Intelligence artificielle Google annule son comité d'éthique sur l'intelligence artificielle et cherchera d'autres solutions

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Éthique : Licenciement de deux chercheuses chez Google, le dirigeant et cofondateur de Google Brain démissionne

En décembre et février derniers, Timnit Gebru et Margaret Mitchell ont été licenciées par Google alors qu'elles travaillaient dans la branche éthique de l'IA...

L’Institut Polytechnique de Paris et Inria s’unissent pour renforcer leur leadership en l’IA et dans le numérique

Inria et l’Institut Polytechnique de Paris ont annoncé le mois dernier la signature d'un protocole d’accord visant à la création d'un partenariat renforcé, incarné...

Recevez le magazine de l’intelligence artificielle ActuIA N°3

Le magazine de l'intelligence artificielle, ActuIA N°3 du 15 février 2021, paraîtra très prochainement. En ce contexte de pandémie, nous vous recommandons fortement de...

Le collectif Impact AI dévoile un guide pratique pour une IA digne de confiance

Le collectif Impact AI a présenté cette semaine un guide pratique, à destination des entreprises, pour mettre en œuvre une intelligence artificielle (IA) digne...

Google annule son comité d’éthique sur l’intelligence artificielle et cherchera d’autres solutions

La semaine dernière, Google annonçait sur son blog la création dévoile l’ATEAC, son groupe de réflexion indépendant composé d’experts. Ce comité de 8 membres devait formuler des recommandations au géant et « guider le développement de l’IA chez Google de manière responsable ». Après une très vive polémique, Google a décidé d’annuler le comité et de s’orienter vers d’autres solutions.

Ce 4 avril, le géant du web a annoncé que l’Advanced Technology External Advisory Council (ATEAC) était finalement annulé. L’ATEAC était sensé se réunir plusieurs fois en 2019 avant de remettre un rapport à la multinationale en fin d’année. Sa création répondait à la demande mondiale d’une plus grande éthique dans le domaine et aux polémiques suite à l’utilisation de technologies d’intelligence artificielle par certains États ou encore dans l’armée. Le projet Maven entre Google et le Pentagone avait notamment reçu de vives critiques en interne et à l’extérieur.

Suite à l’annonce de la création d’ATEAC, beaucoup se sont étonnés de la composition du comité et notamment de la présence de Kay Coles James. Cette dernière, l’une des 2 femmes sélectionnées dans cet organisme, est en effet présidente du think tank conservateur Heritage Foundation, connue pour des positions « anti-trans, anti-LGBTQ et anti-immigrants ».

De nombreuses voix se sont immédiatement élevées pour dénoncer sa présence. Le 30 mars, Alessandro Acquisti (membre de l’ATEAC et professeur au Heinz College et Carnegie Mellon University) a indiqué qu’il refusait finalement de participer au comité. Luciano Floridi (autre membre du comité et Professeur de Philosophie et d’Éthique de l’information à l’Université d’Oxford, Directeur du Digital Ethics Lab de l’Oxford Internet Institute, Professeur adjoint au Exeter College et titulaire de la Chaire ‘Data Ethics Group’ de l’Institut Alan Turing) a également indiqué sur Facebook que « demander à Kay Coles James était une grave erreur qui envoie le mauvais message concernant l’objectif et la nature du projet ATEAC ».

Ce lundi, une pétition lancée par Googlers Against Transphobia sur Medium pour demander le départ immédiat du comité d’éthique avait également été largement partagée. Pour clore la polémique Google a actualisé son article sur le lancement de l’ATEAC en indiquant :

« Il est devenu clair, vu le contexte actuel, que le comité ne peut pas fonctionner comme nous l’avions imaginé. Nous annulons ce Conseil et nous repartons chercher d’autres solutions. Nous allons continuer à être responsables dans notre travail sur l’IA, et trouverons des manières différentes d’avoir recours à des opinions extérieures sur ces sujets », a déclaré Google.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Thomas Calvi

Partager l'article

Covid-19 : Focus sur Early Warning System (EWS) développé par BioNTech et InstaDeep pour détecter les variants à haut risque du SARS-CoV-2

En ce moment, nous entendons beaucoup parler de Delta et Omicron, les deux variants circulant le plus en France, mais on est loin d'imaginer...

La CNIL lance une consultation publique sur l’usage des caméras intelligentes dans les espaces publics

Devant la recrudescence des caméras intelligentes ou augmentées dans les espaces publics et les problèmes éthiques ou juridiques que ces dispositifs posent, la CNIL,...

Est-ce que Python est sécurisé ? Etude réalisée par Snyk

Selon une étude réalisée par Snyk, aujourd'hui, 43 % de toutes les fuites de données sont directement liées à des vulnérabilités découvertes au sein...

Bouches-du-Rhône et Var : 12 000 piscines non déclarées détectées grâce à l’Intelligence Artificielle

Il y a et il y aura toujours des fraudeurs... L'intelligence artificielle va permettre de repérer ceux qui ont «omis» de déclarer certains bâtis...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci