Intelligence artificielle Julie Grollier, lauréate du Prix de la « Femme scientifique de l’année...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Forum de l’évaluation de l’intelligence artificielle : Créer la confiance et valider les performances, ou comment définir un environnement favorable au développement de...

Le Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE) organise le premier forum d'évaluation de l'intelligence artificielle (IA). Cet événement sera l'occasion d'échanger autour du développement de...

Inria, ANSSI, Capgemini, Dassault Systèmes, Inserm, Lunabee Studio, Orange, Santé Publique France et Withings forment l’équipe-projet StopCovid

L'équipe-projet StopCovid et l’écosystème des contributeurs ont annoncé leur mobilisation pour développer une application mobile de "contact tracing" pour la France. Composée de Inria,...

Appel à contribution pour le premier colloque international sur l’intelligence artificielle dans la fiction

Le premier colloque sur le thème de l’intelligence artificielle dans la fiction (littérature, séries, films, bande dessinée, jeux vidéo, arts plastiques) se tiendra à...

Annonce du plan d’investissement France 2030

France 2030, plan d'investissement de 30 milliards d'euros bénéficiera à une dizaine de secteurs d'activités dont le numérique, l'hydrogène, les batteries, l'espace, la santé...

Julie Grollier, lauréate du Prix de la « Femme scientifique de l’année » du 20e Prix Irène Joliot-Curie

La cérémonie de remise des prix Irène Joliot-Curie, récompensant des femmes scientifiques, a mis cette année en avant cinq chercheuses au lieu de trois. À l’occasion des 20 ans du prix, un « Prix spécial de l’Engagement » avait été annoncé et ce sont finalement deux candidates qui ont été retenues. Parmi les lauréates de cette année, Julie Grollier, « Femme scientifique de l’année ».

Chaque année, le prix Irène Joliot-Curie récompense des parcours exemplaires tant dans la recherche publique que privée. Trois prix sont décernés par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, avec le soutien de l’Académie des sciences et de l’Académie des technologies qui en constituent le jury.

Chaque année, le jury du Prix Irène Joliot-Curie décerne trois prix :

  • Le prix de la « Femme scientifique de l’année » qui récompense une femme ayant apporté une contribution remarquable dans le domaine de la recherche publique par l’ouverture de son sujet, l’importance de ses travaux et la reconnaissance dans son domaine scientifique tant au plan national qu’international. Il est doté de 40 000 euros.
  • Le prix de la « Jeune Femme scientifique » met en valeur et encourage une jeune femme qui se distingue par un parcours et des travaux qui en font une spécialiste de talent dans son domaine. Il est doté de 15 000 euros.
  • Le prix « Femme, recherche et entreprise » récompense une femme qui a développé des innovations scientifiques et/ou techniques dans une fonction de recherche et développement, en travaillant au sein d’une entreprise ou en contribuant à la création d’une entreprise. Il est doté de 15 000 euros.

Les lauréates

Pour cette 20e édition, le jury, présidé par Catherine Cesarsky, membre de l’Académie des sciences, a choisi de récompenser:

  • Julie Grollier, Prix de la « Femme scientifique de l’année »

Julie Grollier est directrice de Recherche au CNRS – Unité Mixte de Physique CNRS/Thales, Université Paris-Saclay. Physicienne fondamentale, elle est une pionnière et un des leaders mondiaux du développement du calcul neuromorphique. Ses travaux s’intègrent dans l’avancée des technologies d’intelligence artificielle en y amenant l’invention de composants et circuits électroniques inspirés du fonctionnement du cerveau, le domaine de l’ordinateur neuromorphique. Ses recherches, qui exploitent souvent ses découvertes antérieures en électronique de spin (spintronique), entre physique et intelligence artificielle, et qui ont pour objectif de réaliser des puces électroniques « vertes », intelligentes, utiles et à très faible consommation électrique lui ont valu sa récompense.

Elle recevra une dotation de 40 000 euros.

  • Cécile Charrier, Prix de la « Jeune Femme scientifique »

Docteure en Sciences, Cécile Charrier est cheffe de l’équipe « Développement et Plasticité de la Synapse » à l’Institut de Biologie de l’Ecole Normale Supérieure de Paris depuis 2020. Elle est récompensée pour ses recherches qui étudient comment de nouveaux gènes, apparus au cours de l’évolution humaine, modifient le développement et la plasticité des synapses (zone de contact fonctionnelle qui s’établit entre deux neurones), étape importante pour mieux comprendre la vulnérabilité du cerveau humain aux maladies et en particulier aux troubles du neuro-développement, afin de mieux soigner les maladies du cerveau. Elle s’engage activement en faveur des femmes dans la recherche, en particulier pour les périodes difficiles des grossesses et des enfants en bas âge (aménagement des horaires, salles d’allaitement..) .

