L’intelligence artificielle en Asie: de grandes perspectives de changement

L’intelligence artificielle en Asie: de grandes perspectives de changement
Actu IA
800px-UBS_sign

L’intelligence artificielle s’installe au cœur de nos vies et pose toujours plus de questions concernant le futur de nos sociétés, notamment en terme d’emploi. De nombreuses analyses indiquent que les systèmes intelligents seront totalement intégrés à notre mode de vie d’ici 2030 et nous sommes entrés dans une course à l’intelligence artificielle effrénée.

La société de services financiers UBS s’est intéressée à la question en ce qui concerne l’Asie dans son rapport Shifting Asia: How artificial intelligence will transform Asia. Il faut savoir que le continent asiatique produit un tiers des revenus mondiaux et comprend plus de la moitié de la population de la planète. Mais c’est également l’un des pionniers en termes d’innovation et de nombreuses sociétés et start-up asiatiques se sont lancées dans la course à l’intelligence artificielle.

Les Etats-Unis restent leaders en la matière mais la Chine et l’Inde se placent définitivement comme de sérieux concurrents sur le marché. Les gouvernements de ces deux pays ont opté pour une attitude proactive allant de pair avec de grands investissements dans le secteur. La raison semble évidente quand on sait que l’intelligence artificielle pourrait générer entre 1,8 et 3 trillions de dollars par an dans cette région du monde.

Son impact sera, selon les analystes, majeur dans certains secteurs fondamentaux en Asie comme la finance, la santé, l’industrie, le commerce ou encore les transports.

Dans son rapport, UBS estime qu’il faudra compter sur l’Asie dans le futur tant son influence sur le développement de l’intelligence artificielle risque d’être important. Plusieurs éléments sont en effet à prendre en compte:

  • le vivier de talents
  • l’absence de ressources patrimoniales
  • l’augmentation des données disponibles

Les pays asiatiques vont pouvoir miser sur ces bases pour devenir incontournables en matière d’intelligence artificielle. Ils ont en effet l’opportunité de réduire l’écart technologique avec les marchés développés et d’accélérer leur passage à un nouveau type économie.

Cependant, pour cela, ils vont devoir également gérer leurs faiblesses et les risques que cela suppose:

  • retard en matière d’innovation en intelligence artificielle
  • absence d’un écosystème basé sur l’intelligence artificielle
  • perturbation potentielle de modèles commerciaux traditionnels bien ancrés dans la société
  • risques de pertes d’emplois dans de nombreux secteurs

Ce dernier point implique, comme dans d’autres pays du monde, une certaine hésitation de la part des gouvernements  et des entreprises à faire vraiment le pari de l’intelligence artificielle du fait de l’impact qu’elle pourrait avoir sur les industries traditionnelles et donc sur la société.

UBS

D’après les analyses d’UBS, l’intelligence artificielle pourrait entrainer la disparition à moyen et à long terme d’entre 30 et 50 millions d’emplois sur le continent asiatique dans plusieurs secteurs clés. L’inquiétude est logique, surtout dans les secteurs où l’automatisation sera chose aisée. Mais il faut également prendre en considération la création des plusieurs millions d’emplois résultant du développement de l’intelligence artificielle.

Il est donc essentiel pour les entreprises de ces secteurs de s’intéresser de très près aux progrès en matière d’intelligence artificielle car cela conditionnera leur avenir. La formation professionnelle et l’acquisition de compétences en lien avec les applications des systèmes intelligents sont donc fondamentales afin que le passage à cette nouvelle économie puisse se faire de façon progressive et sans heurts.