La police australienne souhaite utiliser l’intelligence artificielle pour agir contre les harceleurs sur Tinder

Les forces de police de Nouvelle-Galles du Sud, en Australie ont fait des propositions à Tinder afin de lutter contre le harcèlement sexuel en ligne

La New South Wales Police Force (NWSPF) en Australie a récemment dévoilé une proposition visant à rendre les applications de rencontre plus sûres. La société mère de Tinder, Match Group, s’est montrée réticente quant à l’application de cette proposition. NWSPF a évoqué la possibilité d’utiliser l’IA pour analyser les conversations entre les utilisateurs et la création d’une plateforme permettant à la police d’accéder aux signalements d’agressions sexuelles sur les applications de rencontre.

Un dialogue compliqué entre Tinder et la police australienne

NWSPF est actuellement en dialogue avec Match Group concernant les mesures de sécurité qu’ils souhaitent mettre en place. Tinder reconnait qu’il a un rôle important à jouer pour aider à prévenir les agressions et le harcèlement sexuel, que ce soit en Australie ou à un niveau international. L’application de rencontre s’engage à poursuivre les discussions et à nouer des collaborations à travers le monde avec les principaux organismes s’occupant de cas d’agressions sexuelles. Tinder s’est par exemple rapproché de Rape, Abuse & Incest National Network (RAINN). L’objectif est de rendre l’application plus sûre pour sa communauté.

Parallèlement à cela, NWSPF indique vouloir tout mettre en œuvre pour que les applications de rencontre -et pas uniquement Tinder- coopèrent avec la police en cas de violence sexuelle. Cette volonté fait suite à une enquête qui avait révélé que Tinder ne répondait pas de manière adéquate aux signalements d’agressions sexuelles, ce qui permettait aux harceleurs et agresseurs de disparaitre sans laisser de trace.

L’intelligence artificielle pour lutter contre les harcèlements

NWSPF a évoqué la possibilité que les applications de rencontre puissent développer des algorithmes ou d’autres systèmes d’IA permettant de surveiller les utilisateurs et les messages échangés. Le but serait d’analyser le texte des messages afin de déterminer le comportement d’utilisateurs suspectés d’agressions sexuelles.

Toutefois, la Dr Rosalie Gillett, chercheuse à l’université de technologie du Queensland, a réalisé une étude sur la sécurité des utilisatrices d’applications de rencontre et plus particulièrement sur Tinder. Selon elle, l’IA serait peu susceptible de détecter les comportements problématiques. Le modèle serait entrainé sur des millions de conversations, certes, mais certains messages sans trace équivoque de harcèlement ou d’agression sont utilisés par les harceleurs dans le cadre d’agressions sexuelles.

Les systèmes automatisés qui pourraient être conçus pour des applications de rencontre pourraient être en mesure de détecter des abus manifestes, tels que des menaces à la sécurité physique d’une personne. Mais il y a de fortes chances qu’ils n’identifient pas des comportements plus normaux qui peuvent pourtant s’apparenter à celui d’un harceleur et qui seraient alors considérés comme le comportement d’une personne qui n’a rien à se reprocher.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
WOP - Plateforme de Planification des Ressources Humaines par EURODECISION

La plateforme wop regroupe plusieurs modules de planification des ressources humaines : - module de gestion prévisionnelle des effectifs (gpec), - m...

 
Partager l'article
Abonnez-vous à ActuIA, la revue professionnelle de l'intelligence artificielle magazine intelligence artificielle Découvrez la revue professionnelle de l'intelligence artificielle
intelligence artificielle
À PROPOS DE NOUS
Le portail francophone consacré à l'intelligence artificielle et à la datascience, à destination des chercheurs, étudiants, professionnels et passionnés.