Intelligence artificielle Congo : lancement d'ARCAI, centre de recherche en intelligence artificielle à Brazzaville

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Iktos annonce une collaboration avec Ono Pharmaceuticals pour la conception de nouveaux médicaments grâce à l’intelligence artificielle

Iktos, société spécialisée dans l'Intelligence Artificielle (IA) pour la conception de nouveaux médicaments, a annoncé, le 30 mars dernier, un accord de collaboration avec...

Deep learning : des chercheurs de l’Université Johns Hopkins présentent une nouvelle approche pour la prédiction des crises cardiaques dues à l’arythmie cardiaque

Les applications d'intelligence artificielle dans le domaine de la santé sont nombreuses, la prévention des crises cardiaques est notamment au cœur de nombreuses recherches. Une...

Colombie : Inauguration de Future Seeds, centre d’innovation mondial pour la préservation de la biodiversité des cultures

Le 15 mars dernier, le président colombien Iván Duque Márquez a inauguré « Future Seeds », la plus grande banque mondiale de cultures tropicales...

Création du premier laboratoire de recherche en cancérologie numérique : « Michel Laudet »

Début avril, le Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse (CRCT) et l’Institut de Recherche en Informatique de Toulouse (IRIT), ont annoncé la création...

Congo : lancement d’ARCAI, centre de recherche en intelligence artificielle à Brazzaville

Inauguré fin février par le premier ministre de la République du Congo, ARCAI, tout nouveau centre de recherche dédié à l’intelligence artificielle est installé dans les locaux de l’Université Kintélé, à Brazzaville, capitale du pays. Financé par la CEA, (Commission Economique pour l’Afrique) et ses partenaires, ce centre vise à « Permettre aux populations africaines de bénéficier de la révolution industrielle » en accédant à des formations qui permettront de combler la fracture numérique, renforcer la croissance économique inclusive et faire que l’Afrique adopte des outils numériques modernes.

Le déploiement et la mise en œuvre de l’IA font partie des programmes de développement d’une partie croissante des pays africains. Plusieurs initiatives au niveau continental ont vu le jour, entre autres le Programme de Développement des Infrastructures en Afrique (PIDA) ou la Stratégie globale de transformation numérique pour l’Afrique de la Commission de l’Union africaine.

Le développement d’infrastructures et de services numériques dans les secteurs de la santé, de l’agriculture, de l’éducation et du commerce et la résorption de la fracture numérique permettront à l’Afrique de bénéficier du potentiel de la transformation numérique.

ARCAI, centre panafricain du Congo

ARCAI vise à stimuler la formation en IA mais aussi à apporter un soutien à la recherche ainsi qu’à la croissance des infrastructures, de la politique numérique et de la finance.

Côté enseignement, il proposera, entre autres, des programmes de Maîtrise en intelligence artificielle et en science des données.

Mactar Seck, chef de la section technologie et innovation à la CEA, a déclaré lors d’une interview à franceinfo Afrique :

« Nous avons élaboré un contenu LMD (Licence-Master-Doctorat) qui va être dispensé à partir de l’année prochaine, en collaboration avec l’université Sassou N’Guesso. Le centre est notamment équipé d’une plateforme d’e-learning qui peut accueillir 10 000 étudiants simultanément. Des cours en présentiel seront également disponibles à destination des acteurs du secteur privé et des gouvernements. »

La recherche qui se consacrera à l’agriculture, la santé, l’industrie et l’environnement va pouvoir débuter ce mois-ci dès l’arrivée d’ordinateurs performants, nécessaires pour « la structuration de données » qui nécessite « de puissantes machines ».

Mactar Seck précise à franceinfo Afrique :

« Les cours en ligne ont déjà commencé. Nous attendons des chercheurs africains mais aussi de tous les continents. Il y a un partenariat qui est en train d’être mis en place avec plusieurs universités qui travaillent dans le domaine de l’Intelligence artificielle en Afrique et en Europe, aux Etats-Unis et en Angleterre. »

L’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) et de grandes entreprises comme Google n’excluent pas de devenir elles aussi partenaires du centre.

Mactar Seck ajoute :

« Il faut d’abord maîtriser cette technologie qui permet, non seulement de lutter contre la pauvreté, mais aussi de créer beaucoup d’emplois pour les jeunes sur le continent et de la valeur ajoutée. La contribution au PIB est extrêmement importante. »

Réduire la fracture numérique

Bien que les pays africains appréhendent les bénéfices financiers que l’IA peut apporter à leur économie, à l’instar du Rwanda qui a inauguré récemment un centre CAI4R dédié à l’intelligence artificielle et développé son réseau internet, la majorité de la population africaine, surtout rurale, n’a pas accès à internet soit par manque de réseau soit parce qu’elle n’a pas les moyens de s’offrir un abonnement. Au Congo, les prix ont d’ailleurs considérablement augmenté en 2021.

Lors de l’inauguration d’ARCAI, la secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwe, a déclaré :

« Il est urgent que le gouvernement fournisse l’Internet haut débit, rapide, abordable et fiable pour faciliter la transformation numérique si indispensable. »

Julie Owono, directrice exécutive de l’ONG Internet sans frontières, a ajouté :

« Je partage la préoccupation de Vera Songwe : avant de parler d’Intelligence artificielle, il faut parler de l’accès à Internet, de son coût. Celui-ci représente une part beaucoup trop importante du budget d’un citoyen africain moyen. Selon les dernières statistiques de l’Alliance for Affordable Internet, les Africains dépensent 5% de leur budget mensuel pour accéder à 1Go d’Internet alors que la moyenne fixée par l’Union internationale des télécommunications (UIT) est de 2%. »

Investir plus dans la recherche en IA

Lors de cette inauguration, Julie Owono a remercié le Gouvernement du Congo pour sa collaboration qui a facilité la création de ce centre, qui, pour elle, est « une étape cruciale visant à faire avancer l’innovation et la création d’emplois en Afrique » mais elle a ajouté que :

« Il y a des pays qui font de la recherche en Intelligence artificielle une priorité depuis des années et investissent des milliards de dollars. Essayons d’aller au-delà des effets d’annonce − on en lit beaucoup quand il s’agit de connectivité, d’Internet, de digital et de numérique en Afrique − et mettons des moyens réels dans la recherche, dans le développement de celle-ci, dans la formation d’ingénieurs et dans la formation en mathématiques. »

Avec la création de ce centre, le Congo vise à devenir un hub régional majeur pour le développement des technologies émergentes.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
SCOP - Plateforme d'optimisation de la supply chain par EURODECISION

La plateforme scop regroupe plusieurs modules en optimisation de la supply chain : - module de network design, pour l’optimisation de la localisation...

 
Thomas Calvi

Partager l'article

IA et mobilité : les capsules d’Urbanloop seront testées lors des JO 2024

Tandis que de nombreux pays, dont la France, travaillent au train du futur circulant dans un tube à basse pression, l'hyperloop, selon le concept...

Lowe’s s’associe à NVIDIA et Magic Leap pour créer un jumeau numérique interactif de ses magasins

Lowe’s, une chaîne de magasins dédiés à la rénovation résidentielle aux Etats-Unis et au Canada, a dévoilé lors de la GTC de NVIDIA, le...

Nouvelle-Zélande : l’intelligence artificielle vient au secours des dauphins de Māui

Il existe plus de 30 espèces de dauphins dans le monde, le dauphin Māui, qui vit au large de la côte ouest de l'île...

Trois pionniers du monde quantique récompensés par le prix Nobel de physique

Le prix Nobel de physique a été remis le mardi 4 octobre. Il distingue les figures scientifiques qui ont rendu de grands services à...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci