Google annule son comité d’éthique sur l’intelligence artificielle et cherchera d’autres solutions

Google annule son comité d’éthique sur l’intelligence artificielle et cherchera d’autres s
Actu IA
google-IA-ateac

La semaine dernière, Google annonçait sur son blog la création dévoile l’ATEAC, son groupe de réflexion indépendant composé d’experts. Ce comité de 8 membres devait formuler des recommandations au géant et « guider le développement de l’IA chez Google de manière responsable ». Après une très vive polémique, Google a décidé d’annuler le comité et de s’orienter vers d’autres solutions.

Ce 4 avril, le géant du web a annoncé que l’Advanced Technology External Advisory Council (ATEAC) était finalement annulé. L’ATEAC était sensé se réunir plusieurs fois en 2019 avant de remettre un rapport à la multinationale en fin d’année. Sa création répondait à la demande mondiale d’une plus grande éthique dans le domaine et aux polémiques suite à l’utilisation de technologies d’intelligence artificielle par certains États ou encore dans l’armée. Le projet Maven entre Google et le Pentagone avait notamment reçu de vives critiques en interne et à l’extérieur.

Suite à l’annonce de la création d’ATEAC, beaucoup se sont étonnés de la composition du comité et notamment de la présence de Kay Coles James. Cette dernière, l’une des 2 femmes sélectionnées dans cet organisme, est en effet présidente du think tank conservateur Heritage Foundation, connue pour des positions « anti-trans, anti-LGBTQ et anti-immigrants ».

De nombreuses voix se sont immédiatement élevées pour dénoncer sa présence. Le 30 mars, Alessandro Acquisti (membre de l’ATEAC et professeur au Heinz College et Carnegie Mellon University) a indiqué qu’il refusait finalement de participer au comité. Luciano Floridi (autre membre du comité et Professeur de Philosophie et d’Éthique de l’information à l’Université d’Oxford, Directeur du Digital Ethics Lab de l’Oxford Internet Institute, Professeur adjoint au Exeter College et titulaire de la Chaire ‘Data Ethics Group’ de l’Institut Alan Turing) a également indiqué sur Facebook que « demander à Kay Coles James était une grave erreur qui envoie le mauvais message concernant l’objectif et la nature du projet ATEAC ».

Ce lundi, une pétition lancée par Googlers Against Transphobia sur Medium pour demander le départ immédiat du comité d’éthique avait également été largement partagée. Pour clore la polémique Google a actualisé son article sur le lancement de l’ATEAC en indiquant :

« Il est devenu clair, vu le contexte actuel, que le comité ne peut pas fonctionner comme nous l’avions imaginé. Nous annulons ce Conseil et nous repartons chercher d’autres solutions. Nous allons continuer à être responsables dans notre travail sur l’IA, et trouverons des manières différentes d’avoir recours à des opinions extérieures sur ces sujets », a déclaré Google.