Actualité Les intelligences artificielles peuvent désormais reconnaitre des objets qu'elles n'ont jamais vus...

Pour approfondir le sujet

Télécom Evolution lance le Certificat d’Etudes Spécialisées (CES) Intelligence artificielle

Télécom Evolution lance le Certificat d'Etudes Spécialisées (CES) Intelligence artificielle. Conçu et réalisé par Télécom ParisTech et ENSTA ParisTech, et placé sous la responsabilité...

Gartner prévoit une accélération des déploiements d’intelligence artificielle dans les entreprises d’ici 2020

De plus en plus d'entreprises déploient des solutions basées sur l'intelligence artificielle. Selon le cabinet Garner, les entreprises ayant déployé des solutions d'intelligence artificielle...

Journée mondiale de l’océan : L’UNESCO présente des cas d’usage de la technologie pour un océan durable

Aujourd'hui se tient comme chaque 8 juin, la Journée mondiale de l'océan des Nations Unies. Cette année, l'UNESCO a souhaité mettre en avant l'importance cruciale...

Partenariat Life & Soft et CEA en bio-informatique, génomique, intelligence artificielle et technologies d’imagerie de pointe

Ce 4 août, Life & Soft et le CEA ont présenté officiellement leur accord de collaboration. Signé en avril 2020 pour une durée de...

Les intelligences artificielles peuvent désormais reconnaitre des objets qu’elles n’ont jamais vus en utilisant les probabilités

Les intelligences artificielles semblent progresser toujours plus vite et dépasser certaines barrières que les scientifiques pensaient difficiles, ou presque impossibles, à franchir. Gamalon Machine Intelligence, une start-up de Boston créée en 2013, vient de proposer au champ de l’intelligence artificielle une nouvelle approche concernant l’apprentissage grâce à l’application des probabilités.

La start-up s’est intéressée plus particulièrement à la reconnaissance d’objets via son Bayesian Program Synthesis (BPS). Jusqu’à présent, un système ne reconnaissait un objet que si l’intelligence artificielle en question y avait déjà été confrontée. Elle devait impérativement effectuer une série de comparaisons avec des centaines de milliers d’images et trouver un objet similaire, ce qui prenait bien évidemment beaucoup de temps.

Il s’agit de ce que l’on appelle le deep learning et cette méthode a par exemple permis à Google de pouvoir reconnaitre les chats dans les vidéos de Youtube. Pour aboutir à un tel résultat, il était donc nécessaire aux systèmes d’analyser des millions d’images et d’utiliser les milliers de processeurs.

Dorénavant, une intelligence artificielle pourra savoir de quel objet il s’agit en quelques minutes et sans obligatoirement l’avoir vu auparavant. Gamalon Machine Intelligence a en effet développé un algorithme permettant aux intelligences artificielles d’apprendre à partir de bases de données beaucoup plus réduites. Ainsi, il leur faut résolument moins de temps et de puissance pour effectuer les tâches demandées. Le co-fondateur et CEO de Gamalon, Ben Vigoda, formé au MIT, l’expliquait ainsi à Bloomberg:

Vous pouvez lancer notre programme sur votre ordinateur portable, et il aura besoin de 100 fois moins de puissance pour trouver la réponse.

En utilisant l’algorithme de Gamalon développé à partir des probabilités, le système analysera l’objet en se basant sur des éléments clés de celui-ci. Par exemple, si l’objet est un chat, l’intelligence artificielle reconnaitra les moustaches et la queue, sans avoir besoin de le comparer à des millions d’images de chats de toutes les tailles ou couleurs.

A partir de là, elle comblera, grâce à l’algorithme, les éléments manquants pour pouvoir déterminer qu’il s’agit d’un chat. Il s’agit du même type de fonctionnement qu’un Pictionnary virtuel dans lequel un programme doit deviner ce que vous dessinez avant que vous ayez terminé. Il s’agit donc davantage d’une déduction que d’une comparaison.

Avaya utilise déjà certains produits de la start-up, Gamalon Structure et Gamalon Match, qui se concentrent sur la détection et la correction d’erreurs ou d’ambiguïtés dans les bases de données, notamment de type annuaire. L’algorithme va identifier une erreur en fonction du contexte et la corriger en quelques minutes au lieu de plusieurs jours. Le gain de temps est donc considérable mais les résultats également. La start-up facture ce service 10.000$ pour un mois d’analyse d’une base de données de 100.000 lignes.

L’idée générale de Gamalon Machine Intelligence est de pouvoir proposer une technologie de pointe à partir de moins de données, en moins de temps. La rapidité d’apprentissage permettrait ainsi d’adapter plus facilement les systèmes à différents types d’utilisation.

Johanna Diaz

Partager l'article

Synapse AI : Entretien avec Julian Lucchesi, directeur des partenariats du CenTech à Montréal

L'adoption de l'intelligence artificielle en entreprise nécessite bien souvent un accompagnement. Dans ce numéro 3 de Synapse AI, Mathieu Barreau rencontre Julian Lucchesi, Directeur...

Un modèle de deep learning pour repérer plus facilement les tumeurs métastasiques complexes

Nous vous présentions récemment un système mis au point par des scientifiques écossais permettant de repérer plus facilement les mésothéliomes, une forme rare de cancer....

Trois start-up, spécialisées data et intelligence artificielle, finalistes du LVMH Innovation Award

Dans le cadre de la cinquième édition du LVMH Innovation Award, 28 start-up ont été sélectionnées. Grâce à ce prix dédié à l'innovation, les...

Quelle fiabilité pour la reconnaissance vocale utilisée pour le diagnostic du COVID-19 ?

Savoir si des patients sont atteints du COVID-19 grâce à leur voix ? C'est le défi que se sont lancé plusieurs équipes de recherche....