Actualité La Loi de Moore, toujours d'actualité? Des experts appellent à l'après-loi de...

Pour approfondir le sujet

IBM lance ses nouveaux serveurs conçus pour l’intelligence artificielle

IBM fait de nouveau le pari de l'intelligence artificielle en dévoilant de nouveaux systèmes construits autour de son processeur Power9. Baptisés Power Systems AC922, ils...

NVIDIA présente Jetson Xavier™ NX, son supercalculateur IA compact pour les systèmes robotiques et embarqués à la périphérie

NVIDIA a dévoilé ce 7 novembre son nouveau module baptisé Jetson Xavier NX. Ce supercalculateur IA est présenté comme étant le plus petit et...

Intel vous offre un Intel Neural Compute Stick 2

La semaine dernière, Intel nous avait permis de vous dévoiler en avant première l'Intel Neural Compute Stick 2, le stick USB capable d'exploiter des...

Le projet Astrid SPIN-IA – Intelligence artificielle avec des nanocomposants spintroniques radiofréquence

Focus sur le projet Astrid SPIN-IA, mené conjointement par l'IMS - Laboratoire d'intégration du matériau au système, TRT Thalès Research & Technology, l'Unité mixte...

La Loi de Moore, toujours d’actualité? Des experts appellent à l’après-loi de Moore

La Loi de Moore semblait régir la progression des circuits intégrés électroniques et donc de la puissance de calcul des machines. Cependant, depuis l’an dernier, les annonces concernant l’obsolescence de cette loi se multiplient. Sur le sujet, Intel et Nvidia divergent fondamentalement.

La loi de Moore, un fondement du domaine

C’est en 1965 que Gordon Moore, un informaticien alors directeur R&D chez Fairchild Semiconductor, annonçait ce que deviendrait la Loi de Moore. Ce qui ressemblait à une prédiction s’est révélé au fil des années d’une incroyable exactitude. Gordon Moore, qui co-fondera Intel, affirmait que le nombre de transistors, l’élément central composant les processeurs, doublait tous les deux ans. Cela impliquait que la puissance des machines doublait en conséquence.

Ce rythme s’est révélé exact durant plusieurs décennies. Cependant de nombreux experts, dont Jensen Huang, PDG de Nvidia, expliquent aujourd’hui que nous vivons la fin de la Loi de Moore.

Une fin déjà amorcée?

L’an dernier, une annonce d’Intel avait commencé à faire craindre la possible fin de la Loi de Moore. Le géant des semi-conducteurs avait en effet indiqué que le doublement de la puissance de ses futurs processeurs n’aurait pas lieu dans deux ans, mais dans deux ans et demi.

Si la feuille de route des fabricants de processeurs se calquait sur cette loi depuis plus de 20 ans, il semblait que la fin d’une époque fondamentale approchait. À tel point que le consortium des grands constructeurs de puces électroniques annonçait qu’il abandonnerait bientôt la poursuite de la Loi de Moore.

Cette semaine, à l’occasion d’une conférence sur le traitement graphique à Pékin, Jensen Huang, PDG de Nvidia, a pris part au débat sur cette loi. Pour lui, c’est certain, “la loi de Moore est morte” et nous sommes entrés dans une nouvelle ère. Huang pense en effet qu’il est temps de réfléchir à l’après-loi de Moore afin de poursuivre l’accélération du calcul. L’intelligence artificielle, le cloud, le big data mais aussi le calcul intensif sont des applications dans lesquelles l’industrie doit s’inscrire.

“Il est toujours possible de gonfler de 50% le nombre de transistors des processeurs classiques, comme Intel s’acharne à le faire. Mais le gain de performance n’est plus que de 10%”.

Un ralentissement certain

Mais certains refusent cependant de reconnaître la mort de cette fameuse loi et la voit comme un simple ralentissement. Brian Krzanich, patron d’Intel, assure en effet qu’elle est bien vivante. Il avait à ce propos déclaré l’an dernier:

“Pour ceux qui se demandent si la loi de Moore est en vie et si la technologie de 10 nanomètres va arriver, la réponse est absolument oui. Et je crois que la loi de Moore va se prolonger au-delà de ma propre carrière.”

Le secteur des puces électroniques a cependant connu un ralentissement certain. Pour Brian Krzanich, cela n’implique pas nécessairement pour autant qu’elle est devenue obsolète.

Face à lui, de très nombreux experts ont déjà pris acte de la fin proche de la Loi de Moore devant la stagnation de la feuille de route de l’industrie. Les trois étapes de miniaturisation des semiconducteurs, en 7, 5 et 3 nanomètres commencent à être franchies par les géants du secteur comme IBM ou Samsung. Et la génération d’après reste un mystère.

La démarche lancée l’an dernier et baptisée “More than Moore” essaie à ce titre de réfléchir au futur et à l’après miniaturisation. Fabrication de puces en 3D, changement de matériaux ou encore combinaison de plusieurs fonctions sont notamment à l’ordre du jour.

Thomas Calvi

Partager l'article

Le corpus d’articles arXiv est désormais disponible sur Kaggle

Le corpus d'articles arXiv permet depuis plus de 30 ans à la communauté de chercheurs et au public d'avoir accès aux articles scientifiques dans...

Scikit-learn, SOFA, Coq, Pharo : Inria lance son Academy de formation continue dédiée aux logiciels libres

Inria a présenté fin juillet son nouveau dispositif de formation continue. Centré sur les logiciels libres cette structure permettra l’accès aux grands noms des...

Partenariat Life & Soft et CEA en bio-informatique, génomique, intelligence artificielle et technologies d’imagerie de pointe

Ce 4 août, Life & Soft et le CEA ont présenté officiellement leur accord de collaboration. Signé en avril 2020 pour une durée de...

Machine learning : L’Université d’Oxford et Atos installeront le plus grand super calculateur du Royaume-Uni

Atos et l'Université d'Oxford ont signé un contrat de quatre ans et d'une valeur de 5 millions de livres sterling pour un nouveau supercalculateur de...