Une 3e édition de la European Cyber Week réussie à Rennes autour du thème « Intelligence artificielle et cybersécurité »

Une 3e édition de la European Cyber Week réussie à Rennes autour du thème « Intelligence artificielle et
Actu IA
european-cyber-week-logo

Du 19 au 22 novembre, Rennes accueillait la 3e édition de la European Cyber Week. Ce sont plus de 2000 personnes qui ont participé à ce rendez-vous annuel qui a réuni entreprises, laboratoires de recherche, institutions et étudiants français et européens dans le cadre de conférences techniques et scientifiques, de rencontres d’affaires et d’événements européens de haut niveau autour du thème « Intelligence artificielle et cybersécurité ».

Cette année plus de 2100 participants – entreprises (grands groupes, ETI, PME, start-ups), laboratoires de recherche, institutions et étudiants de France et d’Europe- ont assisté à La 3ème édition de la European Cyber Week durant une semaine à Rennes au Couvent des Jacobins. Fort de son succès, la European Cyber Week a d’ores et déjà annoncé sa prochaine édition qui se tiendra du 18 au 21 novembre 2019 (sous réserve de confirmation).

Les représentants de l’Université de Bretagne Sud s’illustrent lors la finale du « Capture the flag » 2018

La finale de la 3ème édition du challenge de cybersécurité « Capture the flag » (CTF), organisé dans le cadre de la European Cyber Week par le Pôle d’excellence Cyber en partenariat avec la Région Bretagne, Airbus Defence and Space CyberSecurity et Thales, s’est tenue le 21 novembre dernier. La compétition a vu s’affronter 48 étudiants, sélectionnés lors d’une épreuve en ligne parmi près de 500 participants. Répartis en 16 équipes de 3, ils ont mis en commun leurs compétences pendant 6 heures autour d’épreuves de cyberdéfense complexes et variées, pour défendre des villes connectées.

Le scénario à résoudre était le suivant :

« Une organisation mondiale planifierait de perturber les réseaux de plusieurs grandes villes connectées qui utilisent massivement les nouvelles techniques comme l’intelligence artificielle pour gérer leurs ressources critiques, telles que les ressources énergétiques, les communications, la surveillance et les transports. Leur but est de réussir à déclencher un arrêt ou un ensemble de désastres dans ces villes connectées via leurs fragilités logicielles (…). »

Une quinzaine d’écoles représentées lors de cette finale, avec quelques leaders tels que l’EPITA, Centrale Supelec, Cryptis Limoges et l’Université de Bretagne-Sud) qui pour cette dernière, a brillé et raflé les premières places. En effet, les quatre équipes en compétitions de l’Ecole Nationale Supérieure d’Ingénieurs de Bretagne-Sud (ENSIBS) ont remporté les quatre premières places du CTF.

Comme lors des précédentes éditions, les vainqueurs bénéficient de récompenses très qualitatives, mais surtout d’offres de stages au sein des entreprises partenaires-organisateurs : Airbus CyberSecurity et Thales. Outre les offres de stages, ce type de challenge favorise également les opportunités de recrutement : certains challengers des années précédentes ont été embauchés au terme de leur stage.