Intelligence artificielle SAP Concur et Innofact dévoilent une étude sur la compréhension de l'IA...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

La Chine présente ses « spécifications éthiques de l’intelligence artificielle de nouvelle génération »

Fin septembre, le ministère chargé de la Science et de la Technologie chinois a présenté ses nouvelles lignes directrices sous la forme de "spécifications...

Données vocales : Le Voice Lab et Datafunding lancent une campagne de data funding

Les technologies vocales ont connu un grand boom ces dernières années avec des solutions innovantes, des projets de recherche avec de nombreuses applications mais...

Replay : Le “droit” des robots, réalité ou abus de langage ? avec Nathalie Nevejans et Serge Tisseron

Dans le cadre de son émission Matières à penser, Serge Tisseron avait reçu en 2018 Nathalie Nevejans, maîtresse de conférences en droit privé à...

Les interactions client reposant sur l’IA auraient doublé en 2 ans selon un rapport du Capgemini Research Institute

Le Capgemini Research Institute a publié un nouveau rapport intitulé "The Art of Customer-Centric Artificial Intelligence: How organizations can unleash the full potential of...

SAP Concur et Innofact dévoilent une étude sur la compréhension de l’IA par les salariés et son adoption

L’intelligence artificielle s’est imposée comme l’un des enjeux fondamentaux de très nombreux pays. Son impact dans des secteurs très variés dont la santé, le transport mais aussi l’agriculture et l’hôtellerie est certain, tout comme les enjeux, économiques, sociaux et juridiques qu’il suppose. SAP Concur et Innofact se sont intéressés aux voyages d’affaires dans une étude publiée récemment. 

Le secteur des voyages d’affaires a déjà pris le train en marche de la mutation, les différents acteurs cherchant actuellement à évoluer pour simplifier le quotidien des voyageurs professionnels. C’est dans ce contexte que SAP Concur, leader de la gestion des frais et des déplacements professionnels, a mené en collaboration avec Innofact une étude auprès 4000 salariés répartis dans 6 pays européens. Cette enquête évalue le niveau de compréhension de cette technologie et mesure son adoption pour améliorer le quotidien des voyageurs d’affaires.

Les Français connaissent mais utilisent moins l’IA que leurs voisins européens

La plupart des salariés européens sont familiers avec le terme « Intelligence artificielle ». La Finlande arrive en première position avec 97% de ses professionnels qui en ont déjà entendu parler, suivi de l’Allemagne (93%), du Royaume-Uni (92%), du Danemark (89%) et de la Suède (85%). La France arrive en dernière position avec 76%. Pourtant, 56% des Français sont convaincus que l’intelligence artificielle constitue un moyen de personnaliser davantage leurs voyages d’affaires. Malgré ces besoins exprimés, les entreprises ne facilitent pas l’accès à ces technologies : 64% d’entre elles n’offrent pas à leurs collaborateurs d’outils basés sur l’IA.

Aujourd’hui, seuls 28% des Français utilisent quotidiennement cette technologie. Pourtant, ils ne sont pas en manque d’informations sur le sujet ! A la question : « À quoi pensez-vous quand vous entendez le terme intelligence artificielle ? », la majorité des répondants évoquent les robots capables de dialoguer avec les humains (58%), puis les assistants vocaux pour 51%, arrive ensuite la reconnaissance faciale (41%) et enfin les chatbots (22%). Sans grande surprise, les assistants vocaux (types Alexa et Siri) sont les technologies munies d’intelligence artificielle les plus démocratisées et les plus utilisées en France (51%), ainsi qu’en Allemagne (57%) et au Royaume-Uni (55%).

Le partage des données personnelles, frein à l’adoption de l’IA ?

A l’heure du Règlement général sur la protection des données (RGPD), les salariés sont plus consciencieux en ce qui concerne le traitement de leurs données personnelles. Les répondants français et danois par exemple sont les plus réticents d’Europe à l’idée de partager leurs données personnelles pour tirer parti de l’intelligence artificielle dans leurs voyages d’affaires : 47% des Français sont prêts à partager leurs préférences en termes de voyages (comme le moyen de transport emprunté par exemple), ou encore leur adresse email (41%) et leur numéro de téléphone (35%). Ces derniers sont en revanche moins nombreux à dévoiler leurs données biométriques, comme les empreintes digitales (22%) ou leur lieu de résidence (14%). L’Allemagne reste le pays le plus confiant, la majorité des répondants étant prêts à partager leur genre (64%), leur date de naissance (45%), ainsi que leur adresse personnelle (36%). Les Finlandais semblent quant à eux plus enclins à communiquer leurs préférences alimentaires (intolérances et allergies) pour 51% d’entre eux, mais restent ceux qui souhaitent le moins révéler leurs données biométriques (13%) parmi tous les interrogés.

L’intelligence artificielle pour anticiper les besoins des voyageurs professionnels

La majeure partie des répondants danois (30%), suédois (29%), allemands (27%) et anglais (21%), souhaiterait utiliser l’intelligence artificielle pour pouvoir profiter de recommandations personnalisées en termes de services disponibles dans les hôtels par exemple, le type de restaurants dans les alentours, ou encore les événements qui ont lieu pendant leurs voyages d’affaires. De leurs côtés, les salariés français (32%) voient l’intelligence artificielle comme un moyen d’analyser et donc d’anticiper les coûts relatifs à leurs voyages d’affaires, au moment ou en amont de leurs réservations. En deuxième position, les Français se déclarent également très friands d’Apps mobiles dédiées au voyage. Les Finlandais (27%) préfèrent quant à eux utiliser la technologie pour reconnaitre et traiter de manière automatisée leurs note de frais. Concernant les technologies connectées, comme la valise intelligente, entre 23 et 32% des interrogés souhaiteraient en posséder une pour les suivre automatiquement à l’aéroport, contrairement aux français, peu séduit par cette idée (15%).

Sur la question de la sécurité, 46% des employés allemands et 52% des finlandais interrogés pensent que l’intelligence artificielle peut rendre leur voyage d’affaires plus sûr, notamment en termes de prédictions des risques (climatiques ou terroristes par exemple). En France, 35% des répondants sont d’accords avec cette idée : cette tendance est d’autant plus forte pour les 18-39 ans (43,4%), ainsi que pour les voyageurs d’affaires, qui approuvent à 49%.


(CP)


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Thomas Calvi

Partager l'article

Bruxelles : Améliorer les services publics grâce à l’IA et FARI

FARI, institut bruxellois pour l'intelligence artificielle, mis en place l'an passé dans le cadre du plan de relance, a pour objectif de relier les...

L’IA axe majeur du nouveau plan de travail INPI-IPOS

Début janvier 2022, Pascal Faure, directeur général de l’INPI et Madame Rena Lee, son homologue de l’office de propriété intellectuelle à Singapour (IPOS) ont...

Robots tueurs : les Nations Unies peinent à poser un cadre juridique à l’emploi des armes létales autonomes

Dès 2013, les Systèmes d'Armes Létales Autonomes (SALA) ont fait l'objet de discussions lors de la Convention des Nations Unies portant sur les Armes...

XXII lance une charte éthique pour l’édition de logiciels d’IA

L'Intelligence Artificielle est en plein essor et les technologies qu'elle a permis de développer, en évolution constante. Les problèmes éthiques que peuvent poser leur...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci