Sony, Intel et eBay, entre autres, rejoignent Le Partenariat pour l’intelligence artificielle

Ce mardi Le Partenariat pour l’intelligence artificielle (Partnership on Artificial Intelligence to Benefit People and Society – PAI) a annoncé l’arrivée de 22 nouveaux membres au sein de l’organisation à but non lucratif. Annoncée publiquement en septembre 2016, le PAI a été fondé par Amazon, Facebook, Google, Microsoft et IBM.

A cette occasion, Yann LeCun, directeur de la recherche sur l’intelligence artificielle chez Facebook, expliquait:

« En tant que chercheurs dans l’industrie, nous prenons très au sérieux la confiance placée en nous pour garantir que les progrès sont faits avec la plus grande considération pour les valeurs humaines ».

L’éthique comme priorité

Cet organisme travaille en partenariat avec l’AAAI, l’ACLU et OpenAI pour construire des perspectives d’avenir basées l’intelligence artificielle plus équilibrées.

L’objectif du PAI est principalement éthique et répond à la nécessité de clarifier l’impact du développement de l’intelligence artificielle. Cela afin de calmer les craintes du public concernant certains aspects de ce qui apparait comme une révolution technologique. Le PAI cherche donc à promouvoir de bonnes pratiques, un code éthique prônant la transparence, la collaboration, l’équité et l’inclusivité ou encore à publier des travaux sous licence open source.

Des nouveaux arrivants prestigieux

En janvier 2017, Tom Gruber d’Apple était entré au comité du PAI et ce mardi ce sont donc 22 nouveaux membres qui rejoignent l’organisation. Parmi elles, huit entreprises commerciales: la start-up Cogitai, eBay, Intel, McKinsey & Company, Salesforce, SAP, Sony et Zalando

On trouve également 14 nouveaux partenaires à but non lucratif dont l’UNICEF, Human Rights Watch, XPRIZE Foundation, Allen Institute for Artificial Intelligence ou encore Electronic Frontier Foundation.

Cette annonce intervient au moment où le PAI lance également de nouvelles initiatives. L’organisation a en effet déclaré qu’elle créera plusieurs prix et aides, mais également des groupes de travail spécifiques. Ces derniers se concentreront sur la recherche des meilleures pratiques concernant des sujets et des secteurs bien définis de l’intelligence artificielle.

PARTAGER