Actualité La France et l'Allemagne annoncent un projet d'infrastructure des données sécurisée européenne

Pour approfondir le sujet

L’appel à présentations pour le Paris Open Source Summit 2019 est lancé

Les 10 et 11 décembre prochains aura lieu la 5ème édition de Paris Open Source Summit. Cette année, l'événement a pour thématique « Open...

Adoption de l’IA dans les opérations industrielles : l’Europe en tête selon une étude de Capgemini

Plus de la moitié des fabricants européens mettent en place des cas d’usage de l’IA : l’Allemagne arrivant en tête avec un taux de...

Écosystème IA en Europe : accélération des levées de fonds dans un secteur des plus dynamiques

Les levées de fonds se multiplient et les financements de certaines start-ups atteignent des sommets. Serena Capital s'est intéressé à l'investissement dans les jeunes...

Atos a inauguré son premier laboratoire d’intelligence artificielle à Munich

Atos a présenté son premier laboratoire d’intelligence artificielle en Allemagne. Inauguré à Munich, cet espace d’innovation, permet à Atos de développer pour ses clients...

La France et l’Allemagne annoncent un projet d’infrastructure des données sécurisée européenne

À l’occasion du Digital Gipfel19, le sommet allemand sur le numérique, le ministre fédéral Peter Altmaier a présenté un projet d’infrastructure des données sécurisée européenne.

Ce projet dévoilé par le ministre allemand sera développé conjointement avec la France et vise à mettre en place une infrastructure des données sécurisée et fiable pour l’Europe. Ensemble, la France et l’Allemagne continueront à travailler sur le projet, qui servira de base à une future collaboration européenne élargie. L’objectif est de pouvoir présenter les résultats de cette collaboration dès le printemps 2020.

Le ministre fédéral Peter Altmaier a déclaré lors de son intervention :

“Je suis très heureux que la France et l’Allemagne travaillent main dans la main pour poser les bases d’une infrastructure européenne des données, fondée sur les valeurs européennes et sur les points forts de notre environnement économique diversifié.

Cette infrastructure nous aidera à récupérer notre souveraineté numérique et peut constituer la base d’un écosystème numérique dans lequel les données peuvent être mises à disposition, assemblées et partagées. Nous allons maintenant discuter des détails de ce projet, identifier le potentiel de synergies, puis nous approcherons rapidement les gouvernements et les entreprises d’autres pays européens pour qu’ils participent également à cette initiative. “

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, a quant à lui précisé :

“Je suis fermement convaincu qu’une coopération étroite entre la France, l’Allemagne et d’autres pays européens pays est nécessaire pour faire face à la révolution technologique du 21ème siècle. Nous voulons établir une infrastructure de données européenne sûre et souveraine, y compris en ce qui concerne les entrepôts de données, le data pooling et le développement de l’interopérabilité des données.

En travaillant ensemble, les entreprises européennes vont bénéficier d’un plus grand pool de données pour développer leurs algorithmes et améliorer leur position sur un marché mondial et très concurrentiel. C’est important pour l’autonomie numérique et technologique de l’Europe.”

Sur la base de l’Artificial Intelligence Roadmap présentée le 16 octobre 2019, la France et l’Allemagne vont avancer vers les prochaines étapes suivantes :

1. Business workshop franco-allemand

La France et l’Allemagne organiseront un atelier avant la fin novembre 2019, où les entreprises intéressées des deux pays seront informées du projet et pourront fournir des inputs et des commentaires.

2. Groupe de travail mixte sur l’organisation et la gouvernance

Les experts des deux gouvernements se réuniront avant la fin 2019 pour mettre en place un structure organisationnelle et une gouvernance pour le développement du projet. Il s’agit notamment de déterminer les domaines potentiels pour lesquels l’infrastructure des données européennes pourrait être utilisée.

3. Groupe de travail mixte sur la technologie

Les experts des deux gouvernements se réuniront avant la fin 2019 pour mettre en place une structure pour échanger et développer davantage le cadre technologique de cette infrastructure de données européenne sécurisée.

4. Communication commune et liaison

La France et l’Allemagne assureront la liaison avec d’autres États membres souhaitant participer au projet, ainsi qu’avec la Commission européenne, dont le soutien et les conseils seront fondamentaux pour déployer le projet au niveau européen.

5. Présentation aux autres États membres de l’UE

La France et l’Allemagne organiseront ensemble début de 2020 un événement à Bruxelles pour présenter aux gouvernements des autres États membres de l’UE leur concept technique et organisationnel pour le développement d’une infrastructure des données fédérée au niveau européen.

Thomas Calvi

Partager l'article

Le corpus d’articles arXiv est désormais disponible sur Kaggle

Le corpus d'articles arXiv permet depuis plus de 30 ans à la communauté de chercheurs et au public d'avoir accès aux articles scientifiques dans...

Scikit-learn, SOFA, Coq, Pharo : Inria lance son Academy de formation continue dédiée aux logiciels libres

Inria a présenté fin juillet son nouveau dispositif de formation continue. Centré sur les logiciels libres cette structure permettra l’accès aux grands noms des...

Partenariat Life & Soft et CEA en bio-informatique, génomique, intelligence artificielle et technologies d’imagerie de pointe

Ce 4 août, Life & Soft et le CEA ont présenté officiellement leur accord de collaboration. Signé en avril 2020 pour une durée de...

Machine learning : L’Université d’Oxford et Atos installeront le plus grand super calculateur du Royaume-Uni

Atos et l'Université d'Oxford ont signé un contrat de quatre ans et d'une valeur de 5 millions de livres sterling pour un nouveau supercalculateur de...