Intelligence artificielle Le Conseil de l’Europe préconise une réglementation stricte pour la reconnaissance faciale

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Réglementation européenne sur l’IA : Le CEPD exprime sa réserve sur la reconnaissance faciale

La semaine dernière, la Commission européenne dévoilait sa réglementation sur l'usage de l'intelligence artificielle au sein des entreprises et institutions européennes. Le Contrôleur Européen...

La CNIL adresse un avertissement à un club sportif sur l’utilisation d’un système de reconnaissance faciale

La reconnaissance faciale et son utilisation dans les différentes sphères font l'objet de nombreux débats. Un exemple récent en France, où la Présidente de...

Le CAHAI lance une consultation multipartite pour un cadre juridique sur la conception, le développement et l’application de l’intelligence artificielle

Suite à l'adoption de son étude de faisabilité en décembre 2020 qui faisait état de la nécessité de disposer d'un cadre juridique adéquat pour...

Systèmes de reconnaissance automatisée dans les espaces publics : le CEPD et l’EDPB demandent leur interdiction

En avril dernier, le Contrôleur européen de la Protection des Données (CEPD) exprimait sa réserve sur la reconnaissance faciale, en lien avec la réglementation...

Le Conseil de l’Europe préconise une réglementation stricte pour la reconnaissance faciale

Fin janvier, le Conseil de l’Europe a fait part de ses préconisations concernant la reconnaissance faciale, un sujet central. Face à l’utilisation croissante des technologies de reconnaissance faciale, l’organe européen a recommandé des règles strictes afin d’éviter les risques importants pour la vie privée et la protection des données. En outre, il a été proposé que certaines applications soient totalement interdites pour éviter toute discrimination, notamment pour le travail, les assurances, etc.

Le Conseil, Organisation de défense des droits de l’homme forte de 47 États membres, propose, dans une nouvelle série de lignes directrices adressées aux gouvernements, aux législateurs et aux entreprises, d’interdire l’utilisation de la reconnaissance faciale dans le seul but de déterminer la couleur de la peau, les croyances religieuses ou autres, le sexe, l’origine raciale ou ethnique, l’âge, l’état de santé ou le statut social d’une personne.

Cette interdiction devrait aussi s’appliquer aux technologies de « reconnaissance de l’affect », qui permettent d’identifier les émotions et qui peuvent être utilisées pour détecter les traits de personnalité, les sentiments intérieurs, la santé mentale ou l’engagement des salariés, car elles représentent des risques importants dans des domaines comme l’emploi, ou l’accès aux assurances ou à l’éducation.

« Au mieux, la reconnaissance faciale peut être pratique et nous aider à surmonter les obstacles de notre vie quotidienne. Au pire, elle menace nos droits humains essentiels, notamment le respect de la vie privée, l’égalité de traitement et la non-discrimination, en donnant aux pouvoirs publics et autres la possibilité de surveiller et de contrôler des aspects importants de notre vie – souvent à notre insu ou sans notre consentement », a déclaré Marija Pejčinović Burić, la Secrétaire Générale du Conseil de l’Europe.

« Mais cela peut être arrêté. Ces lignes directrices garantissent la protection de la dignité personnelle, des droits de l’homme et des libertés fondamentales, y compris la sécurité des données à caractère personnel ».

Les lignes directrices soulignent qu’il est nécessaire d’avoir un débat démocratique sur l’utilisation de la reconnaissance faciale à la volée dans les lieux publics et à l’école étant donné la nature intrusive de cette technologie et éventuellement sur la nécessité d’imposer un moratoire dans l’attente d’une analyse plus approfondie.

Le recours clandestin à la reconnaissance faciale à la volée par les forces de l’ordre ne serait acceptable que si cela est strictement nécessaire et proportionné pour empêcher des menaces imminentes et substantielles pesant sur la sécurité publique et qui sont documentées à l’avance.

Les entreprises privées ne devraient pas être autorisées à utiliser la reconnaissance faciale dans des environnements non contrôlés tels que les centres commerciaux, à des fins de marketing ou de sécurité privée.

Les lignes directrices ont été élaborées par le Comité consultatif de la Convention du Conseil de l’Europe pour la protection des personnes à l’égard du traitement automatisé des données à caractère personnel, qui rassemble des experts représentant les 55 États parties à la Convention et vingt Etats observateurs.

La Convention, premier traité international contraignant sur la protection des données à caractère personnel, a été ouverte à la signature il y a quarante ans aujourd’hui, le 28 janvier 1981 à Strasbourg.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Pierre-yves Gerlat

Partager l'article

Etude du Centre Hubertine Auclert sur « Les freins à l’accès des filles aux filières informatiques et numériques »

De nombreuses études sont menées tout au long de la scolarité des élèves, certaines se rapportent à la réussite scolaire des filles et leurs...

Le Conseil de l’UE invite les Etats Membres à poursuivre leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme

Début juin, le Conseil de l'UE a adopté des conclusions sur les actions accomplies et les prochaines étapes à franchir pour assurer la protection...

Village by CA Paris dévoile les duos lauréats des « Village Awards 2022 »

Le 30 juin dernier, le Village by CA Paris a organisé la cinquième édition des Village Awards en collaboration avec Les Echos Entrepreneurs et...

Focus sur les recommandations de la CNCDH visant à promouvoir un encadrement juridique ambitieux de l’IA

Le 21 avril 2021, la Commission Européenne présentait son projet de réglementation de l'IA. Plus récemment, en décembre dernier, la Slovénie qui assurait alors...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci