Intelligence artificielle Elements of AI : la Finlande vise à former les citoyens européens...

Pour approfondir le sujet

Skoda ouvre son laboratoire dédié à l’intelligence artificielle pour améliorer sa production de véhicules électriques

Au sein de l'Université technique d'Ostrava, en République tchèque, le constructeur automobile Skoda a inauguré un laboratoire de production par intelligence artificielle (AIM.Lab). Cette...

Recevez le numéro 5 d’ActuIA, le magazine de l’intelligence artificielle

Le numéro 5 d’ActuIA, le magazine de l’intelligence artificielle, arrive en kiosques et en version numérique le 21 septembre 2021 ! Recevez-le directement chez...

Québec : création d’une chaire de recherche en numérique de la santé pour mieux soigner les maladies rares

Mieux comprendre les maladies rares afin de mieux les diagnostiquer et les traiter efficacement constitue un défi de taille en raison de la multiplicité...

Greenly lève 3 millions de dollars pour déployer sa solution de comptabilité carbone alimentée par l’IA

Greenly, une start-up technologique spécialisée dans l'aide aux organisations à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone, a annoncé cette semaine une levée de...

Elements of AI : la Finlande vise à former les citoyens européens aux bases de l’intelligence artificielle

Une initiative lancée par la Finlande vise à former au moins 1% des citoyens de l’Union européenne aux bases de l’intelligence artificielle. La formation Elements of AI permettra à chaque personne qui le souhaite, d’en savoir plus sur l’IA. 22 pays de l’UE ont pris part à ce projet coordonné avec l’aide de l’Université d’Helsinki, du gouvernement finlandais, de la Commission européenne et de Reaktor, une entreprise spécialisée dans le développement de services et de produits digitaux. En France, Sorbonne Université est le partenaire académique de ce cours en ligne.

Une initiative autour de l’IA lancée pendant la présidence européenne de la Finlande

Entre juillet et décembre 2019, la Finlande était à la présidence du conseil de l’Union européenne. Grâce à cette position, elle a initié un programme de formation avec l’aide de Reaktor et de l’Université d’Helsinki. L’objectif est de former au moins 1% des citoyens européens sur les aspects principaux de l’IA, ce qui permettrait de renforcer le leadership numérique au sein de l’UE. Ce chiffre correspond à environ 4,5 millions de personnes.

Une députée du parlement finlandais, Elina Lepomäki, a évoqué l’importance de l’accessibilité de cette formation pour tous :

“Si nous voulons réussir avec l’IA, nous devons non seulement la développer, mais aussi trouver plusieurs manières de l’exploiter. Et cela n’est pas simplement du ressort des ingénieurs, c’est pourquoi il est très important que tout le monde puisse accéder au cours Elements of AI gratuitement.”

Dans chaque pays, en plus des institutions européennes et finlandaises coordonnant le projet, un partenaire académique local leur est associé pour permettre une meilleure diffusion du projet auprès de la population. En France, il s’agit de Sorbonne Université.

Une formation gratuite et accessible à tous

Ce cours, accessible à tout le monde (même aux non-citoyens de l’UE), est gratuit et facile d’accès. Son contenu permet de savoir ce qui signifie l’IA, ce qui peut être fait ou non avec l’IA et commencer à manipuler l’IA. La théorie s’allie à la pratique et l’ensemble des modules peuvent être complétés au rythme souhaité par le participant. La directrice de AI Business, Reaktor, Hanna Hagström s’est exprimée autour de l’apprentissage grâce à des exercices simples, mais diversifiés :

“Pour les entreprises, l’intelligence artificielle signifie une toute nouvelle ère de sondage. Les entreprises qui sont prêtes à apprendre par l’expérimentation sont celles qui progressent le plus, et très probablement celles qui prennent le dessus.”

Au sein de l’UE, environ 245 000 personnes ont débuté le cours, ce qui représente 0,055% de la population. 15,9% des participants ont terminé le cours, ce qui correspond à 39 000 personnes et environ 45% des personnes formées sont des femmes. Sari Lindblom, recteur de l’université d’Helsinki, appelle les citoyens européens à participer à Elements of AI :

“Environ 2% des Finlandais ont terminé le cours et j’encourage tous les Européens à l’explorer. Une idée clé de notre université est que la science et l’apprentissage appartiennent à tout le monde. Ce cours est un moyen d’investir dans les compétences des citoyens, de promouvoir l’apprentissage tout au long de la vie et de répondre aux besoins d’information de la société.”

Un cours qui se développe au sein de l’Union européenne

La Lettonie a été le premier pays à lancer le cours en mai 2020, l’Espagne et la Slovénie sont les derniers à l’avoir proposé, en avril 2021. La France, elle, l’a proposé à partir du 24 septembre 2020. Par ailleurs, la Lettonie se trouve en tête des pays où la participation est la plus élevée avec 7 200 inscrits ce qui correspond à 0,4% de la population, derrière la Croatie avec 21 000 participants soit 0,5% de sa population.

Parallèlement, c’est au Luxembourg, aux Pays-Bas et en Italie que les personnes inscrites arrivent au bout de la formation : entre 15 et 19 % des participants terminent la formation. La Suède et l’Estonie obtiennent elles aussi de bons résultats, car le cours était déjà disponible dans ces pays avant même que la Finlande ne lance l’initiative. Dans le monde, plus de 660 000 personnes ont participé au cours.

le Pr Teemu Roos, responsable de l’enseignement d’Elements of AI, fait référence à l’objectif du cours qu’il coordonne :

“L’intelligence artificielle n’est pas une révolution robotique, mais une chose quotidienne qui n’a pas besoin d’être mystifiée. Le cours propose une sorte de vaccination basée sur la science contre tout le battage médiatique et les références trompeuses sur l’intelligence artificielle. Notre objectif est d’impliquer les citoyens dans la réflexion sur de nouvelles applications d’IA afin que l’intelligence artificielle puisse être développée pour répondre aux besoins réels des gens.”

Le pari de la Finlande dans le domaine de l’IA est celui de l’éducation et de la coopération, comme on peut le voir dans le cadre de cette initiative. D’autres actions mises en place par l’écosystème finlandais sont à retrouver au sein du focus sur la Finlande disponible dans le quatrième numéro de notre magazine.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Skoda ouvre son laboratoire dédié à l’intelligence artificielle pour améliorer sa production de véhicules électriques

Au sein de l'Université technique d'Ostrava, en République tchèque, le constructeur automobile Skoda a inauguré un laboratoire de production par intelligence artificielle (AIM.Lab). Cette...

Recevez le numéro 5 d’ActuIA, le magazine de l’intelligence artificielle

Le numéro 5 d’ActuIA, le magazine de l’intelligence artificielle, arrive en kiosques et en version numérique le 21 septembre 2021 ! Recevez-le directement chez...

Québec : création d’une chaire de recherche en numérique de la santé pour mieux soigner les maladies rares

Mieux comprendre les maladies rares afin de mieux les diagnostiquer et les traiter efficacement constitue un défi de taille en raison de la multiplicité...

Greenly lève 3 millions de dollars pour déployer sa solution de comptabilité carbone alimentée par l’IA

Greenly, une start-up technologique spécialisée dans l'aide aux organisations à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone, a annoncé cette semaine une levée de...