Entretien avec Christophe Bourguignat, co-fondateur et CEO de Zelros

Entretien avec Christophe Bourguignat, co-fondateur et CEO de Zelros
Actu IA
Zelros interview Machine Learning

Créée en 2015-2016 par Christophe Bourguignat, Fabien Vauchelles et Damien Philippon, la start-up Zelros s’est rapidement développée. Elle compte désormais plus d’une dizaine de salariés qui oeuvrent à sa technologie basée sur l’intelligence artificielle, et plus précisément sur le machine learning et le traitement du langage naturel. Spécialisée dans la création d’agents conversationnels à destination d’entreprises dans les domaines de l’assurance et des énergies, elle permet à ses clients de valoriser leurs données. En mettant l’intelligence collective et la créativité au service des interactions conversationnelles, Zelros s’est imposée comme l’une des jeunes pousses les plus innovantes sur la scène française.

Christophe Bourguignat, co-fondateur et CEO de Zelros a accepté de répondre à nos questions.

ActuIA – L’intelligence artificielle peut s’appliquer à de nombreux domaines. Le plus difficile pour le grand public semble être de se représenter l’utilisation qui peut en être faite. Pourriez-vous nous donner un exemple concret de l’utilisation de vos solutions ?

Christophe Bourguignat – Nous développons un assistant virtuel intelligent à destination des collaborateurs d’assurance. Nous comparons parfois notre solution à un GPS : tout comme ce dernier permet à un automobiliste d’aller rapidement et facilement d’un point A à un point B, notre IA assiste des milliers d’employés d’assurance à mieux vendre leurs produits, afin de gagner en satisfaction client. 

Les produits d’assurance sont de plus en plus complexes et variés, même un expert humain n’est plus en capacité de connaitre tous les détails. Notre IA est en quelque sorte une des premières formes de cohabitation entre cerveaux biologiques et cerveaux de silicium. 

Nous permettons des gains d’efficacité de 40% en moyenne. Pour cela nous utilisons des technologies telles que le traitement naturel du langage, ou l’apprentissage statistique (machine learning).

ActuIA – Votre site internet met en avant la dimension éthique des solutions IA que vous proposez. Comment cela se traduit-il ?

Christophe Bourguignat – Nous avons la conviction que l’utilisation de l’IA en entreprise constituera un différenciateur majeur des organisations de demain. Mais nous sommes également certains que son adoption ne se fera pas sans l’humain. Nous pensons que l’IA « augmentera » l’humain, et ne le remplacera pas. L’IA plus l’humain sont plus forts que l’humain seul ou l’IA seule. 

C’est pourquoi nous avons une approche éthique, qui s’incarne de différentes manières : 

  • La transparence des algorithmes : l’IA recommande des ‘next best action’, mais peut dire pourquoi (exemple : pourquoi tel produit d’assurance conviendra le mieux à tel client ?)
  • La bienveillance : nos IA s’incarnent sous la forme d’assistants virtuels. Pour en faciliter l’adoption par les collaborateurs, nous travaillons beaucoup avec eux sur la personnalité de l’IA. Nous faisons même appel à un romancier pour nous aider dans la conception du persona
  • Le respect de la vie privée : le ‘privacy by design’ et le respect de la RGPD sont au cœur de notre solution

ActuIA – Êtes-vous favorable à une réglementation de l’IA ?

Christophe Bourguignat – À titre personnel, je ne pense pas qu’une règlementation sur l’IA soit utile. Les avancées fulgurantes que l’on observe depuis quelques années dans le domaine ne sont d’après moi qu’une répétition de l’histoire. Il s’agit de ruptures similaires aux inventions précédentes : la roue, l’imprimerie, la machine à vapeur, l’ordinateur, …

En revanche, l’enjeu majeur est l’éducation et la pédagogie. Il ne faut pas être naif : l’IA peut mener à des dérives, des excès, ou des manipulations. Il faut permettre à chaque citoyen de se faire sa propre opinion sur l’utilisation de ces technologies. Pour cela chacun doit être en capacité d’avoir un avis éclairé sur l’IA. Cela passe par la compréhension de cette discipline. Tout comme les enfants apprennent l’addition, la soustraction, … il faudra qu’ils apprennent les fondements de l’apprentissage automatique (machine learning).

ActuIA – Quelle aide la Microsoft AI Factory vous apporte-t-elle ?

Christophe Bourguignat – Le programme AI Factory de Microsoft nous permet d’être au cœur d’un écosystème très dynamique. Nous sommes entourés d’une dizaine de startups IA qui sont chacune leader dans leur domaine : c’est très enrichissant. 

Grâce à l’AI Factory, nous disposons également d’un accès privilégié aux experts de Microsoft et de l’INRIA. Nous pouvons ainsi coller à l’état de l’art. 

Enfin, au-delà du partenaire technologique, Microsoft est également un puissant accélérateur business. Nous sommes en contact quotidien avec leurs équipes métier assurance, ce qui nous permet de rencontrer de nombreux clients en Europe et au-delà.

ActuIA – Zelros se situe au sein de Station F. Pensez-vous que l’écosystème français ait quelque chose à envier à la Silicon Valley ?

Christophe Bourguignat – Je pense que la France a la chance de disposer d’une concentration de talents en IA unique au monde. Ce n’est d’ailleurs pas étonnant de voir beaucoup de laboratoires IA d’entreprises étrangères s’implantent en France. 

Nous disposons également d’un écosystème et de mesures incitatives favorables à la création de start-up. Il faut cependant rester vigilent afin que cet environnement ne devienne pas ‘toxique’, pour les start-up, en les déconnectant des réalités économiques. On parle beaucoup de collaboration startup – grand groupe par exemple. Or ce n’est pas une fin en soit, il faut également que les startups deviennent elles-mêmes des géants qui concurrencent les groupes historiques. 

ActuIA – Quel est votre objectif principal pour l’année à venir ?

Christophe Bourguignat – Nous doublons de taille d’équipe et de chiffre d’affaire tous les ans, c’est notre objectif une fois encore pour 2019. 

ActuIA – Pour finir, quelle est la dernière application de l’intelligence artificielle par laquelle vous avez été bluffé ?

Christophe Bourguignat – Je suis impressionné par les avancées dans les domaines de la traduction automatique, et de la synthèse vocale.  

Un grand merci à Christophe Bourguignat !