Intelligence artificielle Le ministère des Armées accentue son partenariat technologique avec Preligens et son...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

ZF et Cognata s’associent pour accélérer la validation des systèmes d’aide à la conduite grâce à l’IA

Le groupe ZF, spécialiste dans les systèmes de mobilité, a collaboré avec Cognata, une entreprise spécialisée dans les systèmes autonomes et l'intelligence artificielle. Le...

Espagne : création du consortium IndesIA pour promouvoir l’intelligence artificielle dans l’industrie

Six grands groupes espagnols ou bien implantés en Espagne viennent de lancer IndesIA : un consortium stratégique national. Ce projet a été établi pour...

AP-HP s’associe avec Gleamer pour innover dans la détection des anomalies radiologiques thoraciques

Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la signature d'un partenariat avec Gleamer. Réputé pour avoir conçu une suite de logiciels d'IA d'aide...

DeepMind et EMBL : une avancée majeure dans l’analyse du protéome humain grâce à l’intelligence artificielle

DeepMind, société technologique et filiale de Google, a annoncé sa collaboration avec le laboratoire européen de biologique moléculaire (EMBL) dans l'objectif de proposer une...

Le ministère des Armées accentue son partenariat technologique avec Preligens et son adoption de l’IA

Le ministère des Armées s’intéresse de plus en plus à l’intelligence artificielle avec le projet ONADAP pour la lutte contre le COVID-19 ou encore les questions liées à l’intégration de l’autonomie dans les systèmes d’armes létales. Dans la continuité de l’avancement de la feuille de route Intelligence artificielle du ministère, la direction du renseignement militaire a souhaité poursuivre sa collaboration avec la société française Preligens. Une nouvelle commande a été émise pour que l’armée puisse exploiter son outil d’aide à la surveillance d’activités sur les sites stratégiques.

La société Preligens pour accompagner l’armée dans sa stratégie liée à l’intelligence artificielle

Preligens a été créée en 2016 par deux ingénieurs français, Arnaud Guérin et Renaud Allioux. Leur idée est la suivante : exploiter l’IA pour automatiser l’analyse des données multisources dédiées aux professionnels du renseignement et orienter les analystes vers des événements inhabituels nécessitant leur expertise. Une application de l’IA qui intéresse tout particulièrement le ministère des Armées notamment pour le renseignement basé sur les images.

Arnaud Guérin, co-fondateur, et CEO de Preligens, évoque la poursuite du partenariat entre son entreprise et le ministère :

“Nous sommes très fiers de voir notre solution à nouveau plébiscitée par le ministère des Armées et de concrétiser ainsi nos quatre années de travail au profit de la DRM. Ce soutien est en outre très important dans le cadre de notre développement à l’export, lequel est soutenu par la Direction générale de l’armement (DGA), via notamment des initiatives lancées auprès de certains alliés. L’international demeure en effet l’un de nos principaux relais pour poursuivre notre hyper croissance afin de devenir un géant technologique européen.”

Fruits d’une longue coopération avec les spécialistes en renseignement d’origine image du ministère des Armées, les outils développés avec cette société mettent en œuvre des traitements à base d’IA spécifiquement entrainées pour la détection de matériels d’intérêt militaire (véhicules blindés, aéronefs, navires, etc.). Les fonctionnalités déployées permettent d’analyser le flux continu d’images issues de la constellation de satellites d’observation souverains français CSO, y compris celles provenant du satellite CSO-2.

Une stratégie d’intelligence artificielle bien rodée

Avec cette nouvelle commande, les services jusqu’ici déployés dans un des centres de la Direction du renseignement militaire seront progressivement généralisés à l’ensemble des entités du ministère ayant un besoin d’analyse d’images satellitaires. Cet outil devrait permettre aux armées d’accroître leurs capacités de surveillance et de renseignement en traitant le volume croissant de données venant des nouveaux capteurs et en déchargeant les experts des tâches répétitives. La France et son armée disposeront ainsi d’une plus grande efficacité en matière d’appréciation de situation et de décision.

Le général de corps aérien Jean-François Ferlet, directeur du renseignement militaire, précise la stratégie mise en place par l’armée en matière d’exploitation de l’IA :

“Depuis 30 ans, l’effort a été principalement mis sur l’acquisition de nouveaux capteurs de renseignement. Pour remplir notre mission à la DRM, j’ai fait le choix d’orienter nos nouvelles capacités informatiques afin de tirer le maximum des informations à notre disposition. L’IA est un des moyens d’accroître très significativement notre performance et le retour d’expérience de l’emploi des outils de Preligens valide très clairement ce choix. L’enjeu à présent est de mettre à disposition ce service à l’ensemble du ministère.”

 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Qualcomm a dévoilé la plateforme Qualcomm Robotics RB6 et la conception de référence Qualcomm RB5 AMR lors du « 5G Summit » 2022

C'est lors de son évènement annuel « 5G Summit » qui s'est déroulé à San Diego, en Californie, que Qualcomm a dévoilé une feuille...

Des chercheurs prédisent le comportement des usagers de la route grâce à l’intelligence artificielle

Pour qu'une voiture autonome circule en toute sécurité, pouvoir prédire le comportement des autres usagers de la route est essentiel. Une équipe de recherche...

Le Département américain de l’Energie rejoint le programme Frontier Development Lab

Le 18 mai dernier, l'Institut SETI a annoncé que le Département américain de l’énergie (DOE) rejoignait le programme Frontier Development Lab (FDL), un partenariat...

Focus sur la Charte de Pôle Emploi pour une utilisation éthique de l’intelligence artificielle

Pôle emploi a été l'un des lauréats du programme « Action Publique 2022 » pour son projet « installer l’intelligence artificielle au sein de...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci