Actualité Protection des données, transformation digitale, insurtech : Coverd dévoile les résultats de...

Pour approfondir le sujet

Espagne : un projet de centre européen pour l’intelligence artificielle pour rivaliser avec les infrastructures européennes

En Espagne, un projet ambitieux autour de l'IA tend à se mettre en place. Un groupe d'investisseurs privés, dirigé par les propriétaires du téléopérateur...

L’apprentissage supervisé et par renforcement pour aider les robots à s’adapter à tout type d’environnement

A travers Rapid Motor Adaptation (RMA), Facebook progresse dans l'adaptation des robots à leur environnement, afin de développer leur motricité. Adapter les robots à un...

Cinéma et Deepfake : zoom sur la synchronisation des lèvres avec le doublage en langue étrangère

Le deepfake est une technique reposant sur l'intelligence artificielle qui permet de superposer des fichiers audio ou vidéos sur d'autres fichiers déjà existants pour...

IA et Géopolitique : le comité AIDA du parlement européen propose son approche innovante sur le sujet

Le comité Artificial Intelligence in a Digital Age (AIDA) lié au parlement européen propose une étude sur l'intelligence artificielle et la diplomatie européenne. Intitulé...

Protection des données, transformation digitale, insurtech : Coverd dévoile les résultats de son enquête

Coverd, une entreprise technologique spécialisée dans la couverture des objets nomades, a fait le choix de s’intéresser à la transformation digitale qui s’opère dans le secteur de l’assurance. L’insurtech française a réalisé une enquête sur un domaine qui utilise de plus en plus les innovations technologiques pour faciliter les pratiques des assurés. 5 informations découlent des sondages que la firme a réalisé et 4 d’entre eux s’appuient sur les concepts d’insurtech, d’utilisation des données par les acteurs de l’assurance ou de transition digitale.

Les formulaires en ligne et les chatbots peu utilisés dans les processus de souscription à une assurance

Le premier résultat évoqué dans l’étude de Coverd est le suivant : 80% des personnes sondées préfèrent les rendez-vous physiques ou par téléphone lorsqu’ils souscrivent à une assurance. Alors que le passage au numérique semble quelque chose d’incontournable pour les acteurs historiques de l’assurance, les Français semblent vouloir garder un contact humain en matière d’assurance. Seuls 16,7 % des Français questionnés souscrivent à une assurance grâce à un questionnaire en ligne et 3,3 % d’entre eux à l’aide d’un chat. Coverd précise :

“L’avenir de l’assurance montre que les acteurs actuels doivent garder l’humain au cœur de leur offre pour séduire les consommateurs et ne pas s’axer uniquement sur le digital pour perdurer.”

On retrouve un pourcentage quasi similaire pour le second sondage : 81,2% des individus préfèrent faire confiance à un leader du marché de l’assurance. Avec la transition digitale qu’opère le secteur de l’assurance, de nombreux acteurs ont fait leur apparition sur le marché pour chercher à ancrer l’innovation dans le domaine et à proposer un service qui leur semble plus facile à dompter. Néanmoins, 12,5 % des personnes questionnées font confiance à une start-up du monde de l’assurance contre 3,1 % à un retailer international. Coverd analyse ce résultat :

“Ce chiffre nous montre qu’il y a une évangélisation de la part des start-up de ce secteur qui n’est pas prêt de baisser.”

Insurtech et utilisation des données personnelles

Le troisième résultat questionne les Français autour des insurtech : 90,9% des personnes questionnées ne savent toujours pas ce qu’est une insurtech. Selon Coverd, les insurtech sont de plus en plus de nombreuses et cherchent à bousculer le marché dans un secteur où la transformation digitale débute, poussée par les nouveaux modes de consommation des Français. Si le concept d’innovation est compris par tous, le secteur de l’insurtech lui est quelque chose de totalement nouveau pour les français qui ne se retrouvent pas encore dans cette nouvelle définition.

Le dernier résultat et non des moindres : 48,3% des Français se méfient de l’utilisation des données par les acteurs de l’assurance. De plus, 13,8 % des Français interrogés dans le cadre de cette étude ont précisé qu’ils avaient peur pour leur individualité. La collecte des données de manière intensive tranche avec le concept de transparence et d’éthique, c’est ce qu’évoque Coverd :

“Si l’on pense d’abord à leur praticité et à leurs avantages, il est aussi crucial de réfléchir à ce que cette collecte de données intensive implique pour les assureurs, et les potentielles dérives qui vont avec. En possession de ces informations, les assureurs doivent agir en transparence avec leurs consommateurs. Ces chiffres montrent qu’en plus du danger et de la méfiance, les assurées souhaitent une transparence totale vis-à-vis de leurs données personnelles.”

Zacharie Tazrout

Partager l'article

Espagne : un projet de centre européen pour l’intelligence artificielle pour rivaliser avec les infrastructures européennes

En Espagne, un projet ambitieux autour de l'IA tend à se mettre en place. Un groupe d'investisseurs privés, dirigé par les propriétaires du téléopérateur...

L’apprentissage supervisé et par renforcement pour aider les robots à s’adapter à tout type d’environnement

A travers Rapid Motor Adaptation (RMA), Facebook progresse dans l'adaptation des robots à leur environnement, afin de développer leur motricité. Adapter les robots à un...

Cinéma et Deepfake : zoom sur la synchronisation des lèvres avec le doublage en langue étrangère

Le deepfake est une technique reposant sur l'intelligence artificielle qui permet de superposer des fichiers audio ou vidéos sur d'autres fichiers déjà existants pour...

IA et Géopolitique : le comité AIDA du parlement européen propose son approche innovante sur le sujet

Le comité Artificial Intelligence in a Digital Age (AIDA) lié au parlement européen propose une étude sur l'intelligence artificielle et la diplomatie européenne. Intitulé...