Intelligence artificielle Nouvelle vision de la défense américaine : le Pentagone mise sur l’IA,...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Etats-Unis : les dernières nouvelles autour de l’IA du Pentagone et du Joint Artificial Intelligence Center

L'intelligence artificielle dans le secteur de la défense est un sujet qui fait son arrivée progressive en France : fin avril dernier, le comité...

DeepTech : STARTUP3, le programme d’accélération des start-ups européennes

Le programme d'accélération de start-ups européennes STARTUP3 invite les entrepreneurs disposant d'un projet d’innovation technologique ou digitale souhaitant accélérer leur développement en Europe et...

Le Pentagone dévoile ses « principes éthiques » pour l’usage de l’intelligence artificielle par l’armée

Le Pentagone a dévoilé ce lundi 24 février une série de principes éthiques pour l'utilisation des technologies d'intelligence artificielle. Leur adoption fait suite aux recommandations...

États-Unis : la Commission nationale de sécurité sur l’intelligence artificielle demande plus d’investissements au gouvernement

Créée l'an dernier par le Congrès, la Commission nationale de sécurité sur l'intelligence artificielle (NSCAI) a alerté le gouvernement américain sur l'importance d'un renforcement...

Nouvelle vision de la défense américaine : le Pentagone mise sur l’IA, l’informatique quantique et de pointe

Dans le cadre d’un discours, le chef du Pentagone, Lloyd Austin, a présenté sa nouvelle vision de la défense américaine. Le département de la Défense des États-Unis souhaite que ses armées soient préparées pour combattre les éventuelles menaces cybernétiques pouvant planer sur le pays. L’intelligence artificielle est l’un des axes privilégiés pour développer des armes plus intuitives et des technologies comme les drones. 

Exploiter l’intelligence artificielle et l’informatique pour la dissuasion

Dorénavant, les futurs conflits ne ressembleront probablement plus aux anciennes guerres : il s’agit de la tout nouvelle problématique à laquelle va se devoir se confronter les Etats-Unis en matière de défense. C’est pour répondre à cette évolution que Lloyd Austin a annoncé que les progrès technologiques seront de plus en plus exploités afin de “comprendre plus vite, décider plus vite et agir plus vite”.

La toute nouvelle vision du département de la défense des États-Unis dépendra davantage des nouvelles technologies. On retrouve ainsi l’intelligence artificielle, l’informatique quantique et l’informatique de pointe. Ces trois secteurs seront exploités dans l’optique d’un meilleur traitement de données après leur collecte afin de mieux les partager à qui de droit. La coordination des opérations militaires à l’échelle mondiale a été annoncé comme étant l’un des autres enjeux de l’utilisation de ces innovations.

L’application de ces technologies repose également, selon le chef du Pentagone, sur un esprit de dissuasion :

“la fixation d’une vérité fondamentale dans l’esprit de nos ennemis potentiels : les coûts et les risques de l’agression ne sont pas conformes à tout avantage imaginable”

L’objectif de la dissuasion par l’innovation consiste à utiliser les capacités technologiques déjà existantes et en développer de nouvelles afin de potentiellement les exploiter en cas d’attaque. Les États-Unis souhaitent travailler main dans la main avec leurs alliés et partenaires dans le cadre de cette stratégie.

Réalité augmentée, drones, robotisation et systèmes autonomes

En août 2020, ce sont plusieurs dizaines de drones militaires qui ont pris leur envol accompagnés de chars robotisés à environ 65km de Seattle avec pour mission de retrouver l’ennemi se cachant dans des bâtiments. Dans le cadre de ce test grandeur nature de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), l’objectif était de savoir comment l’IA pouvait être utilisée afin d’automatiser les systèmes militaires. Cet exercice a également initié une réflexion de la part du Pentagone autour des armes autonomes.

En mars 2021, la National Security Commission on Artificial Intelligence (NSCAI), un groupe consultatif créé par le Congrès des États-Unis, a publié son rapport final sur l’IA. Il a recommandé de poursuivre les travaux autour des systèmes autonomes et de résister aux appels liés à un bannissement international des études autour de ces nouvelles méthodes d’autonomisation.

Toujours en mars dernier, Microsoft et l’armée des États-Unis signaient un partenariat à hauteur de 21 milliards d’euros pour que la firme technologique puisse doter les soldats américains de casques de réalité augmentée. Près de 120 000 dispositifs pourront à l’avenir être utilisés pour décrypter le moindre mouvement du soldat et voir, depuis un poste de contrôle, l’ensemble de ses moindres faits et gestes afin de le guider durant une opération militaire.

Du côté français, le sujet intéresse bien évidemment. Le comité d’éthique de la défense avait émis le mois dernier, son avis sur l’intégration de l’autonomie dans les systèmes d’armes létaux. Dans le même temps, Florence Parly a annoncé, après une phase de préfiguration de 4 mois, la création de l’Agence du numérique de défense (AND). Elle a pour mission de contribuer aux enjeux de supériorité opérationnelle et de maîtrise de l’information au sein du ministère en révisant en profondeur l’organisation du numérique pour faire face aux défis croissants liés à la transformation du ministère.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Quel rôle l’intelligence artificielle joue-t-elle dans la lutte contre les incendies de forêt ?

Le Maroc, l'Espagne et la France connaissent actuellement une vague de chaleur très importante qui surprend les météorologues car elle arrive précocement. Avec le...

L’UMONS introduit 40 portefeuilles projets FEDER-FSE+ pour un budget de plus de 280 millions d’euros

Le FEDER (Fonds Européen de Développement Régional) et le FSE (Fonds Social Européen Plus) ont pour objectif de renforcer la cohésion sociale et économique...

Yoshua Bengio fait son entrée dans le dictionnaire Larousse

Nouveau signe de la popularisation de l'intelligence artificielle, le directeur scientifique de Mila et professeur à l’Université de Montréal, Yoshua Bengio, intègre le Petit...

METAFORA biosystems lance METAflow, logiciel cloud d’analyse numérique de cytométrie en flux

METAFORA Biosystems, une société qui a développé une plateforme de cytométrie en flux alimentée par l'IA pour générer des diagnostics in vitro (DIV) plus...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci