Intelligence artificielle Sous-marins australiens : le pacte AUKUS prévoit le partage de capacités d'intelligence...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

L’OTAN travaille à l’encadrement de l’utilisation de l’intelligence artificielle dans le domaine militaire

L'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) travaille à l'établissement d'un cadre de normes et de règles quant à l'utilisation de l'intelligence artificielle dans...

Etats-Unis : les dernières nouvelles autour de l’IA du Pentagone et du Joint Artificial Intelligence Center

L'intelligence artificielle dans le secteur de la défense est un sujet qui fait son arrivée progressive en France : fin avril dernier, le comité...

Intégration de l’autonomie des systèmes d’armes létaux : Le Comité d’éthique de la défense remet son avis

Après la publication de ses travaux sur le soldat augmenté, le Comité d'éthique de la défense a remis à Florence Parly et au ministère...

Le Pentagone dévoile ses « principes éthiques » pour l’usage de l’intelligence artificielle par l’armée

Le Pentagone a dévoilé ce lundi 24 février une série de principes éthiques pour l'utilisation des technologies d'intelligence artificielle. Leur adoption fait suite aux recommandations...

Sous-marins australiens : le pacte AUKUS prévoit le partage de capacités d’intelligence artificielle, quantiques et cybernétiques non-spécifiées

Le 15 septembre 2021, on apprenait l’existence du pacte AUKUS, alliance de défense entre l’Australie, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. C’est dans le cadre de ce pacte que l’Australie vient de s’engager officiellement ce lundi 22 novembre dans un programme contesté pour s’équiper de sous-marins à propulsion nucléaire. Elle doit acquérir huit sous-marins à la pointe de la technologie, capables d’effectuer des missions furtives à longue portée. L’accord AUKUS prévoit également le partage de capacités cybernétiques, d’intelligence artificielle, quantiques et sous-marines non spécifiées.

Le ministre de la Défense Peter Dutton a signé avec les diplomates britannique et américain le premier accord publié dans le cadre d’AUKUS autorisant l’échange d'”informations sur la propulsion nucléaire navale” entre leurs pays.

Cette alliance tripartite a pour objectif une coopération militaire, industrielle et technologique et se concentre spécifiquement sur l’approfondissement et l’intégration des avancées scientifiques et technologiques, des capacités industrielles et des chaînes d’approvisionnement liées à la Défense. Un accent particulier a été placé sur les cybercapacités, l’intelligence artificielle, les technologies quantiques et les nouvelles capacités sous-marines.

Au lendemain de l’annonce de la mise en place d’AUKUS, Naval Group informait de la rupture du contrat de 31 milliards d’euros passé avec l’Australie pour la construction de douze sous-marins à propulsion conventionnelle, à l’initiative de cette dernière. Cette annulation annoncée depuis les États-Unis par Scott Morrison, le premier ministre australien a été reçue comme un camouflet par la France. En 2017, l’ambassadeur d’Australie en France affirmait lors d’une interview au Parisien :

 “Nous sommes pragmatiques. Notre décision a évidemment été fondée sur des spécifications techniques. Mais ce contrat va bien au-delà de la fourniture d’équipements de défense. Il s’agit d’un partenariat stratégique entre nos deux pays. C’est la base de la relation franco-australienne pour les quatre décennies à venir.”

Mais le gouvernement australien a changé d’avis et donc opté pour des sous-marins nucléaires américains ou britanniques :

“Le pays avait choisi la propulsion traditionnelle pour ses sous-marins, mais il souhaite désormais des engins à propulsion nucléaire, que Naval Group ne fabrique pas.”

À la suite de la signature de l’accord à Canberra lundi avec le chargé d’affaires américain Michael Goldman et de la haut-commissaire britannique en Australie Victoria Treadell, le ministre de la Défense australien, Peter Dutton, a déclaré :

“L’accord aidera l’Australie à achever une étude de 18 mois sur l’acquisition de sous-marins.”

Il a ajouté dans un communiqué :

“Grâce à l’accès aux informations permis par cet accord, ainsi que les décennies d’expérience de nos partenaires britanniques et américains dans le domaine des sous-marins à propulsion nucléaire, l’Australie sera également en mesure d’être un gestionnaire responsable et fiable de cette technologie.”

Selon le pacte AUKUS, l’Australie doit acquérir huit sous-marins à propulsion nucléaire à la pointe de la technologie, capables d’effectuer des missions furtives à longue portée. Il apportera une capacité de frappe à la RAN (Marine Royale australienne) sous la forme de missiles de croisière Tomahawk pour armer des destroyers mais également des missiles de précision à longue portée à la Royal Australian Air Force (RAAF) et aux forces terrestres. Il prévoit également le partage de capacités cybernétiques, d’intelligence artificielle, quantiques et sous-marines non spécifiées.

Inquiétudes vis-à-vis du pacte Aukus

La France, en accord avec l’Australie lors de la signature du contrat tenait fermement à ne pas fournir de sous-marins à propulsion nucléaire pour respecter les traités de non prolifération nucléaire, et les autorités australiennes étaient d’accord. Tandis que les sous-marins fournis par les USA, contrairement à ceux que devait fournir la France, pourront sans problème transporter à tout moment des missiles à ogive nucléaire ce qui ne va pas dans le sens de la non-prolifération.

La Chine a déclaré que ce pacte est une “menace extrêmement irresponsable”. En effet, ces sous-marins nucléaires vont affaiblir l’équilibre stratégique de la région déjà bien instable et la communauté internationale peut être impactée elle aussi.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Marie-Claude Benoit

Partager l'article

Levée de fonds de 6 millions d’euros de la fintech lyonnaise Mon Petit Placement

Mon Petit Placement, start-up lancée en 2017, a bouclé en ce mois de novembre sa troisième levée de fonds pour un montant de 6...

Lutte contre la cybercriminalité : l’exemple du défi IA lancé par le gouvernement canadien aux petites entreprises

Comme les autres organismes de police canadiens, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) peine à accéder aux données chiffrées saisies lors d'enquêtes criminelles. C'est...

Continuity annonce une levée de fonds de 5 millions d’euros auprès d’Elaia Partners, Bpifrance et Kamet Ventures

Continuity a levé 5 millions d’euros en Seed auprès d'Elaia Partners, Bpifrance et Kamet Ventures a annoncé la jeune pousse cette semaine. La start-up...

ADAM9, un gène potentiellement impliqué dans les formes graves de Covid-19 identifié par l’intelligence artificielle

Pourquoi certains patients atteints de Covid-19 sont-ils asymptomatiques alors que d'autres développent des formes graves, notamment le SDRA (syndrome de détresse respiratoire aigüe) ?...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci