Intelligence artificielle Les ministres européens souhaitent garantir la liberté d'expression et lutter contre l'impact...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

La CNIL adresse un avertissement à un club sportif sur l’utilisation d’un système de reconnaissance faciale

La reconnaissance faciale et son utilisation dans les différentes sphères font l'objet de nombreux débats. Un exemple récent en France, où la Présidente de...

Le Conseil de l’Europe souhaite utiliser l’intelligence artificielle pour lutter contre les discriminations

Le conseil des ministres a adopté plusieurs lignes directrices à l'intention des 47 états membres du conseil de l'Europe. Elles ont pour but de...

Le programme Confiance.ai dévoile de premiers résultats significatifs avec 6 cas d’usage pratiques

Lancé en janvier 2021, le programme Confiance.ai est un pilier technologique du Grand Défi « sécuriser, certifier et fiabiliser les systèmes fondés sur l'intelligence...

Décoder l’intelligence artificielle : 10 mesures pour protéger les droits de l’homme

La Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe a publié il y a quelques mois un document très intéressant intitulé Décoder l'intelligence...

Les ministres européens souhaitent garantir la liberté d’expression et lutter contre l’impact de l’IA sur les médias

Une conférence ministérielle du Conseil de l’Europe s’est déroulée les 10 et 11 juin 2021 avec pour sujet principal : la liberté d’expression. Le déclin de la sécurité des journalistes et l’impact de l’intelligence artificielle, ainsi que la numérisation massive dans l’environnement des médias et de l’information furent évoqués dans le cadre de cette réunion. Plusieurs actions prioritaires ont été convenues et adoptées pour renforcer ces secteurs clés de la liberté d’expression.

Une déclaration finale et quatre résolutions pour garantir la liberté d’expression

Cette réunion a été organisée par le conseil de l’Europe et le gouvernement chypriote où 350 personnes issues de gouvernements nationaux, d’organisations internationales, de la société civile, des médias et du monde universitaire ont pu participer. A la fin de cette conférence qui regroupait une quarantaine ministres européens responsables des médias et de la société de l’information, une déclaration finale ainsi que quatre résolutions furent actées :

  • sur la liberté d’expression et les technologies numériques
  • sur la sécurité des journalistes
  • sur l’évolution de l’environnement des médias et de l’information
  • sur l’impact de la pandémie de Covid-19 sur la liberté d’expression

Les ministres ont souhaité rappeler que la violence à l’encontre des journalistes et autres acteurs médiatiques constituaient une attaque contre la démocratie. De ce constat, ils ont décidé de prioriser le problème et d’évoquer leurs inquiétudes quant aux potentielles impunités prévalant ces attaques.

Ils invitent donc le conseil de l’Europe à préparer des orientations pour élaborer des plans d’action nationaux autour de la sécurité des acteurs médiatiques ainsi que des journalistes. Les ministres invitent les états membres à mener une campagne au niveau européen pour promouvoir la protection du journalisme et des journalistes.

Une des résolutions concerne l’impact de la pandémie de COVID-19 : selon les ministres, il est important de supprimer tous les obstacles non nécessaires à la liberté d’expression en temps de crise et de garantir l’accès aux informations et aux documents officiels conformément à la convention de Tromsø. Pour eux, les lois et politiques existantes ne doivent pas être utilisées à mauvais escient pour faire taire les voix critiques, mais doivent être exploitées pour promouvoir un débat public libre et pluraliste autour de toute question d’intérêt public.

Plusieurs résolutions autour des technologies numériques et de l’intelligence artificielle

Pour garantir la liberté d’expression, l’ensemble des ministres se sont engagés à faire appel aux experts de la conception, du développement et du déploiement de technologies numériques et d’outils d’IA pour la création et distribution de contenus en ligne pour développement une réglementation dans ce domaine, y compris par la mise en place de normes juridiquement contraignantes. Plusieurs systèmes et processus automatisées devraient être soumis à des conditions réglementaires que les ministres mettront en place à l’avenir. Les outils de traitement du langage naturel, le robot-journalisme, les flux d’informations gérées par des algorithmes sont notamment ciblées pour qu’ils puissent être exploitées dans le respect du droit à la liberté d’expression.

Pour ce qui est des campagnes électorales et leur couverture médiatique, les ministres invitent le conseil de l’Europe à réviser les normes sur la responsabilité du contenu en ligne à la lumière de l’évolution des rôles des acteurs clés dans l’environnement médiatique, y compris les moteurs de recherche et les plateformes de médias sociaux. L’impact des technologies numériques au niveau des communications entre individus dans les salles de presses ou dans des espaces de communication publics est un point qui fut abordée durant la conférence. Des orientations seront élaborés pour garantir la liberté d’expression malgré leur utilisation.

Est évoquée la création de codes éthiques pour les acteurs des médias, y compris les plateformes en ligne, afin de promouvoir l’utilisation transparente et responsable des outils d’IA dans les salles de rédaction, de protéger des dangers de l’exploitation des données personnelles et de garantir l’exposition à une diversité de contenus et de sources médiatiques. Dans ce contexte de numérisation de l’environnement média et communicationnel, l’ensemble des ministres ont reconnu l’importance cruciale d’une information plurielle, fiable, digne de confiance et libre de tout contrôle étatique ou privé.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Levée de fonds de 6 millions d’euros de la fintech lyonnaise Mon Petit Placement

Mon Petit Placement, start-up lancée en 2017, a bouclé en ce mois de novembre sa troisième levée de fonds pour un montant de 6...

Lutte contre la cybercriminalité : l’exemple du défi IA lancé par le gouvernement canadien aux petites entreprises

Comme les autres organismes de police canadiens, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) peine à accéder aux données chiffrées saisies lors d'enquêtes criminelles. C'est...

Continuity annonce une levée de fonds de 5 millions d’euros auprès d’Elaia Partners, Bpifrance et Kamet Ventures

Continuity a levé 5 millions d’euros en Seed auprès d'Elaia Partners, Bpifrance et Kamet Ventures a annoncé la jeune pousse cette semaine. La start-up...

ADAM9, un gène potentiellement impliqué dans les formes graves de Covid-19 identifié par l’intelligence artificielle

Pourquoi certains patients atteints de Covid-19 sont-ils asymptomatiques alors que d'autres développent des formes graves, notamment le SDRA (syndrome de détresse respiratoire aigüe) ?...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci