle, John Van Reenen

Annual Review of Economics

Vol. 14:- (Volume publication date August 2022)
Review in Advance first posted online on April 4, 2022.
https://doi.org/10.1146/annurev-economics-080921-101909


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
WOP - Plateforme de Planification des Ressources Humaines par EURODECISION

La plateforme wop regroupe plusieurs modules de planification des ressources humaines : - module de gestion prévisionnelle des effectifs (gpec), - m...

 
Partager l'article
Abonnez-vous à ActuIA, la revue professionnelle de l'intelligence artificielle magazine intelligence artificielle Découvrez la revue professionnelle de l'intelligence artificielle
intelligence artificielle
À PROPOS DE NOUS
Le portail francophone consacré à l'intelligence artificielle et à la datascience, à destination des chercheurs, étudiants, professionnels et passionnés.