Intelligence artificielle Belgique : Les chercheurs de la KU Leuven (Université de Louvain) utilisent...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

AlphaCode, générateur de code de Deepmind, évalué sur Codeforces

DeepMind, la filiale d'Alphabet (ex Google), spécialisée en IA a présenté AlphaCode, outil capable d’écrire du code informatique de façon totalement autonome pour résoudre...

AG2R LA MONDIALE réduit le temps de réponse à ses clients grâce à Classify, solution de reciTAL

Spécialiste de la protection sociale et patrimoniale en France, AG2R LA MONDIALE protège 15 millions d’assurés et accompagne 1 entreprise sur 4. Elle reçoit...

Selon une étude de chercheurs du MIT, les CNN souffrent de surinterprétation

Au sein du CSAIL, le laboratoire d'informatique et d'intelligence artificielle du célèbre Massachussets Institute of Technology, Brandon Carter et ses collègues ont mené une...

Covid-19 : Focus sur Early Warning System (EWS) développé par BioNTech et InstaDeep pour détecter les variants à haut risque du SARS-CoV-2

En ce moment, nous entendons beaucoup parler de Delta et Omicron, les deux variants circulant le plus en France, mais on est loin d'imaginer...

Belgique : Les chercheurs de la KU Leuven (Université de Louvain) utilisent des scans rétiniens pour prédire les infarctus du myocarde

L’université de Louvain, en Belgique, la KU Leuven, a fait savoir dans un communiqué qu’une de ses équipes de chercheurs avait réussi à prédire le risque de crise cardiaque sur la base de scans oculaires. L’analyse de l’activité dans la rétine par un algorithme de deep learning permet d’évaluer la probabilité d’avoir une crise cardiaque dans les douze mois qui suivent.
Les maladies cardio-neurovasculaires, ensemble de troubles affectant le cœur et les vaisseaux sanguins, sont la première cause de mortalité dans le monde. Selon la Fédération Française de Cardiologie, leur nombre progresse chaque année et elles sont à l’origine d’environ 140 000 décès/an, soit 400 morts par jour en France. Elles entraînent aussi 40 000 arrêts cardiaques chaque année fatals à 92%. Pouvoir les prévenir est vital…et c’est ce qu’ont tenté de faire les chercheurs de l’UK grâce à des scans rétiniens.

L’étude de la KU Leuven

Un scan rétinien, examen très rapide, utilise une source lumineuse de faible intensité et un capteur pour scanner les vaisseaux sanguins à l’arrière de la rétine et est couramment pratiqué par les ophtalmologues. Les biomarqueurs de ces vaisseaux (densité, tortuosité…) étant associés à la fonction cardiaque, les chercheurs de la KU Leuven ont étudié l’utilisation d’images rétiniennes en parallèle aux données du patient, “pour estimer la masse ventriculaire gauche et le volume télédiastolique ventriculaire gauche, et par la suite, prédire l’infarctus du myocarde incident.” et ont publié les résultats de cette recherche le 25 janvier dans la revue “Nature Machine Intelligence”. Ils l’ont intitulée:

“Prédire l’infarctus du myocarde grâce à des scintigraphies rétiniennes et à un minimum d’informations personnelles”. 

Les chercheurs ont entraîné un algorithme s’appuyant sur le deep learning avec plus de 5000 scans rétiniens, ils ont recherché ceux qui correspondaient aux patients qui avaient eu une crise cardiaque par la suite. L’algorithme permettrait d’estimer la taille et l’efficacité du ventricule gauche du cœur. L’hypertrophie de ce dernier représente un risque accru de crise cardiaque et on ne peut la vérifier actuellement que par échocardiographie ou par IRM. Pouvoir le faire lors d’une visite chez son ophtalmologue simplifierait la démarche du patient et l’examen serait  moins coûteux. Le diagnostic serait valable pour un an.

Alexandre Frangi de la KU Leuven a déclaré :

 “Notre technique pourrait révolutionner la détection des problèmes cardiaques. Les scanners rétiniens sont relativement bon marché et sont déjà largement utilisés par les ophtalmologues. Grâce à un dépistage automatique avec notre IA, les patients à haut risque peuvent être identifiés et orientés plus rapidement.”

Une réelle révolution ?

Dans le magazine “Nature Journal Biomedical Engineering”, les chercheurs d’Alphabet (ex Google) ont publié, en février 2018, les résultats d’une étude où ils expliquaient avoir scanné la rétine de patients pour détecter des faiblesses et maladies cardiovasculaires grâce au deep learning. Leur algorithme aurait été à même de détecter les facteurs à risque tels que l’âge, le sexe de la personne, mais aussi la tension artérielle ou le diabète des patients. Le projet s’intéressait tout d’abord à la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) et la rétinopathie diabétique du diabète de type 2 qui peut provoquer l’éclatement des vaisseaux rétiniens. Selon les chercheurs, leur modèle avait alors encore besoin d’être ajusté avant d’être prêt pour un usage clinique.

 
Thomas Calvi

Partager l'article

Découvrez ActuIA n°8, le nouveau numéro du magazine de l’intelligence artificielle

L’été est bien là et c’est déjà l’heure du nouveau numéro d’ActuIA, votre magazine de l’intelligence artificielle ! Pour ce n°8 d’ActuIA, disponible dès...

Victor Schmidt, doctorant sous la direction de Yoshua Bengio, est le lauréat de la 6ème bourse Antidote en TAL

Druide informatique a annoncé fin mai la nomination du lauréat de la 6e Bourse Antidote en traitement automatique de la langue (TAL). Victor Schmidt,...

Retour sur le lauréat du Prix CNIL-INRIA pour la protection de la vie privée

Fin mai, François Pelligrini et Mathieu Cunche, co-présidents du Jury du Prix CNIL-Inria, ont remis le prix pour la protection de la vie privée...

La Lufthansa s’appuie sur le logiciel « Virtual Aviation Training » de NMY pour former ses équipes de cabine

La pandémie a fortement impacté les compagnies aériennes. Depuis la levée des restrictions sanitaires, elles doivent affronter un autre problème : malgré une forte...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci