Le Forum Economique Mondial appelle à une action urgente concernant la parité dans le domaine de l’intelligence artificielle

Le Forum Economique Mondial appelle à une action urgente concernant la parité dans le domaine de l’int
Actu IA
Capture d’écran 2018-12-18 à 09.43.21

Dans son Global Gender Gap 2018, le Forum Économique Mondial présente un rapport sur la parité dans le monde. En 2018, si les inégalités femmes-hommes sont légèrement à la baisse, cette stagnation ne serait due qu’à une « participation professionnelle et politique des femmes ralentie ».

Le rapport souligne que des progrès ont été notés dans les 89 pays étudiés depuis l’an dernier. L’écart entre les hommes et les femmes reste cependant de 32% et le recul des inégalités ne s’observe qu’au niveau des opportunités économiques. L’émancipation politique, le niveau d’éducation et la santé restent donc sujets à de très nombreuses disparités.

Le secteur de la politique est particulièrement visé mais cette année, le Forum Économique Mondial s’est également intéressé tout particulièrement à l’intelligence artificielle. Dans un chapitre intitulé Assessing Gender Gaps in Artificial Intelligence, le forum a pointé du doigt ce secteur où la disparité est importante.

“Compte tenu de l’évolution rapide des marchés du travail d’aujourd’hui, notre analyse s’est également penchée sur les disparités entre les sexes en matière d’intelligence artificielle (IA), une compétence qui sera très demandée dans le futur. En collaboration avec LinkedIn, nous constatons que 22% seulement des professionnels de l’IA sont des femmes, contre 78% d’hommes.”

En terme de compétences IA disponibles à une échelle nationale, les États-Unis, l’Inde et l’Allemagne semblent en tête selon le forum. Cependant, dans le même temps, l’Allemagne figure également parmi les pays présentant l’un des plus grands écarts entre hommes – femmes en matière d’IA avec seulement 16% de femmes dans le “vivier de talents IA”. Les trois pays où l’écart entre les sexes est le moins important sont l’Italie, Singapour et l’Afrique du Sud, avec 28% de femmes – 72% d’hommes. La France arrive derrière le Canada, l’Inde, l’Australie et la Turquie avec un écart de genre de 73% (21% de femmes – 79% d’hommes).

Capture d’écran 2018-12-18 à 09.26.25

Au niveau global, le forum note que cela représente un écart de genre de 72% et qu’il est resté constant ces dernières années. Aucune tendance positive n’a été amorcée selon le rapport qui met en garde contre les conséquences de cette disparité et l’action urgente à mener.

“Premièrement, les disparités entre les sexes dans les compétences de l’IA peuvent exacerber les disparités entre les sexes en matière de participation et d’opportunités économiques, l’IA englobant un ensemble de compétences de plus en plus demandé.

Deuxièmement, l’écart entre les sexes dans les compétences de l’IA implique que l’utilisation de cette technologie polyvalente dans de nombreux domaines est en cours de développement sans une diversité de talents, limitant de fait sa capacité d’innovation et d’inclusion.

Troisièmement, la faible intégration des femmes dans les réservoirs de talents de l’IA, même dans les secteurs et les régions où la base de talents en IT comprend un haut pourcentage de femmes, indique une opportunité manquée dans un domaine professionnel où l’offre de main-d’œuvre qualifiée est déjà insuffisante.”

Capture d’écran 2018-12-18 à 09.27.15

Au travers de plusieurs graphiques et analyses, le forum met en avant l’existence d’un écart structurel persistant entre les hommes et les femmes parmi les professionnels de l’IA, avec des trajectoires de carrière bien différenciées empruntées par les hommes et les femmes sur le marché du travail actuel.

“Les écarts évidents entre hommes et femmes au sein du réservoir de talents en IA reflètent à la fois les écarts plus grands entre les spécialistes en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM); les écarts de genre entre les industries; et écarts entre les sexes dans l’acquisition des compétences émergentes.”

Sans action rapide pour lutter contre ces disparités et étant donné la croissance du domaine de l’IA mais également de l’ensemble des industries, il y a selon le forum, “un réel risque de voir se creuser les disparités entre les sexes dans les industries traditionnellement masculines, telles que la fabrication, le hardware et les réseaux, ainsi que les logiciels et les services informatiques”.

“Il semble également que l’intelligence artificielle soit sur le point d’élargir les disparités entre les sexes dans les secteurs traditionnellement féminins tels que les organisations à but non lucratif, la santé et l’éducation. Des interventions efficaces de reconversion des compétences et des voies de transition d’emploi tangibles seront essentiels pour réduire ces disparités  hommes femmes et ouvriront la voie à une inversion de ces tendances.”

Vous pouvez lire le rapport dans son intégralité sur www3.weforum.org et découvrir ou redécouvrir certaines initiatives dynamiques telles que celle du WiMLDS Paris (et WiMLDS dans sa totalité au niveau mondial) qui travaillent justement sur la présence des femmes dans ce milieu et l’importance de la diversité.