Elle recevra une dotation de 15 000 euros.

  • Odile Hembise Fanton d’Andon, Prix « Femme, recherche et entreprise »

Docteur en mécanique, Odile Hembise Fanton d’Andon est directrice générale et cofondatrice d’ACRI depuis 1989 et présidente cofondatrice et directrice générale de la société ACRI-ST, société d’exploitation d’ACRI depuis 2000.
Ses travaux ont porté sur les méthodes d’inversion et produits dérivés d’observation par satellite, sur la chimie de l’atmosphère et la climatologie. En 1989, elle a co-fondé la société ACRI dans l’objectif d’une meilleure compréhension de l’environnement en rassemblant des expertises dans les domaines des mathématiques, de la physique et de la dynamique des fluides. Cette société est spécialisée en télédétection spatiale et est un acteur clé des programmes d’observation satellitaire en Europe. Odile Hembise Fanton d’Anton est récompensée pour ses travaux de recherche sur des outils de simulation destinés à améliorer la connaissance de l’environnement et sa protection.

Elle recevra une dotation de 15 000 euros.

Le “Prix spécial de l’engagement” créé pour les 20 ans du prix Irène Joliot-Curie

Pour souligner le rôle crucial des scientifiques dans la lutte conte la pandémie et pour marquer le 20e anniversaire du prix, la ministre Frédérique Vidal a souhaité créer un « Prix spécial de l’Engagement » qui récompense une femme dont les travaux ont concerné cette lutte contre l’épidémie de COVID-19, notamment en apportant des réponses globales ou spécifiques aux problématiques rencontrées par la France dans le contexte de crise sanitaire.

Du fait de la très grande qualité des dossiers déposés, deux lauréates ont reçu ce prix :

  • Vittoria Colizza, directrice de recherche Inserm, Institut d’épidémiologie et de santé publique Pierre Louis, Equipe SUMO (Maladies transmissibles Surveillance et Modélisation) a apporté des contributions importantes en épidémiologie, en particulier sur les épidémie H1N1, MERS-CoV, Ebola et Chikungunya. Lors de l’épidémie COVID-19,elle a alerté les autorités sur le risque très grand d’un développement européen de l’épidémie et son travail a porté sur les vagues successives de la pandémie. Elle a été récompensée pour ses travaux pluridisciplinaires portant sur la caractérisation et la modélisation de la propagation des maladies infectieuses émergentes, notamment la COVID-19
  • Odile Launay, professeur de médecine, coordinatrice du Centre d’Investigation Clinique Vaccinologie de Cochin Pasteur, s’est engagée dans la coordination nationale de la recherche vaccinale sur la COVID-19 afin d’améliorer les connaissances sur l’efficacité des vaccins et favoriser la confiance dans ceux-ci. Elle a participé à plusieurs démarches importantes notamment une étude appelée Covi compare– qui examine la réponse immunitaire des sujets les plus âgés- et une autre qui examine la réponse des populations immuno-déprimées. Ces projets sont de toute première importance dans la définition de la politique vaccinale. Elle est donc récompensée pour son engagement dans la recherche clinique vaccinale sur la COVID-19 et son engagement auprès du grand public.

Les lauréates recevront une dotation de 40 000 euros.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Thomas Calvi

Partager l'article

Etude du Centre Hubertine Auclert sur « Les freins à l’accès des filles aux filières informatiques et numériques »

De nombreuses études sont menées tout au long de la scolarité des élèves, certaines se rapportent à la réussite scolaire des filles et leurs...

Le Conseil de l’UE invite les Etats Membres à poursuivre leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme

Début juin, le Conseil de l'UE a adopté des conclusions sur les actions accomplies et les prochaines étapes à franchir pour assurer la protection...

Village by CA Paris dévoile les duos lauréats des « Village Awards 2022 »

Le 30 juin dernier, le Village by CA Paris a organisé la cinquième édition des Village Awards en collaboration avec Les Echos Entrepreneurs et...

Focus sur les recommandations de la CNCDH visant à promouvoir un encadrement juridique ambitieux de l’IA

Le 21 avril 2021, la Commission Européenne présentait son projet de réglementation de l'IA. Plus récemment, en décembre dernier, la Slovénie qui assurait alors...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci