Intelligence artificielle Le gouvernement présente le plan « Dispositifs médicaux innovants » de France...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Sanofi et Owkin associés dans la lutte contre le cancer avec l’intelligence artificielle et l’apprentissage fédéré

La semaine dernière, Sanofi a annoncé un investissement de 180 millions de dollars dans le capital d’Owkin. Cette start-up franco-américaine, spécialisée dans l’IA et...

Le WAICF à Cannes s’annonce comme un événement international majeur sur l’intelligence artificielle

C'est au mois d'avril que se tiendra le World AI Cannes Festival (WAICF). Un événement qui s'annonce déjà comme l'un des grands rendez-vous de...

Europe numérique : la Commission européenne investira deux milliards d’euros pour la transition numérique

Le programme Europe Numérique, Digital Europe, vise à apporter la technologie numérique aux citoyens, aux entreprises et aux administrations publiques. Dans cet objectif, 7,5...

Focus sur les 17 lauréats du cinquième APP destiné à la recherche Hospitalo-Universitaire en santé

L'annonce des 17 lauréats du cinquième appel à projets destiné à la recherche hospitalo-universitaire (RHU) a été réalisée par Olivier Véran, ministre des Solidarités...

Le gouvernement présente le plan « Dispositifs médicaux innovants » de France 2030

En octobre dernier, Emmanuel Macron présentait France 2030, plan d’investissement de 30 milliards d’euros pour une dizaine de secteurs d’activités dont le numérique, l’hydrogène, les batteries, l’espace, la santé ou la culture. L’objectif est de permettre à la France et à l’Europe de retrouver leur indépendance pour des industries et des compétences d’avenir. C’est dans ce cadre qu’Agnès Pannier-Runacher a dévoilé le volet « Dispositifs médicaux innovants de demain » de France 2030 doté de 400 millions d’euros, lors de sa venue sur le site de l’entreprise BALT, situé à Montmorency, le lundi 21 février dernier.

Agnès Pannier-Runacher s’est rendue le lundi 21 février sur le site de l’entreprise BALT, fondée en 1977, spécialisée dans le matériel médical innovant pour le traitement des maladies vasculaires du cerveau, basée à Montmorency (95). Cette société qui compte plus de 500 employés à l’international, crée des microcathéters pour la neuroradiologie interventionnelle et est l’un des leaders mondiaux du secteur. Ses produits sont utilisés pour soigner trois types de pathologies : les anévrismes, les malformations artérioveineuses et les accidents vasculaires cérébraux (AVC). La société affirme :

« Depuis 40 ans, Balt développe son expertise centrée exclusivement sur certaines pathologies du cerveau, telles que les AVC ou les anévrismes. Tout au long de son histoire, Balt a été à l’avant-garde de l’innovation dans ce domaine de la neuroradiologie interventionnelle. Aujourd’hui, l’étendue de son portefeuille de produits fait écho à l’expertise que l’entreprise s’est forgée depuis plusieurs décennies. Balt est devenue au fil des années un fleuron industriel dans son domaine en France et à l’international. Aujourd’hui, la société continue à innover et à fabriquer sur ses sites en France, en Suisse et aux États-Unis. Ses produits sont vendus dans une centaine de pays dans le monde. »

Entre 2015 et 2021, l’entreprise a quadruplé son chiffre d’affaire et le gouvernement a choisi cette entreprise florissante pour dévoiler le plan « Dispositifs médicaux innovants. »

7,5 milliards pour le plan « Innovation santé »

Lors de la présentation de France 2030, Emmanuel Macron visait l’objectif pour la France de « Revenir à la tête d’une médecine plus prédictive, plus préventive, plus innovante, plus personnalisée et avec un tissu productif davantage fabriqué en France.»

Dans  le cadre de ce plan, le président de la République a présenté, lors du Conseil stratégique des industries de santé 2021 (CSIS), le plan Innovation Santé 2030 doté de 7,5 milliards d’euros pour l’innovation en santé, avec un objectif : faire de la France la première nation européenne innovante et souveraine en santé. Ce plan vise à soutenir la la recherche biomédicale, le transfert de technologies, l’innovation, l’industrialisation et l’accès au marché des produits de santé en France. 400 millions d’euros ont été consacrés  au secteur français du dispositif médical et du diagnostic in vitro.

400 millions d’euros consacrés au volet « Dispositifs médicaux innovants »

400 millions sont consacrés pour permettre aux chercheurs et aux entreprises de relever d’importants défis technologiques et de santé publique : mettre au point des robots chirurgicaux pour assister les chirurgiens lors d’opérations complexes, améliorer la performance et la tolérance sur le long terme des implants et prothèses, ou encore développer les dispositifs médicaux et solutions numériques pour la santé mentale notamment. Ce volet comporte les 4 axes suivants :

  • Adresser des priorités technologiques et de santé publique majeures : 170 millions seront dédiés à des actions ciblées et des appels à projets pour répondre à des priorités de santé publique ou lever des verrous technologiques, afin de faire émerger les dispositifs médicaux et les dispositifs de diagnostic in vitro innovants (développement de robots chirurgicaux de demain, d’implants, de prothèses ou de dispositifs médicaux et solutions numériques pour la santé mentale).
  • Permettre aux entreprises du secteur de démontrer la valeur de leurs produits : Un appel à projets « démonstration de l’efficacité clinique des dispositifs médicaux à usage collectif » doté de 60 millions sera lancé pour démontrer les bénéfices cliniques et/ou médico-économiques des dispositifs médicaux au sein du système de soins français.
  •  Accompagner les projets d’industrialisation des entreprises du dispositif médical : un budget de 140 millions d’euros sera consacré à l’appel à projets  « Innovation et Capacité Santé 2030 » visant à soutenir les projets d’industrialisation de dispositifs médicaux et de diagnostic in vitro innovants ou stratégiques sur le territoire national. Cet APP permettra, en outre, d’identifier et soutenir les projets des entreprises dans les secteurs de la biothérapie et de la bioproduction, ainsi que des maladies infectieuses émergentes.
  •  Accompagner les entreprises du dispositif médical dans leurs démarches d’accès au marché : 30 millions d’euros permettront de faciliter et d’accélérer l’accès au marché des dispositifs médicaux, et en particulier l’obtention du marquage CE des produits, notamment par la mise en place d’un guichet « diagnostic règlementaire » de Bpifrance, la constitution de réseaux d’investigateurs, l’accès aux grandes cohortes et le financement de formations pour les profils règlementaires.

 
Marie-Claude Benoit

Partager l'article

Découvrez ActuIA n°8, le nouveau numéro du magazine de l’intelligence artificielle

L’été est bien là et c’est déjà l’heure du nouveau numéro d’ActuIA, votre magazine de l’intelligence artificielle ! Pour ce n°8 d’ActuIA, disponible dès...

Victor Schmidt, doctorant sous la direction de Yoshua Bengio, est le lauréat de la 6ème bourse Antidote en TAL

Druide informatique a annoncé fin mai la nomination du lauréat de la 6e Bourse Antidote en traitement automatique de la langue (TAL). Victor Schmidt,...

Retour sur le lauréat du Prix CNIL-INRIA pour la protection de la vie privée

Fin mai, François Pelligrini et Mathieu Cunche, co-présidents du Jury du Prix CNIL-Inria, ont remis le prix pour la protection de la vie privée...

La Lufthansa s’appuie sur le logiciel « Virtual Aviation Training » de NMY pour former ses équipes de cabine

La pandémie a fortement impacté les compagnies aériennes. Depuis la levée des restrictions sanitaires, elles doivent affronter un autre problème : malgré une forte...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci