Intelligence artificielle iNat, une compétition ambitieuse de reconnaissance des espèces sponsorisée par Google

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Google numéro 1 de la course à l’intelligence artificielle

L'intelligence artificielle est un domaine qui attire de plus en plus d'entreprises et d'investisseurs. Depuis quelques années on assiste en effet à une course...

Apple développe l’Apple Neural Engine, une puce d’intelligence artificielle permettant de meilleures performances

Apple développerait, selon Bloomberg et The Verge, une puce temporairement baptisée 'Apple Neural Engine' qui sera intégrée au nouvel iPhone. Elle permettrait au smartphone...

Google cherche à se réinventer dans “l’ère de l’intelligence artificielle”

A l'occasion de la conférence annuelle des développeurs, la Google I/O, qui a commencé ce mercredi 17 mai à Mountain View aux Etats-Unis,...

Des chercheurs du LabSix du MIT piègent l’IA de Google

Des chercheurs du LabSix du MIT ont publié la V2 de leur étude "Synthesizing Robust Adversarial Examples". Anish Athalye, Logan Engstrom, Andrew Ilyas et...

iNat, une compétition ambitieuse de reconnaissance des espèces sponsorisée par Google

En 2012, Google dévoilait une intelligence artificielle capable de reconnaître des chats, avec un taux de réussite de plus de 70%, sur les vidéos de Youtube et grâce à un entraînement intensif et à l’utilisation des statistiques. La firme se plaçait ainsi comme l’une des entreprises les plus actives dans le domaine de la recherche sur les réseaux de neurones et la reconnaissance visuelle.

Depuis, le secteur a connu des nombreuses avancées et de nouvelles méthodes d’apprentissage tentent de faciliter le processus pour créer des systèmes plus performants nécessitant moins de temps et de puissance.

Google reste sur le devant de la scène avec des investissements massifs en recherche et une stratégie de ‘acquire-hire’ concernant les start-up qui lui permet de développer des systèmes très intéressants. De juin à juillet 2017, la firme sponsorisera un concours particulièrement ambitieux organisé par Grant Van Horn, étudiant à l’Institut de technologie de Californie.

L’objectif du concours en question est de développer une intelligence artificielle pouvant identifier plus de 5000 espèces d’animaux et de plantes à partir des quelques 575.000 photographies de la base de données du site iNaturalist.org.

Les organisateurs du concours ont bien évidemment effectué des tests préliminaires et les résultats sont plutôt positifs. Leur programme a en effet atteint des taux de précision de 60% lorsqu’il n’avait qu’une seule chance de donner une réponse et de plus de 80% lorsqu’il avait cinq chances successives d’identification. La complexité de l’exercice réside principalement dans les nombreux détails, souvent minimes, qui permettent de différencier les espèces. iNat diffère en cela des compétitions telles qu’ImageNet competition qui se rapprochent davantage de la reconnaissance d’images générales et non d’images spécifiques.

Outre l’intérêt biologique du concours, car il faut savoir que nous ne connaissons qu’1,23 million d’espèces vivantes sur les quelques 8,7 millions que compte notre planète, cette initiative montre donc clairement le développement que connait la recherche en intelligence artificielle ces dernières années. Comme l’explique Grant Van Horn au site Quartz:

« Le progrès des réseaux de neurones artificiels, sur ces 5 dernières années, est tout bonnement incroyable. Je pense que des ensembles de données encore plus complexes et plus conséquents sont le meilleur moyen de continuer à avancer. »

L’intelligence artificielle a connu de grands développements et des applications qui s’intègrent toujours plus dans la vie quotidienne, notamment via Facebook, Google et Amazon. Mais pour Grant Van Horn, iNat est également une excellente illustration des autres applications possibles de l’intelligence artificielle qui permettent d’aider les gens à apprendre davantage sur le monde:

«  On commence à créer des algorithmes qui répondent vraiment aux questions que se posent les gens. Comme : ‘quel oiseau suis-je en train de regarder ?’ Je sais que c’est un oiseau mais s’il te plaît, ordinateur, ne t’arrête pas simplement à ce stade. »


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Johanna Diaz

Partager l'article

CentraleSupélec et SystemX lancent l’Alliance CircularIT pour mettre le numérique au service de l’économie circulaire

Le 10 mai dernier, CentraleSupélec et l’IRT SystemX ont annoncé la création d'« Alliance CircularIT » afin de « mettre la puissance du numérique...

Le Val de Marne mise sur l’intelligence artificielle pour améliorer son réseau d’assainissement

En novembre 2020, l’agence de l’eau Seine-Normandie lançait l'appel à projets innovation pour la gestion de l’eau, « Transition numérique et économie circulaire »...

RAFAEL vise à devenir la plateforme dédiée au post-Covid de référence en francophonie

La Haute Autorité de Santé, à la date du 19 novembre 2021, déclarait que 10% des malades du Covid-19 développent un covid long, syndrome...

Des chercheurs de l’Université de Buffalo identifient les principaux facteurs du cancer du poumon grâce à l’IA

Le cancer du poumon et des bronches (LBC) est l'une des causes les plus courantes de décès par cancer dans le monde, représentant 11,6...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci