Intelligence artificielle Amazon continue de refuser que les forces de l'ordre utilisent ses outils...

Pour approfondir le sujet

Skoda ouvre son laboratoire dédié à l’intelligence artificielle pour améliorer sa production de véhicules électriques

Au sein de l'Université technique d'Ostrava, en République tchèque, le constructeur automobile Skoda a inauguré un laboratoire de production par intelligence artificielle (AIM.Lab). Cette...

Recevez le numéro 5 d’ActuIA, le magazine de l’intelligence artificielle

Le numéro 5 d’ActuIA, le magazine de l’intelligence artificielle, arrive en kiosques et en version numérique le 21 septembre 2021 ! Recevez-le directement chez...

Québec : création d’une chaire de recherche en numérique de la santé pour mieux soigner les maladies rares

Mieux comprendre les maladies rares afin de mieux les diagnostiquer et les traiter efficacement constitue un défi de taille en raison de la multiplicité...

Greenly lève 3 millions de dollars pour déployer sa solution de comptabilité carbone alimentée par l’IA

Greenly, une start-up technologique spécialisée dans l'aide aux organisations à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone, a annoncé cette semaine une levée de...

Amazon continue de refuser que les forces de l’ordre utilisent ses outils de reconnaissance faciale

Dans une déclaration réalisée le 18 mai 2021, Amazon a annoncé prolonger son interdiction pour la police américaine d’exploiter son logiciel de reconnaissance faciale Rekognition. Les forces de l’ordre se voient refuser l’accès à cet outil depuis les controverses nées en marge de l’affaire George Floyd, liées aux risques de discrimination que pourrait engendrer son utilisation. Cette mesure sera maintenue “jusqu’à nouvel ordre” selon les propos de l’entreprise de Jeff Bezos.

Amazon Rekognition est un service reposant sur le Deep Learning proposé par Amazon, permettant d’identifier des objets, des personnes, du texte, des scènes et des activités dans des images et des vidéos, ainsi que détecter le contenu inapproprié. Cette automatisation de l’analyse vidéo par les forces de l’ordre suscite des craintes.

Un premier moratoire d’un an visant à interdire l’utilisation de la reconnaissance faciale par la police

Cette prolongation intervient à la fin du moratoire d’un an annoncé par la marque en juin dernier. La firme avait pris en compte le contexte de pression des associations de défense des libertés ainsi que les manifestations contre le racisme et les violences policières aux États-Unis.

Certains militants accusaient les services de police d’exploiter le réseau de caméras Ring d’Amazon alors qu’elles sont habituellement utilisées par des particuliers pour sécuriser leur lieu d’habitation par exemple. Plusieurs ONG exigeaient des réformes autour de l’utilisation des systèmes de surveillance par les forces de l’ordre. Selon ces organisations, les agents de la paix cibleraient certaines ethnies en particulier.

Les ONG appellent à cesser la commercialisation de l’outil Rekognition d’Amazon

Dans ses propos, l’an dernier, la firme espérait que cette interdiction d’un an donnerait “suffisamment de temps au Congrès afin de mettre en place des règles appropriées afin de mettre en place une utilisation éthique de ces technologies”. En parallèle, IBM, Google et Microsoft annonçaient également des mesures similaires.

Au début du mois, un groupe d’ONG a lancé un appel à Amazon, leur demandant de cesser totalement la vente de Rekognition. Evan Greer, du groupe Fight for the future, un des membres de la coalition, s’est exprimé autour de cette demande :

“Les technologies de reconnaissance faciale sont bien trop dangereuses pour être installées en fonction des lubies de firmes comme Amazon”

Pour l’instant, le géant du e-commerce explique maintenir sa décision jusqu’à nouvel ordre.

Mais alors, qui utilise Amazon Rekognition ?

Amazon présente parmi ses clients : la NFL (National Football League), CBS, National Geographics, SmugMug,Sky News, Influencial.

Outre ces utilisations dans le domaine des médias, le site d’Amazon Rekognition mentionne également Aella Credit, qui utilise Amazon Rekognition pour s’assurer de l’identité de ses clients, et Marinus Analytics, qui fournit aux autorités policières des outils pour transformer le Big Data en renseignement exploitable. Le logiciel phare de Marinus, Traffic Jam, est une suite d’outils qu’utilisent les autorités policières dans les enquêtes sur la traite sexuelle:

« La police a besoin d’outils sophistiqués pour promouvoir une police proche des victimes à l’ère d’Internet. La police sait que les enfants fugueurs sont parmi les plus susceptibles d’être victimes de la traite. Avant d’utiliser Amazon Rekognition, leur seul recours consistait à parcourir manuellement les données en ligne pour tenter de les retrouver. Un travail fastidieux voire impossible. Désormais, avec Traffic Jams Face Search, optimisé par Amazon Rekognition, les enquêteurs sont en mesure de prendre des mesures efficaces en recherchant des victimes dans des millions d’enregistrements en quelques secondes ».

Emily Kennedy, président directeur général et fondateur de Marinus Analytics

 


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Skoda ouvre son laboratoire dédié à l’intelligence artificielle pour améliorer sa production de véhicules électriques

Au sein de l'Université technique d'Ostrava, en République tchèque, le constructeur automobile Skoda a inauguré un laboratoire de production par intelligence artificielle (AIM.Lab). Cette...

Recevez le numéro 5 d’ActuIA, le magazine de l’intelligence artificielle

Le numéro 5 d’ActuIA, le magazine de l’intelligence artificielle, arrive en kiosques et en version numérique le 21 septembre 2021 ! Recevez-le directement chez...

Québec : création d’une chaire de recherche en numérique de la santé pour mieux soigner les maladies rares

Mieux comprendre les maladies rares afin de mieux les diagnostiquer et les traiter efficacement constitue un défi de taille en raison de la multiplicité...

Greenly lève 3 millions de dollars pour déployer sa solution de comptabilité carbone alimentée par l’IA

Greenly, une start-up technologique spécialisée dans l'aide aux organisations à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone, a annoncé cette semaine une levée de...