Intelligence artificielle Suisse : le centre de calcul scientifique va se doter du supercalculateur...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

NVIDIA annonce son nouveau processeur ARM “Grace” à destination des data centers pour 2023

Une semaine riche en événements pour NVIDIA qui a annoncé la sortie en 2023 d'un CPU ARM, le premier de sa conception. Baptisé Grace,...

Comment SambaNova propose des outils permettant aux entreprises d’exploiter l’intelligence artificielle ?

En avril dernier, SambaNova annonçait avoir levé 676 millions de dollars grâce à un tour de table de série D mené par SoftBank Vision...

NVIDIA annonce que le futur supercalculateur Polaris de l’Argonne National Laboratory sera accéléré grâce à ses GPU

Le projet de supercalculateur Polaris aura pour ambition d'être l'un des plus grands supercalculateurs pour booster un IA à l'échelle extrême. Il sera hébergé...

Machine learning : L’Université d’Oxford et Atos installeront le plus grand super calculateur du Royaume-Uni

Atos et l'Université d'Oxford ont signé un contrat de quatre ans et d'une valeur de 5 millions de livres sterling pour un nouveau supercalculateur de...

Suisse : le centre de calcul scientifique va se doter du supercalculateur Alps

Avec l’aide de Hewlett Packard Enterprise (HPE) et Nvidia, le Centre suisse de calcul scientifique (CSCS) met au point le supercalculateur Alps. Ce nouvel outil, doté d’une intelligence artificielle, aspire à être le plus puissant au monde en la matière. Il remplacera Piz Daint, l’actuel supercalculateur du CSCS. 

Une architecture possible grâce à la collaboration entre HPE et Nvidia

Alps sera construit par HPE et devra permettre d’exploiter avec une grande efficacité les informations issues d’une grande quantité de données complexes. Le supercalculateur sera doté de l’environnement logiciel HPE Cray qui favorisera une approche du supercalcul de type “Software defined”. Nvidia interviendra en proposant ses composantes et plateformes comme le processeur NVIDIA ARM Grace, la plateforme logicielle NVIDIA HGX et le SDK NVIDIA HPC.

Grâce à la collaboration existante entre ces deux entreprises technologiques, Alps devrait être capable d’entrainer GPT-3, un modèle NLP très connu, en seulement deux jours, soit sept fois plus rapidement sur le supercalculateur Selene de Nvidia pourtant doté d’une capacité de 2,8 AI-exaflops.

Thomas Schulthess, physicien chez l’ETH Zurich et directeur du CSCS, s’est exprimé quant à l’architecture de ce futur supercalculateur :

“Alps utilisera l’infrastructure de supercalcul HPE Cray EX qui dispose
d’une architecture logicielle native cloud et permet d’implémenter une infrastructure derecherche de type « software-defined » ainsi que le nouveau processeur Grace de Nvidia, permettant, par le couplage de technologies d’IA et de supercalcul traditionelles, d’obtenir une infrastructure unique.”

Antonio Neri, CEO de Hewlett Packard Enterprise, fait l’état des lieux de cette collaboration tripartie :

“HPE collabore depuis de nombreuses années avec le CSCS dans le domaine des technologies du calcul haute performance afin de pouvoir faire accélérer significativement certains domaines de la recherche scientifique. […] Nous sommes honorés de pouvoir poursuivre notre collaboration avec le CSCS en ayant conçu ce nouveau supercalculateur qui aidera le CSCS dans ses missions. Doté de cet outil incroyable, le CSCS sera en mesure d’explorer de nouvelles perspectives à partir de ses données, permettant ainsi de réaliser des avancées significatives qui feront avancer le monde dans lequel nous vivons. “

Les objectifs d’utilisation du supercalculateur Alps

Prévu pour être mis en service en 2023, le système Alps sera polyvalent, ouvert à la communauté des chercheurs suisses, mais également à celle des chercheurs du monde entier. L’outil pourra être utilisé dans de nombreuses études et recherches liées à des domaines divers et variés : la climatologie, la météorologie, les sciences des matériaux, l’astrophysique, la mécanique des fluides, les sciences économiques et sociales, les sciences de la vie, la dynamique moléculaire, la chimie quantique et la physique des particules.

Thomas Schulthess précise l’utilisation qui sera faite de ce nouveau supercalculateur :

“Nous ne mettons pas simplement à disposition un nouveau supercalculateur. Nous en profitons aussi pour moderniser et agrandir en plusieurs phases notre centre de calcul afin d’en faire une infrastructure de recherche axée sur les services, et ainsi permettre des avancées significatives dans le domaine de la recherche scientifique.”

Jensen Huang, le fondateur et CEO de Nvidia, a précisé l’apport de Nvidia dans ce projet tout en évoquant les perspectives pour l’avenir :

“Les grands défis scientifiques d’aujourd’hui requièrent un nouveau type de superordinateur pour
stimuler la découverte. […] En tirant parti de notre nouveau processeur Grace conçu pour le HPC et l’IA à grande échelle, le CSCS rejoint NVIDIA dans l’ouverture d’une nouvelle voie : construire une infrastructure de superordinateurs de classe mondiale basés sur ARM, qui permettront aux plus grands scientifiques d’utiliser la puissance de l’IA pour faire des recherches qui changeront le monde.”


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Levée de fonds de 6 millions d’euros de la fintech lyonnaise Mon Petit Placement

Mon Petit Placement, start-up lancée en 2017, a bouclé en ce mois de novembre sa troisième levée de fonds pour un montant de 6...

Lutte contre la cybercriminalité : l’exemple du défi IA lancé par le gouvernement canadien aux petites entreprises

Comme les autres organismes de police canadiens, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) peine à accéder aux données chiffrées saisies lors d'enquêtes criminelles. C'est...

Continuity annonce une levée de fonds de 5 millions d’euros auprès d’Elaia Partners, Bpifrance et Kamet Ventures

Continuity a levé 5 millions d’euros en Seed auprès d'Elaia Partners, Bpifrance et Kamet Ventures a annoncé la jeune pousse cette semaine. La start-up...

ADAM9, un gène potentiellement impliqué dans les formes graves de Covid-19 identifié par l’intelligence artificielle

Pourquoi certains patients atteints de Covid-19 sont-ils asymptomatiques alors que d'autres développent des formes graves, notamment le SDRA (syndrome de détresse respiratoire aigüe) ?...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci