Intelligence artificielle Confiance.ai : 13 institutions se réunissent pour mettre en place une IA...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Confiance.ai lance son appel à manifestation d’intérêt à destination des PME et start-up deeptech

Après avoir lancé le collectif Confiance.ai le 1er juillet dernier, les 13 acteurs industriels et académiques prenant part au projet ont annoncé la mise...

STREAMER : un programme permettant d’intégrer et de tester facilement des algorithmes de machine learning

Des chercheurs du CEA List (Université Paris-Saclay, CEA) et du laboratoire DAVID (Université Paris-Saclay, UVSQ) ont uni leurs forces dans le cadre du projet...

CEA et Atos axent leurs recherches sur l’intelligence artificielle pour les industries et le climat

Le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) a annoncé la signature d'un partenariat avec Atos. L'objectif principal de cet accord vise à mener conjointement des...

Atos et Thalès créent Athéa, entreprise spécialisée dans les solutions big data pour la défense

Dans le cadre d'un partenariat, Atos et Thalès ont annoncé la création d'Athéa, une entreprise qui aura pour objectif de développer une plateforme autour...

Confiance.ai : 13 institutions se réunissent pour mettre en place une IA de confiance dans l’industrie

Le 1er juillet 2021, le programme Confiance.ai a été lancé avec pour objectif de relever le défi de l’industrialisation de l’IA. Treize entreprises industriels et partenaires académiques se sont réunis pour former un collectif qui répondra au grand défi suivant : “Sécuriser, fiabiliser et certifier des systèmes fondés sur l’intelligence artificielle”. Tous souhaitent industrialiser et intégrer une IA de confiance dans leurs produits et services critiques tout en fournissant un cadre technique à la future proposition de réglementation européenne sur l’IA.

Un collectif pour industrialiser et intégrer une IA de confiance

Au sein du “Valeo Mobility Tech Center”, le nouveau centre de R&D de Valéo dédié au véhicule autonome s’est déroulé l’évènement de lancement du programme Confiance.ai. Il s’agit d’un collectif de treize partenaires industriels et académiques Français majeurs : Air Liquide, Airbus, Atos, Naval Group, Renault, Safran, Sopra Steria, Thales, Valeo, ainsi que le CEA, Inria, l’IRT Saint Exupéry et l’IRT SystemX .

Tous ont la même ambition : conjuguer leurs compétences et leurs forces pour industrialiser et intégrer une IA de confiance dans les futurs produits et services industriels critiques, c’est-à-dire dont les accidents, les pannes ou les erreurs pourraient avoir des conséquences graves sur les personnes et les biens. Ce que rappelle Emmanuelle Escorihuela, présidente du comité de pilotage du programme Confiance.ai :

“Les enjeux de l’intégration de l’intelligence artificielle dans les systèmes critiques sont immenses et les attentes des industriels français sont importantes et à prendre en compte dès maintenant. Il existe de nombreux démonstrateurs, mais les industrialiser pour des applications critiques dans des systèmes industriels représente un défi d’envergure. Le programme Confiance.ai est en synergie avec les initiatives existantes (DEEL, ANITI, DATAIA, MIAI et IA2), et apporte un niveau d’intégration supplémentaire de par son orientation industrielle forte.”

Les travaux du programme Confiance.ai ont débuté en janvier 2021 et le montage ainsi que le pilotage du programme ont été confiés à l’IRT SystemX.

Le développement d’une plateforme d’outils logiciels pour l’IA de confiance

Le collectif Confiance.ai se penchera, entre 2021 et 2024, sur la conception d’une plateforme d’outils logiciels souveraine, ouverte, interopérable et pérenne permettant
l’intégration de l’IA dans des produits et services critiques de manière sûre, fiable et sécurisée qui sera dédiée l’ingénierie des produits et services industriels innovants intégrant de l’IA.

Les premiers secteurs d’application visés par l’initiative seront l’automobile, l’aéronautique, l’énergie, le numérique, l’industrie 4.0, la défense et le maritime, avec des cas d’usage variés comme le contrôle industriel en ligne, la mobilité autonome ou les systèmes d’aide à la décision.

Doté d’un budget de 45 millions d’euros pour la période 2021-2024, Confiance.ai souhaite être un pilier technologique du Grand Défi dédié à l’IA de confiance. Cédric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, a salué les avancées de ce projet :

“L’IA de confiance, c’est-à-dire l’IA pour les systèmes critiques, est aujourd’hui nécessaire dans de nombreux domaines comme la voiture autonome, l’aéronautique ou le spatial. L’avancée de ce chantier témoigne de la réussite de la Stratégie nationale pour l’intelligence artificielle et conforte la nécessité d’un investissement public dans les technologies de pointe.”

Enjeux sociétaux, compétitivité économique et souveraineté nationale

Le collectif a pour but de répondre à la fois à des enjeux d’acceptation sociale, de compétitivité industrielle et de souveraineté nationale. Il s’inscrit dans la lignée du “Manifeste pour l’intelligence artificielle au service de l’industrie” signé en juillet 2019, par 8 industriels français engagés pour faire de l’IA une source de croissance et d’emploi dans leurs secteurs industriels. 6 de ces grands groupes sont partie prenante du programme Confiance.ai (Airbus, Air Liquide, Renault, Safran, Thales et Valeo).

Pour les parties prenantes de l’initiative, proposer des solutions technologiques sur la certification, l’évaluation, la transparence, la fiabilité et l’audibilité des algorithmes permettant un haut niveau de confiance dans les futures solutions d’IA dédiées à l’industrie.

Jean-Baptiste Djebbari, Ministre délégué chargé des Transports, a déclaré :

“Nous avons donc plus que jamais besoin d’une IA sûre, performante et homologable. C’est l’objectif de Confiance.ai, le plus grand programme R&T de la stratégie nationale en Intelligence artificielle lancée par le Président de la République en 2018, financé à hauteur de 30M€ par le Programme d’investissements d’avenir. Je me réjouis que des industriels de différents secteurs collaborent à ce grand défi.”

Le calendrier prévoit, la livraison de briques technologiques intégrées chaque année, en veillant à la valorisation des actifs transférables vers les industriels du consortium sera réalisée dès les premiers résultats. De plus, un appel à manifestation d’intérêt a été lancé pour intégrer dans les sept projets du programme, des start-up et PME innovantes pouvant contribuer à la résolution de certaines problématiques technologiques : confiance et ingénierie système à composants IA, confiance et données d’apprentissage, confiance et interaction humaine.

Il est possible de répondre à cet appel jusqu’au 3 septembre, et à l’issue du processus de sélection, les PME et start-up retenues pourront démarrer leurs travaux lors du quatrième trimestre 2021.

Pour en savoir plus sur l’intelligence artificielle de confiance, nous vous invitons à consulter le magazine ActuIA N°3, consacrant un large dossier au sujet.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Laurent Félix devient Directeur Général France d’Ekimetrics

Ekimetrics, spécialiste européen en data science et intelligence artificielle au service des entreprises, a annoncé cette semaine la nomination de Laurent Félix au poste...

Forum de l’évaluation de l’intelligence artificielle : Créer la confiance et valider les performances, ou comment définir un environnement favorable au développement de...

Le Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE) organise le premier forum d'évaluation de l'intelligence artificielle (IA). Cet événement sera l'occasion d'échanger autour du développement de...

Zoom sur l’automatisation des rapports COVID-19 de Santé Publique France par Dynacentrix

L'agence Santé publique France, en charge de la surveillance épidémiologique du covid-19, pilote le système national de veille et d’alerte et de surveillance sanitaire...

Retour sur le lancement de MAESTRIA, plateforme numérique de diagnostic intégratif de la cardiomyopathie auriculaire

Le projet de recherche MAESTRIA (Machine Learning and Artificial Intelligence for Early Detection of Stroke and Atrial Fibrillation) a été officiellement lancé fin septembre....