Synapse Développement, acteur majeur du TAL, fête ses 25 ans

Synapse Développement, acteur majeur du TAL, fête ses 25 ans
Actu IA
25ans_synapse

 

Synapse Développement, société toulousaine spécialisée dans le traitement automatisé du langage, notamment connue pour son logiciel Cordial, fêtait en ce début de mois de juin ses 25 ans. L’occasion pour nous de recueillir le point de vue de Patrick Séguéla, son Directeur Général, sur l’évolution du secteur au cours de ce quart de siècle.

Synapse Développement fête ses 25 ans, on peut considérer que vous faîtes partie des pionniers français du TAL. Comment l’aventure Synapse Développement a-t-elle démarré et pourquoi ?

Patrick Séguéla: L’aventure Synapse a commencé officiellement le 11 janvier 1994 ! Elle est née de l’idée d’un groupe d’ingénieurs linguistes et d’ingénieurs informaticiens, passionnés par la langue française. Ils se sont rapidement aperçus que l’alliance de leurs deux expertises pouvaient leur permettre de développer une troisième expertise encore méconnue à l’époque : l’Intelligence Artificielle. Leur amour du français les a ainsi conduits à se concentrer sur le traitement automatique du langage, la branche de l’Intelligence Artificielle appliquée aux textes.

De longues années de Recherche et Développement, une haute spécialisation en ingénierie linguistique, une passion accrue pour l’IA, et quelques poussières de briquettes toulousaines plus tard, Cordial était né ! Cordial est notre assistant à la rédaction qui, encore aujourd’hui, comprend le correcteur orthographique, syntaxique et grammatical le plus puissant du marché, avec un taux record de correction de 90%.

Pour arriver à un niveau d’analyse et de correction de textes aussi haut, nous avions développé un moteur morpho-syntaxique puissant, capable de lire 15 000 mots par seconde.

La petite histoire méconnue raconte que Cordial fut le correcteur intégré dans la suite Office de Microsoft jusqu’en 2006… J’étais alors Directeur Technique et chargé du développement du moteur.

En 2012, j’ai pris les rênes de la société et souhaité trouver de nouvelles applications à ce puissant moteur. C’est ainsi que nous avons mis au point notre technologie de Machine Reading qui permet de générer automatiquement des questions et de lier ces questions à des éléments de réponse contenus dans les textes d’origine. En 2014, cette technologie de compréhension de texte a réussi pour la première fois au monde l’évaluation d’Entrance Exams, un test de compréhension de l’anglais pour l’entrée à l’Université au Japon.  Deux ans après, le Machine Reading trouvait une application parfaite dans laquelle s’intégrer et rayonner : les chatbots. Vous connaissez la (jolie) suite de l’histoire…


La technologie a connu de réels bouleversements avec l’explosion du Deep Learning qui vient s’opposer à des approches plus traditionnelles du TAL basées sur la linguistique. Quel est votre point de vue sur le sujet et comment vous positionnez-vous ?

Patrick Séguéla: En 25 ans d’existence, Synapse a développé une stack propriétaire exploitant des approches traditionnelles, dites symboliques, se fondant sur une expertise linguistique forte et des ressources lexicales très riches. Nous ne pensons pas que le Deep Learning vienne en opposition de ces efforts. Ces technologies de rupture sont au contraire pour nous un moyen d’augmenter cette stack historique et nous travaillons à faire fonctionner de concert les approches de deux mondes.

Cette hybridation nous permet de répondre de façon extrêmement rapide et compétitive aux besoins de nos clients, et de produire des composants robustes, résilientes et versatiles. Le développement et l’intégration de ces nouvelles approches est aujourd’hui un sujet central chez Synapse ; nous sommes très optimistes et investissons beaucoup d’énergie, sans pour autant nous détourner de notre héritage !


D’un point de vue économique, d’un secteur relativement confidentiel, l’évolution de ces dernières années a plongé Synapse Développement au coeur d’un secteur devenu Mainstream, avec une demande mais également une concurrence plus fortes. Cela a-t-il changé votre façon de gérer votre activité ?

Patrick Séguéla: Oui forcément, le développement d’une entreprise dépend intrinsèquement de son environnement. L’essor de l’Intelligence Artificielle et l’explosion du nombre de sociétés dans le secteur ont eu deux impacts majeurs pour nous.

Cela a tout d’abord eu des répercussions commerciales extrêmement positives car cela a créé de la demande. En effet, il est toujours plus difficile de vendre un produit que personne ne connaît et dont la cible ne perçoit pas l’usage. En ce sens, nous pouvons bénéficier d’un attrait médiatique sur le sujet qui multiplie le nombre d’articles, parutions, conférences, sur les chatbots et suscite l’intérêt du marché. Néanmoins, et par voie de conséquence, la concurrence est également plus rude.

Pour y faire face, nous avons développé une offre partenaire qui nous permet de vendre notre solution via des revendeurs, notamment des ESN. Nous avons également dû nous positionner sur une offre plus claire et plus précise. En effet, tout le monde dit faire de l’Intelligence Artificielle aujourd’hui.

Pour se démarquer et être crédible, il était important pour nous de réussir à nous appuyer sur notre activité historique en se recentrant sur les solutions conversationnelles basées sur l’exploitation de documents textuels. C’est là qu’est notre valeur ajoutée donc c’est également sur ce segment que nous arrivons à être les plus différenciants, malgré un environnement éminemment complexe.


Pensez-vous que l’ancienneté de Synapse Développement vous permette d’avoir une meilleure vision à moyen et long terme que les startups qui se lancent dans le domaine ? 

Patrick Séguéla: Non, il serait présomptueux d’affirmer que nous avons une meilleure vision. Certaines startups sont véritablement des visionnaires qui ont beaucoup à nous apprendre et chacune d’entre elles apporte sa pierre à l’édifice de la recherche en IA. Néanmoins, notre ancienneté nous apporte indubitablement de l’expérience. 25 années de travail en IA, cela est forcément porteur de connaissances et d’enseignements !

Je dirais que nous sommes surtout mieux conscients des risques car nous connaissons mieux le secteur, l’environnement, ses attributs et ses pièges. L’Intelligence Artificielle est un secteur plein de promesses, il faut savoir faire la part des choses, être au fait de l’état de l’art des technologies pour reconnaître leurs limites. Nous partageons l’enthousiasme des startups sur l’IA, mais nous en percevons aussi les risques et sommes peut-être plus à même d’anticiper les changements à moyen terme. Ainsi, nous arrivons de mieux en mieux à évaluer l’effet buzz de certaines technologies pour se méfier des promesses qui ne pourront pas être tenues et préserver la stabilité de nos solutions.


Justement, en terme de vision de l’évolution technologique dans le domaine du TAL au cours des années à venir : Quels sont les prochaines évolutions auxquelles vous vous attendez et les grands défis sur lesquels vous concentrez vos efforts ?

Patrick Séguéla: 2018 a été une année charnière dans le monde de l’IA appliquée au texte. Nous avons vu apparaître des travaux très innovants menant à des résultats sans précédent. Ces innovations tirent parti de modèles de langues pré-entraînés sur de très grandes quantités de données et ensuite fine-tunés pour répondre à des besoins précis. Elles sont une application récente dans le monde du NLP d’un principe appelé apprentissage par transfert et ont ainsi révélé tout son potentiel.

Cela a poussé certains acteurs industriels et académiques à considérer que le domaine du NLP vit aujourd’hui une effervescence semblable à celle constatée entre 2012 et 2014 dans celui de la vision par ordinateur. Nous partageons cet engouement car nous voyons dans ce phénomène de belles promesses pour le monde industriel, dans lequel les données sont plus rares. Nous travaillons donc très activement à intégrer ces résultats pour développer des systèmes performants, même dans un contexte de raréfaction de données.


Quelle est votre plus grande fierté au sein de Synapse Développement ?

Patrick Séguéla: Je suis fier de l’impulsion que j’ai su donner à Synapse Développement en 2012. Plus encore, je suis fier du virage que l’on a entrepris ensemble, avec toute l’équipe. C’est une réussite commune à laquelle je me réjouis d’avoir participé en percevant le potentiel de la technologie du moteur morpho-syntaxique utilisé pour Cordial. J’avais travaillé sur ce moteur en tant qu’ingénieur et je suis heureux d’avoir saisi les nouvelles tendances et les nouveaux usages émergents pour l’intégrer dans une offre de chatbot. D’une société éditrice de logiciels de correction, nous sommes alors passés à une société de services en Intelligence Artificielle.

Nous avons triplé nos effectifs et notre chiffre d’affaires en deux ans, avons réussi à changer notre image de société très (trop ?) technique pour évoluer vers une position d’expert en IA et en NLP. Nous avons également triplé de M² en changeant de locaux et les références grands comptes se font de plus en plus nombreuses dans notre base client. Tout cela contribue forcément à ma fierté en tant que chef d’entreprise.

Accomplissement de ce parcours : Synapse Développement a gagné 6 prix de l’innovation en deux ans, c’est une magnifique récompense pour le chemin parcouru ! Ces prix matérialisent notre volonté depuis 25 ans d’être un acteur éminemment innovant, capable de faire rayonner la région Occitanie en France et en Europe par le développement de projets d’IA ambitieux et novateurs.

 

Nous tenons à adresser nos remerciements à Patrick Séguéla, Sarah Marchand, ainsi qu’à l’ensemble de l’équipe de Synapse Développement !