Intelligence artificielle "Le bateau qui vole" : une intelligence artificielle au service de la...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Afrique : la fintech Pngme lève 15 millions de dollars afin de poursuivre son développement sur le continent africain

La fintech africaine PNGme vient d'annoncer une levée de fonds de quinze millions de dollars menée par le fonds d'investissement londonien Octopus Ventures. Ce...

Un modèle de machine learning pour identifier les épaves dans le cadre de recherches en archéologie sous-marine

Leila Character, doctorante en géographie à l'université du Texas à Austin, a développé un modèle d'IA capable de reconnaitre les épaves dans les fonds...

Une interface cerveau-machine permet à des personnes handicapées d’écrire grâce à la pensée

Des chercheurs de l'Université de Stanford ont conçu une interface cerveau-machine (ICM) innovante. Cette interface neuronale directe permettra à son utilisateur d'écrire des mots...

Le projet CETI : comprendre la langue des cachalots grâce à des outils d’intelligence artificielle

Comprendre la langue utilisée par les animaux est un des enjeux de certains scientifiques : c'est notamment le cas de Denise Herzing qui étudie,...

“Le bateau qui vole” : une intelligence artificielle au service de la navigation de compétition

Le cabinet de conseil en technologies Meritis s’est associé à l’équipe de Sébastien Rogues, skipper de l’Ocean Fifty Primonial dans le cadre du projet “Le bateau qui vole”. Cette initiative a pour but de concilier big data et machine learning afin d’exploiter en temps réel l’ensemble des données de navigations et d’optimiser les performances du bateau. Le projet devrait être au point cet automne pour la Transat Jacques Vabre qui marquera le premier test grandeur nature pour préparer le trimaran à la route du Rhum pour 2022

Une collaboration entre des experts de l’IA et un sportif de haut niveau

À l’été 2019, l’un des deux fondateurs de Meritis, Gilles Duret, et le skipper Sébastien Rogues se sont rencontrés. Le data scientist étant passionné de navigation, il a proposé au skipper d’exploiter le savoir-faire technologique de sa société pour essayer d’améliorer la performance de son trimaran. C’est ainsi que le projet “Le bateau qui vole” a commencé.

Loïc Veyssière, consultant data scientist chez Meritis, a rejoint, en octobre 2019, les deux membres du programme afin d’apporter son expertise. Les trois hommes ont compris que pour optimiser la vitesse du bateau, la gestion des données qu’il émet est essentielle. L’IA a immédiatement été envisagée pour créer un tableau de bord intuitif.

Gilles Duret explique :

“L’équipe de Sébastien Rogues fait partie des précurseurs dans les équipes de courses au large à vouloir optimiser la gestion des données afin que le bateau gagne en performance. Aujourd’hui, nous sommes donc très heureux de participer à cette aventure en mettant nos compétences et notre savoir-faire au service de ce projet qui démocratise dans le sport de compétition l’accès aux technologies modernes d’analyse de données.”

Un tableau de bord conçu grâce au machine learning

La création d’un tableau de bord devrait permettre à Sébastien Rogues de comprendre en temps réel les réactions du bateau en fonction de l’environnement auquel il est confronté (taille des vagues, houle, courant, conditions météorologiques, vitesse du vent…). Le skipper peut avoir un aperçu de l’ensemble de ces informations pour adapter et optimiser chacune de ses décisions et de ses actions lors des courses.

Une trentaine de capteurs sont installés sur le trimaran. Grâce à cette configuration, Loïc Veyssière a récupéré, en différé, une grande quantité de données à l’environnement du bateau mis en situation. L’ensemble de ces données ont été analysées puis retranscrites sous forme de statistiques intelligentes.

La plateforme a été entrainée : elle détecte les changements, retravaille les informations en les triant, en les nettoyant et en les corrigeant. Chaque utilisateur peut ensuite avoir accès à toutes les informations de manière uniforme. Le portail web permet de sélectionner un entrainement ou une course réalisée par le skipper et de suivre sur une carte, l’évolution des variables (vitesse du vent, cap, angles d’inclinaison, etc.) en différé.

Objectif : un trimaran performant pour la route du Rhum 2022

Le projet devrait être au point dès octobre 2021, pour la Transat Jacques Vabre. Cette compétition sera le premier test grandeur nature pour préparer le trimaran à la route du Rhum pour 2022. À cette date, l’équipe souhaiterait que la retranscription des données se fasse en temps réel (et non pas en différé, comme actuellement) grâce à ce tableau de bord mis à disposition du skipper.

Sébastien Rogues a évoqué le projet et ses objectifs :

“Il s’agit d’un projet totalement inédit par sa nature et son ambition. Avec l’aide de Meritis, nous sommes en train de créer à partir de l’inexistant une technologie qui va nous permettre de communiquer avec notre bateau, de le comprendre et interagir avec lui pour pousser bien plus loin ses performances. Cette technologie sera déployée en conditions réelles dès 2022 à l’occasion de la Route du Rhum. C’est une grande fierté d’être au cœur de ce projet, d’autant que les premiers résultats de cette belle collaboration sont déjà très encourageants.”

En 2021, le projet s’axera sur deux thématiques :

  • Le développement du portail web : visuel, graphiques, fonctionnalités selon les besoins du skipper
  • Recherche et Développement : performance du trimaran grâce à des études de données afin de comprendre la vitesse “optimale” en fonction de plusieurs paramètres (angle et force du vent, effet de la houle, impact du pilotage automatique, etc.)

L’IA et le sport est une thématique en vogue qui sera le sujet principal du quatrième numéro de notre trimestriel, disponible prochainement.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Bruxelles : Améliorer les services publics grâce à l’IA et FARI

FARI, institut bruxellois pour l'intelligence artificielle, mis en place l'an passé dans le cadre du plan de relance, a pour objectif de relier les...

L’IA axe majeur du nouveau plan de travail INPI-IPOS

Début janvier 2022, Pascal Faure, directeur général de l’INPI et Madame Rena Lee, son homologue de l’office de propriété intellectuelle à Singapour (IPOS) ont...

Robots tueurs : les Nations Unies peinent à poser un cadre juridique à l’emploi des armes létales autonomes

Dès 2013, les Systèmes d'Armes Létales Autonomes (SALA) ont fait l'objet de discussions lors de la Convention des Nations Unies portant sur les Armes...

XXII lance une charte éthique pour l’édition de logiciels d’IA

L'Intelligence Artificielle est en plein essor et les technologies qu'elle a permis de développer, en évolution constante. Les problèmes éthiques que peuvent poser leur...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci